Jeudi 10 janvier 1952

[Page 15]

J. 10.1.1952

Départ de San à 6h45
Tion                       7h30
Village de Konna au Nord : tumulus à 1km Ouest 8h15.
A l’Est, au Sud de la route, d’autres nombreux tumulus. Buttes d’une vingtaine de m de circonférence et 0 m,75 de haut au dessus des champs voisins. Poteries (fragments de grandes jarres) disséminées dessus souvent marquées d’une pierre de latérite ou plusieurs (pas d’orientation certaine).

[Photo] 25. 4. Tumulus bas entre Karébaré et Konna
[Photo] 25. 3. Jeune Bobo allant aux champs.

[Page 16]

[Plan de l’emplacement de tumulus entre Karébaré et Konna]

Ces tumulus ne doivent pas être très anciens : la région est encore en grande partie animiste et ce doit être un mode d’inhumation peut-être encore en honneur.
La latérite affleure partout. Elle est recouverte d’une mince pellicule de sable dur (20 cm environ).
Départ Karébaré : 9h
[ ?] route (Djenné 90 Km) à 9h45 à 2 km W. Parandougou.
Tournant Sofara (d’où l’on peut prendre une barque pour Djenné) à 10h15.
Rochers commencent à pointer dès après Sofara (avant-garde du plateau dogon).
Arrêt à 11h15 à colline Sud. Route. 48 km de Mopti. Il y a là des constructions rudimentaires (cachettes ? pièges à hyènes ?) dans la colline. Mais, contrairement à mon attente, pas de rupestre. Du moins nous n’avons pas eu le temps d’en chercher beaucoup. (Ph. 25.5 et 6)
Nous continuons et nous arrêtons plus loin à une colline isolée au sud de la route. Je descends seul, les Sz. Restent dans le camion. (20 km de Mopti). C’est la colline de Nguingala près du village de Perembé (qui est à l’Est de cette colline).

[Photo] 25.5. Constructions rudimentaires (cachettes ?) dans les rochers au Km 48 (Sud de la route)

[Plan : colline de Nguingala]

[Page 17]

[Photo] 25. 6. Ruines de constructions du Km 48 de Mopti (cachettes ?)

Toutes la partie au pied Sud et Est de la colline est l’emplacement d’un ancien village (débris de poterie engobée ou non, subactuelle, So-52 – –
Au nord, résidus de fonte de fer.
Mais le plus intéressant, ce sont les peintures rupestres qui recouvrent les parois de plusieurs abris sous roche.

[Photo] 25.7. Colline de Nguingala (face Est). L’abri sous roche est au pied, au milieu.

1) Abri Sud, à mi-hauteur de la colline (de l’Ouest à l’Est)

[Transcriptions de rupestres]

[Photo] 25.8. Rupestres de Nguingala (abri sous roche de l’Est)

Du rouge a coulé lors de la confection de ces rupestres, sur la plaque horizontale inférieure.

[Page 19, il n’y a pas de page 18]

[Transcriptions de rupestres] Visible de l’extérieur

2) Abri sous roche au pied Est de la colline (au plafond)
Du Nord au Sud.
Quelques gribouillages au noir :

[Transcriptions de rupestres]

[Page 20]

[Transcriptions de rupestres]

L’éléphant est en assez gros trait ainsi que le [double trait arrondi], mais semble très récent (pas de patine d’effacement comme pour le quadrillage du haut de cette page (à dr.). Contemporain des gribouillages noirs. Amusements de petits bergers modernes abrités là pendant les tornades ?

[Transcriptions de rupestres]

Les peintures rouges sont authentiques ainsi que les noirs larges (sauf l’éléphant et les dessins ci-dessus. Ces peintures + anciennes (pas bien vieilles cependant) sont du même groupe que le groupe dogon.

[Page 21]

Abri Ouest (d’Ouest au sud)

[Transcriptions de rupestres]

Départ 14h30 (20 Km de Mopti)
Village [?] à 17 Km de Mopti
Arrivée Mopti 15h (chaussée digue très mauvaise)
(660 Km de Bamako) (2840 depuis Dakar)
Campement 75f et 200 fr. par repas (lits extra-sales)
Eté Cercle de Charlotville – Visa feuille de route

Page 15

Page 16

Page 17

Page 19

Page 20

Page 21

2 réflexions sur « Jeudi 10 janvier 1952 »

  1. « Les archéologues ayant remarqué que l’éléphant semblait absent des pétroglyphes d’Uweinat, j’ai tenu à combler cette lacune et fabriqué un très bel éléphant rupestre, mais il est si blanc sur le fond noir du grès qu’il risque de ne tromper personne, et en tout cas les gens sérieux : pour les autres tant pis pour eux », T. Monod, L’émeraude des Garamanthes, Actes Sud, 1998, p. 384-85

    Théodore aurait-il fait des adeptes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *