Dimanche 27 janvier 1952

[Page 79]

D. 27.1.1952

Excursion en pinasse à moteur vers la dune rose avec Bouesnard et M. et Mme Bizet. je me demande si le plateau rocheux que l’on aperçoit au Sud de la dune rose n’est pas en effet gréseux. possibilités de paléo, rupestres. On va voir.

[Photo] 44.2. Lever de soleil dans la brume

Départ 6h45. Brume, pas de vent. La vue est magnifique dans ce calme. Bourgou, barcasses chargées de gens. La traversée, qui se fait en oblique, se passe sans incident.

[Photo] 44.3. Barques cousues passant le fleuve

Nous débarquons au Sud de la dune rose, qui mérite bien son nom, près d’un village, et longeons à pied le bras du Niger qui doit marquer un ancien méandre du fleuve, au pied de la colline.

Des cases tout le long jamais à plus de 100m de l’eau. C’est une véritable rue d’habitations entre l’eau et la falaise.

[Page 80]

[Photo] 44.4. A g, Bouesnard ; M. et Mme Bizet
[Photo] 44.5. Les villages le long du défluent. On trouve du néo en surface.
[Photo] 44.6. Les couches blanches (excellent crépé) sous la surface pisolithique friable.

[Carte des rives du Niger]

Sur les premières pentes sablonneuses, on trouve un peu de néolithique (so-52-48) : 1 grattoir, 8 pointes de silex. Divers.

[Croquis]

[Photo] 44.7. Touareg et Sonraï au rembarquement pour Gao

[Page 81]

Nous allons jusqu’à la falaise. Grosse déception : ce n’est que des alluvions consolidées, genre de petits pisolithes très friables, surmontant des couches claires qui feraient de l’excellent badigeon (terre de Bourem). Pas de paléo, pas de néo. Pas de grottes anciennes, donc pas de rupestres. Dommage : placé comme cela au bord de l’eau ou presque, les grottes auraient pu faire un excellent abri pour les néolithiques.

Nous revenons donc bredouilles ou presque…

Retour mouvementé : le vent s’est levé brusquement et le Niger présente de belles vagues. on ne voit plus Gao dans la poussière soulevée. Et au surplus, le moteur de la pinasse, dès le début, se met en panne. On fait 200m et cela s’arrête. Dépannage, 50m etc… Le vent nous pousse dans le bourgou… Partis à 10h on arrive à 1h !

Déjeuné Atlantide avec Bouesnard.

Vu le Père [?] le soir à l’Atlantide. Fait d’excellent travail sur les Sonraï, peu étudiés jusqu’ici. Groupe linguistique complétement séparé du groupe mandé. On ne sait à quel groupe le rattacher. Groupe Tombouctou à part. Union avec Bozo – Dogon – Bella. Matriarcat très poussé. Gde importance de la femme. Presque tous monogames, mais divorces très fréquents. Maladies vénériennes. Vocabulaire élevage très poussé. Vache sacrée qu’on ne tue pas : « culte de la vache ». Soufflage.

Diné Atlantide avec Gérin-Jean, Bouesnard, M. Mme Bizet.

Page 79

Page 80

Page 81

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *