Lundi 11 février 1952

[Page 138]

L. 11.2.1952        AGAMOR-GAO

Départ 7h. Je fonce dès l’aube à une petite élévation sablonneuse. Croûtes lacustres. un peu de préhistoire (So.52.69). Je n’apprendrai qu’à mon retour à Dakar qu’il y a là à Agamor (à l’Est) un cimetière à objets préhistoriques comme à Takarangat.

Grands regs latéritiques noirs coupés de vallées. Pas propice à l’habitat.

Arrivée à Bourem à 8h45.

[Relevés de dessins] « Cars de la Transsaharienne » représentés (par des enfants) sur les murs de la cuisine du campement. Très « rupestre »

Nous allons au campement, qui n’est autre que l’ancien fort. Beaucoup de gueule. De là haut, on a une vue splendide sur le coude du Niger. Le contraste entre le vert de la vallée d’un côté et le paysage pelé derrière est saisissant.

[Page 139]

[Photo] 58.4. Du haut de rocher de Tondibi

Nous allons au rocher (plateau de [?]) de Tondibi, qui surplombe la vallée du Niger.

J’avais vu en descendant le fleuve une grande grotte. Déception : ce n’est qu’un placage latéritique comme ceux que nous avons vus entre Agamor et Bourem.

Pas de préhistoire. Pas de grotte vraie, donc pas de rupestres comme je m’y attendais… Traces d’anciens villages sur le sable avant d’atteindre le rocher.

Tombeaux chouchets sur le plateau.

Arrivée à Gao à 13h. Diné Atlantide.

Installation chez Bouesnard aux Hydrocarbures.

C’est un « petit tour » en auto de 1060km depuis Gao (4920km depuis Dakar)

Page 138
Page 138
Page 139
Page 139

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *