Dimanche 17 février 1952

[Page 145]

D. 17.2.1952

Départ de Gao à 6h20 par Junker « soudanais », vieux zincs qui se posent partout, sur les terrains courts de la brousse. Adieux à Bouesnard, qui a été un très chic camarade pendant toute cette tournée.

[Photo] 60.1. Le delta du Tilemsi
[Photo] 60.2. Les dunes parallèles du Gourma aux approches de la zone d’inondation
[Photo] 60.3. L’inondation s’insinue entre les dunes

Comme je l’ai dit plus haut (p. 142) au sujet de Sané, j’ai la chance par cette crue extraordinaire de cette année, de très bien apercevoir d’abord Sané sur sa colline, à l’Est de la [?] est une grande ligne de verdure, le Tilemsi, qui vient se prolonger vers l’Ouest par tout le système actuellement inondé débouchant au km 3. D’avion (ph. 60.1) cela a tout à fait l’allure d’un delta.

Survolons le Gourma semi-désertique et à 8h10 nous abordons la zone d’inondation du Niger en face de Goundam (60.2).

L’inondation s’insinue entre les dunes parallèles : il y a ennoyage ici comme dans le Macina où elle est très visible sur les cartes. Mais ici le chenal ppal a dû être creusé par l’érosion.

[Dessin chenal et dunes]

[Page 146]

Je note en survolant Goundam (plutôt un peu avant, à l’Est) une ligne boisée presque droite se dirigeant vers le Nord-Ouest : c’est sans doute un ex-canal venant de la zone d’inondation pour amener l’eau aux cuvettes situées au pied des collines.

La chose n’est pas du tout impossible : la tradition des canaux creusés par Sonni Ali au XVe est là pour le prouver (voir aussi Hubert B. AOF 1920, p. 438).

Atterrissons à Goundam à 8h47.

Retrouve l’adjoint, vu à mon passage en janvier et le chauffeur de Tombouctou, qui m’y a conduit alors.

Départ 9h15 pour Bamako.

Vu juste après Goudam 3 restes de canaux, allant de la zone d’inondation, du lac Fati au lac Télé, du même genre que celui signalé plus haut. Sera à revoir (serait-ce ceux de Vitalis ? V. Mourgues, l’Afr. fr. 1932, p. 363).

Survolons ensuite le lac Horo, inondé, le barrage ayant cédé avec l’importance de la crue (le lac a été aménagé pour la culture par les Européens (canaux, barrages, etc…). Tout cela est perdu cette année. Collines dénudées.

[Photo] 60.4. A l’extrême droite, village sur un ilôt dans la zone inondée, vers Goundam.
[Photo] 60.5. A g., Goundam et le défluent allant au Faguibine , coulant alternativement dans les 2 sens
[Photo] 60.6. Goundam et son marigot.

[Page 147]

Survolons ensuite le Macina, où tout parle d’une zone inondation ancienne où les eaux se sont retirées.

Dunes fixées W. Macina à 11h30, sommes à la hauteur et au Nord du barrage de Markala, très visible, ainsi que le canal du Sahel, en eau, et tout le réseau de l’Office du Niger.

[Photo] 60.7. Arrivée à Bamako. Au fond, colline du Point G.
[Photo] 60.8. Bamako. Au fond Koulouba.

Arrivée à Bamako à 12h45. Photographie la ville au passage (60.7 et 8). 1050 km de Gao, 6000 de Dakar.

Personne n’est là pour m’attendre, ce qui m’étonne car j’ai prévenu de mon arrivée (je saurai plus tard que Fauque est venu et est resté en panne à 500 m de l’aérodrome civil, alors que j’arrivais au militaire.

Monte dans l’après-midi à Koulouba, où les Szumowski m’offrent une fois de plus leur généreuse et cordiale hospitalité. Ils me racontent la suite de leur tournée vers Mopti, leurs avatars avec le camion… Ils n’ont pas pu aller dans le Macina comme prévu.

Page 145
Page 145

Page 146
Page 146

Page 147
Page 147

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *