Mercredi 13 février 1952

[Page 139]

ME. 13.2.1952        GAO

[Photo] 58.5. Grand caveau de Sané

Le Cap. Schmitt me prête encore aujourd’hui un dodge et 5 hommes pour aller faire des « fouilles » à Sané (à 10km).

Je vais d’abord au caveau aux stèles. Très mauvais état : les troupeaux doivent y venir souvent et les briques se disjoignent.

Fonçons sur la colline. Un petit chasseur de perles y était… Cela doit être drôlement râtissé en surface !

[Page 140]

GAO

[Photo] 58.8. L’équipe de fouille
[Photo] 58.6. Le caveau
[Photo] 58.7. Sondage sur la colline
[Photo] 59.4. Découverte d’une poterie en place
[Photo] 59.1. Découverte de la poterie émaillée à décor coufique (fragment près du mètre)

[Page 141]

[Photo] 52.236. Poterie émaillée à décor coufique trouvée à Gao-Sané (So.52.70). Publiée dans Hespéris 1952, p.514-516.
[Photo] 59.2. Sondage sur la colline de Sané
[Photo] 59.3. Trouvaille d’une poterie en place à Sané

[Page 142]

Je fais quelques sondages (coll. IFAN So.52.70.) et visite le site, surtout aux abords des trous qu’y ont creusé les militaires au cours d’un exercice. Dans les déblais de l’un d’eux, un tirailleur trouve un fragment de poterie émaillée (Ph. 52.236). Je fais creuser, élargir le trou (Ph. 59.1) et ai la chance de ramener d’autres fragments. Pièce du plus haut intérêt, que je compte publier dans Hespéris. le décor, jaune verdâtre sur fond blanc, est à motif coufique répété.

Trouve aussi un fragment de dénéral, des perles, poterie, etc…

[Carte Gao ancien et Sané]

Ce site est du plus haut intérêt. J’ai la chance de le survoler (d’assez près) lors du départ pour Bamako pour me rendre compte, grâce à l’exceptionnelle crue de cette année, qu’il y a de fortes chances pour que soit le Tilemsi qui passe juste à l’Est de la colline de Sané et aille rejoindre le Niger au pont du km 3, juste où est le site de Gao ancien. Avec ce que l’on sait du dessèchement de la région etc… Je suis très enclin à croire qu’au XIIe, à la belle époque de Sané, le bras sans eau aujourd’hui remontait plus haut jusque là : on n’est pas si loin du « terminus » actuel à la haute crue. Le site s’explique ainsi beaucoup mieux.

Ville royale d’une part (Sané), à l’écart, loin de la zone à moustiques, sur une colline et la ville commerçante près du fleuve (Gao ancien). Sané se serait dépeuplée lorsque après une trop longue suite d’années à basses eaux, il était impossible de faire vivre un village à ce site. Transport de la ville royale à Gao ancien, avant le XIVe, puisque Abou Ishaq a construit sa mosquée à Gao ancien et non à Sané.

Page 139
Page 139

Page 140
Page 140

Page 141
Page 141

Page 142
Page 142

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *