Samedi 22 décembre 1951

[Page 71]

S. 22.XII.1951

Palabres ce matin.

Sz. a peur de tomber malade ici, loin des docteurs. Je propose de le reconduire à Nara, où il y en a un. On finit par s’entendre : au lieu de rester jusqu’au 2 janvier ici, on partira le 26-XII juste après Noël.

Je commence les préparatifs d’emballage, pour le cas où Sz. serait plus malade (plaques et matériel Th.50).

Trouvaille par Kariba de la poterie M.52.32-2 (Ph. 12.5) dans un mélange blanchâtre (échantillon gardé) contre le mur est, à – 1m70 et à 2m du coin N.E de la chambre. Autres fragments intéressants.

[Page 72]

[Photo] 13.1. La grande avenue, vue de l’Est, prise devant les fouilles M.5. Kassim est au coin S.E de la mosquée

[Photo] 13.2. La grande place, vue du débouché de la grande avenue. Kassim est sur la fouille S.1.

Page 71

Page 72

Vendredi 21 décembre 1951

[Page 68]

V. 21.XII.1951

7h. 14°

[Photo] 12.2 Seddir Cheikh, chef Koumba, entre deux de ses suivants

[Photo] 13.3. Chameau et son chamelier

J’ouvre aujourd’hui un nouveau chantier, entre la Grande Place et la mosquée, sur le côté Nord de la grande avenue : j’avais déjà recueilli là, ramenés à la surface par les fouisseurs, plusieurs fragments de poterie intéressants. Le coin était prometteur et l’endroit bien situé sur la grande artère de la ville.

[Page 69]

[Photo] 12.4 Le chef Koumba à notre camp

[Photo] 12.1. Le chantier M4 1h après le début des fouilles.

La fouille descend en longeant les murs. Depuis la surface, fragments de poterie, quelques perles, venus par ruissellement de plus haut, ou de plus bas par les fouisseurs (nous tuons 2 serpents, dont 1 fofoni, au cours de cette fouille, en profondeur).

A – 2m, contre le mur, sur 0m10 d’épaisseur, couche sableuse de badigeon (cf. maison Th. 50) formant une nappe (échantillon).

A midi, visite du chef Koumba Seddir Cheikh, des Koumba Rkabat (ph. 12.2, 3, 4). Sz. pas rassuré… Donne des renseignements intéressants : l’irak d’El Bekri, ces « arbres nombreux à Ghana » est le tijok = salvadora persica, à l’odeur fétide, employé comme cure-dent très prisé au Soudan. Il y en a à Koumbi Saleh. Balanites aegyptiaca = teichet. Balsamodendron africanum : adreç, nombreux ici.

28° à midi.

[Page 70]

Avant midi, avions trouvé à – 2m20, à peu près dans l’angle de la fouille, une grande poterie (M-52.32.2), au-dessous exactement de la couche de badigeon, avec cendres et fragments de charbon.

[Photo] 12.5. Trouvailles de la poterie M.52.32.2

Il y avait dedans une substance blanchâtre. Le matin, vais au « barrage » situé au bout de la grande avenue, où le ruisseau doit couler en hivernage (cité par Th.). Ne serait-ce pas plutôt un pont ou gué aménagé rudimentaire ? Un barrage n’aurait pas retenu grand-chose à cet endroit alors qu’un passage serait tout naturel dans le prolongement de l’avenue.

Trouvailles intéressantes aujourd’hui : poterie presque entière (le fond manque) M-52-32-1. trouvée par Kariba et Kassim, en surveillant les déblais, trouve une « planchette » à suspension en schiste. Je l’ai bien regardée de près : hélas aucune inscription dessus qu’une sorte de quadrillage… Chacun a eu 100f de gratification.

[Croquis : Poterie]

Prospecté flanc colline Est Koumbi avec Kassim. Sable. Aucune ruine. Mais il faudrait peut-être voir de + près. 24° à 19h.

La fièvre de Sz est tombée.

[Page 71]

[Photo] 12.6 Trouvaille de la grande poterie à fond brisé M.52.32.1. Ouverture en bas.

[Photo] 12.7 L’équipe de fouilles sur le chantier M5

[Photo] 12.8 L’équipe de fouilles à M.5

Page 68

Page 69

Page 70

Page 71

Jeudi 20 décembre 1951

[Page 63]

J. 20.XII.1951

16° à 7h.

Sz. a la fièvre : 39°

Continuation des fouilles de la veille : la « Kouba » nord et une tombe musulmane au Sud du T à C.

[Plan : Relevé de 3 enceintes]

Relève au Sud immédiat de la piste de Timbedra un ensemble à 3 enceintes sans doute funéraire, l’un des seuls au Sud de cette piste. C’est le commencement de la nécropole à enceintes concentriques.

A 9h30, l’avion nous survole pour prendre les photos : comme convenu, nous allumons des feux mais l’herbe ne veut pas s’allumer ! Cela ne rendra que quelques taches noires sur la photo.

[Page 64]

La fouille de la « Kouba Nord » ne donne pas, à ma grande déception, ce que j’en attendais. Ce ne sont pas des tombes, mais une construction où je trouve de la poterie engobée (et non) (demeure de gardien ?). La construction est peu soignée, bien moins belle que le tombeau à colonnes. Je fais remblayer les sarcophages de celui-ci après le passage de l’avion.

[Photo] 10.1. Fouille de la « Kouba Nord ». Au second plan, le calotropis du T. à C.

[Photo] 10.5. Fouille de la Kouba-Nord. L’équipe de fouilles.

[Photo] 11.6. Fouille de la Kouba Nord.

[Photo] 11.7. Fouille de la Kouba Nord. Au fond, plaine herbeuse « aérodrome »

[Page 65]

[Croquis] Poteries de la « Kouba-Nord »

[Photo] 10.7. Les sarcophages avant d’être rebouchés

[Photo] 10.8. Tombeau à colonnes. Au fond, fouille de la « Kouba–Nord »

[Photo] 11.8. Rebouchage des sarcophages. Noter la consolidation du mur du fond.

Quelques fragments d’os non humains. Le tout provient du compartiment Est : quelques menus fragments seulement du côté Ouest.

Tout cela a du être archi pillé lors de la destruction de la ville.

[Photo] 10.2 Tombes musulmanes ordinaires affleurant au Nord de la mare de Koumbi.

[Page 66]

Je fais fouiller par Kariba une tombe musulmane située au Sud du Tombeau à colonnes, entre le 4e et le 5e mur (touchant au N : le 5e mur).

[Croquis : Tombe musulmane]

C’est une tombe toute simple, dont seuls quelques fragments des plaques verticales dépassent le sol. En creusant, on atteint une grande dalle posée obliquement (pendage de 45° vers l’Est) brisée en 3 fragments. Elle est posée sur des rebords faits spécialement, de plaques de schiste formant les côtés du sarcophage. (photo 11.2 et 3

[Photo] 11.2. On voit apparaître la plaque supérieure du sarcophage

[Photo] 11.3. Même vue de plus près. Noter que la pierre penche vers l’Est.

On enlève les plaques supérieures : il y a un vide dessous bien que de la terre ait filtré dans le sarcophage. Les 2 côtés de celui-ci sont formés de 2 grandes plaques (…)

[Page 67]

[Photo] 11. La plaque enlevée, on voit la plaque Est qui a travaillé.

[Photos] 11.4. 11.5. La plaque supérieure enlevée, le sarcophage et le squelette apparaissent. Noter que la plaque Est a travaillé (Ph 11.4. Les os sont visibles.

(…) dont celle de l’l’Est est fendue et éventré. Les os sont là, en très mauvais état de conservation. (je les y laisserai, d’ailleurs). Un fragment de mâchoire à hauteur du bassin ! (peut-être un animal fouisseur a-t-il pénétré dedans). Aucun mobilier.

Le squelette était-il sur le le dos, comme je l’ai trouvé, donc tête au Sud-Ouest (230° du NM) ? D’après ce que j’ai constaté ailleurs (erreur vers le Sud de la qibla), l’intention des inhumateurs était de mettre la tête à l’Ouest (l’autre mode musulman étant, on le sait, la tête au Sud et couché sur le côté droit regardant l’Est : c’est le mode trouvé par Szumowski ici dans sa fouille N°2 – V. supra, p. 55).

[Page 68]

Quelques mesures prises sur le squelette (:vieillard, dents usées)
1er fémur : 43 cm (un peu manque en bas)
2ème fémur : 46 cm
tibia : 37 cm (un peu manque)

En revenant au camp, trouvé à 300m Sud du tombeau à colonnes, sur le côté ouest de la piste de Timbédra, une enceinte carrée N.S – E.N, de 10 pas de côté, avec tombes musulmanes. Les tombes sont rares de ce côté de la piste.

Page 63

Page 64

Croquis : Poteries de la "Kouba-Nord"

Page 65

Page 66

Page 67 : Photo 11

Page 67

Page 68

Mercredi 19 décembre 1951

[Page 60]

ME. 19.XII.1951

Les aviateurs réparent leur dodge et sont bien ennuyés : la panne de moteur est sérieuse. Heureusement qu’ils ont avec eux le mécanicien de l’avion !

Je retourne ce matin au tombeau à colonnes poursuivre les fouilles. Au Sud de la piste, dans un ravin, le schiste affleure et on voit combien il était (…)

[Photo] 9.8 Plaques de schiste affleurant dans un ravin au Sud de la piste de Timbedra.

[Page 61]

[Plan du tombeau à colonnes]

(…) aisé de prendre de grandes plaques pour la construction : des fragments d’1m² pouvaient s’enlever aisément et de plus grandes plaques (3m x 1m) étaient utilisées à Koumbi pour les tombes, le carrelage etc…

Je profite des fouilles au tombeau pour étudier tout le système des murs, etc… Bonnel s’est en effet trompé lourdement dans ses calculs : je n’avais pas eu le temps d’étudier la question en 1949, étant alors resté trop peu de jours à Koumbi.

L’enceinte extérieure, placée très en dehors des 5 autres, mesure : côté sud-ouest, 240m ; sud-est : 225m ; nord-est, 200m ; nord-ouest : 225m. A peu près au milieu des murs N.W, S.W et S.E, en saillie vers l’extérieur, des constructions sont accolées (maison de gardiens ?). Epaisseur du mur : 0 m,70. (Voir ph. 6.6, p. 50)

En allant vers l’intérieur (mesures prises sur le côté S.W), le 2e mur est à 65m,50 du 1er, à 0 m,8 d’épaisseur et 90m de côté environ ; le 3e à 6m.50 plus près du centre à 0 m,8 d’épaisseur, le 4e, à 6m,80 plus près du centre, 0 m,85 d’épaisseur ; le 5e à 6m,30, 0 m,90 et le 6e à 10m,70, 0 m,90 aussi. Il est à 8m,40 du mur carré de la Kouba centrale. Donc, total de 108m,2 du mur extérieur à celui de la Kouba centrale, sur le côté Sud-Ouest.

[Page 62]

Les tombes, orientées pour la plupart Sud-Ouest-Nord-Est (17, y compris celles de la Kouba centrale), plus rarement Sud-Est-Nord Ouest (3 cas seulement) commencent à partir de la 4e enceinte en partant de l’extérieur (7 entre la 4e et la 5e ; 10 entre la 5e et la 6e, aucune entre la 6e et la 7e ; 3 dans la Kouba centrale).

J’ai de nouveau l’impression que les architectes avaient calculé pour une ville en pleine prospérité, pour laquelle il fallait de très grands emplacements de sépultures, et que c’est en pleine prospérité que la ville fut détruite.

Pas grand’chose de neuf à rajouter à ma description du tombeau à colonnes de l’article Th. et M. (1951, p440-1) sinon qu’il contenait 3 sarcophages de schiste (je n’ai dégagé que les 2 + méridionaux), celui du Sud de 2m50 de long, 0 m,88 de large et 0 m,57 de profondeur, le tout en belles dalles de schiste d’un seul bloc ; le central de 2m40 de long, 0 m44 de large et 0 m57 de profondeur. Rien dedans, sinon quelques fragments d’os, d’ailleurs les tombes ont déjà été fouillées par B de M. Le petit escalier d’accès est très court et en mauvais état.

Autre chose à noter : l’orientation donnée aux tombes qui sont toutes // ou ┴ au système des murs ; elle est donc fausse elle aussi. Trop tournée au Sud.

[Page 63]

[Croquis] Intérieur du tombeau à colonnes (mur S.E)

Les aviateurs repartent à midi pour Timbedra. Doivent nous survoler demain. Sz. a la fièvre. Continuation l’après-midi des mêmes fouilles au tombeau à colonnes.

Page 60

Plan du tombeau à colonnes

Page 61

Page 62

Page 63

Mardi 18 décembre 1951

[Page 57]

M. 18.XII.1951

Nuit fraîche.
Je prends toute l’équipe ce matin pour aller fouiller le tombeau à colonnes à l’intérieur : je veux me rendre compte de la disposition des tombes, etc…

Bonnel ayant été assez chiche d’informations. On dégage l’entrée et je fais vider l’intérieur tout en consolidant les murs (un varan y a fait un beau trou. Nous le capturons).

[Photo] 9.1. Colline de Koumbi vue du fond de la mare Ouest. Les dépressions sont des puisards de nomades

[Page 58]

A 9h30, vu au loin, au S.O., un avion. Est-ce celui de la Base de Bamako qui doit prendre la photo aérienne du site ? Il ne nous a pas repérés. Pris mesures de l’enceinte et des enceintes successives etc…

[Photo] 9.2. Le camp à midi : tente des travailleurs et camion

[Photo] 9.3. Ensemble du camp. Au 1er plan, notre tente.

L’après-midi, nous avons l’heureuse surprise de voir déboucher par la piste de Timbedra une dodge avec les aviateurs dedans : Cap. Lorillot et Charles, Sgt. ch pilote de la Rochebrochard et Sgt Maclin, avec 1 gamin de Timbedra.

Ils n’ont pas repéré en effet Koumbi de l’air et viennent pour le reconnaître au sol : je leur montre les balises blanches et ils prennent connaissance du « paysage ».

[Photo] 9.7. Arrivée de aviateurs au tombeau à colonnes.

[Page 59]

Fouille du tombeau à colonnes

[Photo] 9.4. Les 2 caveaux S.E sont ouverts et le mur du fond, consolidé par mes soins

[Photo] 9.5. Dégagement des caveaux, limités par de belles plaques de schiste (la flèche marque le N.)

[Photo] 9.6. Les caveaux. Noter le manque de fondation des murs du tombeau.

[Photo] 10.4. L’escalier en très mauvais état conduisant au caveau central. Les marches sont très courtes et devaient être difficile à descendre.

[Photo] 10.6 Autre vue des caveaux dégagés

[Page 60]

Le dodge ne marche pas très fort et il faut le réparer. Les aviateurs restent avec nous : je les mène à Sohobi aux pintades, car il faudra allonger le menu d’aujourd’hui !

Le Cap. Lorillot relève, la nuit, au sextant américain, les coordonnées de Koumbi sur Jupiter, Rijel, etc… Le résultat, qu’ils me donneront à Bamako est 15°41’N et 8°W, à un mille près.

Les Szumowski vont coucher dans le camion et les aviateurs et moi sous la tente. Sz y attrapera froid, car la nuit est la plus fraîche que nous ayons eue : à 7h, 11 à 12°.

Page 57

Page 58

Page 59

Page 60

Lundi 17 décembre 1951

[Page 54]

L. 17.XII.1951

Je vais voir ce matin les fouilles que Szumowski entreprend dans la nécropole Nord Ouest. Il a dégagé deux séries de constructions : Sz 2, constr. (…)

[Page 55]

[Croquis] Fouille Sz. 3.

[Plan] Fouille Sz. 2

(…) funéraires avec une fosse isolée au Sud. Les squelettes sont allongés parallèlement, face à l’Est (v. ph. 7.7 et sont en mauvais état. Mobilier plus que rudimentaire.

Sz 3. cube allongé de maçonnerie que nous croyions contenir un squelette. Il n’en était rien malheureusement.

[Photo] 7.7. Squelette dégagé, face tournée vers l’Est. Au premier plan, les ossements retirés de la fouille S2.2

[Photo] 7.8. La fosse rectangulaire de Sz.2.

[Page 56]

[Photo] 17.8. A droite, fouille B de M 22. A g., fouille Sz.2

Explore la zone dénudée au Nord de la mare de Koumbi, où Thomassey estime qu’il était très facile de faire une petite piste d’atterrissage. Aucune ruine de ce côté. Vu 1 corbeau noir (ceux à collier sont nx à K.S)

Je prends des mesures et des notes dans la région de la nécropole et vers le tombeau à colonnes. 26° à midi. Vent de sable se lève au Nord. Vent N.E. Relève plan de mes fouilles M2 et Sz.1 et prends

[Photo] 8.2 La grande place vue du Nord (de la fouille Sz.1)

[Photo] 8.3 Balise M au sommet de la ville

quelques photos au sommet de la ville, vers les fouilles Szumowski et Lazartigues 2 (1939)… et la balise M aussi (pour qu’on ne prenne pas cela dans 20 ans pour un minaret quelconque !). Tué scorpion jaune.

[Page 57]

[Photo] 8.5. Balise M élevée en 1949

[Photo] 8.4. Fouille Lazartigues 2. Les murs s’écroulent peu à peu. Dans quelques lustres, il ne subsistera qu’une faible dénivellation au centre. L’écroulement graduel met à jour des fragments de poterie intéressante.

Page 54

Page 55

Page 56

Page 57

Dimanche 16 décembre 1951

[Page 53]

D. 16.XII.1951

Continuation de relevé des murs du Sud et des longs murs qui se suivent bien au sol.

Discontinuité de la fouille 11 B de M (que j’ai intercalé plus haut, p.40, pour plus de commodité.

Après-midi, nous allons aux provisions à Yengui, village qui, s’il est à 10km env. à vol d’oiseau (…)

[Page 54]

[Photo] 7.3. Au village de Yengui. Les habitants se pressent autour de l’auto.

[Photo] 7.4 Cases (noter la calebasse sur le toit)

[Photo] 7.5. Types d’habitants

[Photo] 7.6. Une tente dressée dans le village

(…) à 15 avec le détour que nous faisons par Znib (6km de K.S). Bon Hofara (9)

Page 53

Page 54

Samedi 15 décembre 1951

[Page 48]

S. 15.XII.1951

17° à 7h.

Szumowski prend aujourd’hui l’équipe de fouilles pour lui pour la fouille dans la nécropole Nord-Ouest (fouilles S1 et S2). Je me propose de mon côté de prospecter cette même nécropole, qui est au fond mal connue, entre la mare Ouest de Koumbi et le tombeau à colonnes.

Je note d’abord que, plus on est près de Koumbi, plus les tombes sont simples. Les cimetières collectifs y semblant très rares, bien que des murs se voient, surtout du côté du baobab. Mais en général une multitude de tombes individuelles faites de longues plaques de schiste, dont la bordure dépasse du sol.

[Photo] 6.2 Tombes musulmanes N.S. au Nord de la mare, près des fouilles s2. Simples plaques de schiste.

Pas une épitaphe ! Ce n’est qu’après que commencent les grands cimetières collectifs, dont l’ensemble du tombeau à colonnes est le plus vaste.

D’après la loi habituelle des cimetières (V. Cintas), les cimetières les plus proches du centre sont les plus anciens. Ce serait donc en pleine postérité que Koumbi (…)

[Page 49]

(…) aurait été fauchée, puisque ce sont les cimetières les plus éloignés qui sont les plus beaux. Je vais reprendre ici où je l’ai laissée le relevé des anciennes fouilles Bonnel de Mézières.

B de M 16. C’est le fameux tombeau à colonnes, dont je reparlerai plus loin avec les fouilles que j’y ai pratiquées.

[Photo] 6.4. Tombeau à colonnes vu de l’Ouest. Noter l’état de délabrement du sommet des murs. Au fond, grande plaine plate où pourrait s’établir un aérodrome. Le tronc est celui d’un calotropis sec. Je l’ai laissé pour servir de repères aux visées.

[Photo] 6.5. Tombes musulmanes au Sud du tombeau à colonnes. Noter qu’elles sont N.S ou E.W (la flèche → N). La planchette est près du T. à colonnes.

Les tombes ne sont nombreuses que près du tombeau central. Je m’en propose d’en ouvrir une.

Le mur extérieur est complètement rasé, nivelé, plus que les autres qui le sont pourtant pas mal. Mais leur trace est très lisible sur le sol à cause de la végétation qui est différente sur eux et à côté (voir photo 6.6 page 50)

[Page 50]

[Photo] 6.6 Le mur extérieur des enceintes successives du T. à C. visible par la différence de pousse des herbes. (Mur Sud-Est, à l’angle Est vu vers le S.W. Le bâtiment qui en marquait le milieu est très visible, en + foncé). La serviette au 1er plan est exactement à l’angle Est du mur.

B de M. 17. C’est une fouille assez compliquée, à l’angle Est du mur extérieur du système du tombeau à colonnes : sur la photo aérienne on dirait un réseau de tranchées ! Cela fait partie d’un ensemble, une enceinte funéraire carrée, ayant à son milieu une petite mosquée (B de M 18). Sa fouille 17 occupe l’angle ouest de cette enceinte. Les murs ne sont aucunement à l’alignement et on voit mal à quoi pouvait servir ces constructions parasites d’une enceinte funéraire. Construction défensive (…)

[Plan B de M 17 et B de M 18]

[Photo] 6.7.  Soit le mihrab de la mosquée de 18 B de M, soit la Construction ronde de 17 B de M, photo publiée alors par lui, p. 253 (cf. cahier 1949, photo 380, p 28)

[Page 51]

(…) élevée au moment de la chute de la ville ? Nous devons nous trouver là en effet, entre cette construction et l’enceinte extérieure du tombeau à colonnes, à l’endroit où la piste du Nord-Ouest pénétrait dans la nécropole. C’est peut-être cette piste, légèrement déplacée au Sud, qui est marquée si bien par un trait rectiligne sur la photo aérienne.

B de M 18. Très intéressante construction. C’est, dit B de M., un « tombeau entouré d’un mur… entre ce tombeau et le mur, un mirhab ; autour du tombeau, des tombes ordinaires. Dans le tombeau, petits sarcophages … ».

[Photo collée recto] 10.3. L’enchevêtrement de la fouille B de M 17 (le feu renforce en noir les fossés).

[Photo collée verso] 6.3 Tombeau à colonnes (angle sud)

Cette tombe collective est unique à Koumbi, en l’état actuel de nos connaissances, à cause de la présence de ce mirhab qui est d’ailleurs orienté trop au Sud (même qibla que l’Afrique du Nord ?). Les tombes Nord et Sud sont très visibles à l’Est – seulement – du mirhab, comme si l’enceinte funéraire, prévue pour une collectivité, n’avait eu le temps que d’ensevelir peu de morts.

C’est la même impression au tombeau à colonnes. On commençait évidemment par mettre les morts à l’Est de la mosquée (Kalilou Tandia, que j’ai vu depuis, m’a même dit que ce sont les enfants que l’on place plus près du mirhab. Cf. Gao – ancien).

[Page 52]

B de M 19. A 40m S.E. du coin Sud de l’enceinte extérieure du B de M 18, traces de fouilles qui doivent être B de M 19 (tombeau identique au précédent, d’après lui…

B de M 20. A 100m au Nord de la même enceinte (angle Nord), autre construction fouillée par B de M. Il y voit une « maison de dimensions spacieuses ». Etant donné le voisinage, ce que j’ai vu en place et ce qui ressort de la photo aérienne, il semble plutôt qu’il s’agisse d’un ensemble funéraire (avec maison de gardien ?) : des tombes sont en effet visibles là aussi…

B de M 21. « Tombeau composé d’une chambre longue de 6m, large de 2m : ossements, bagues, bracelets de cu, pots en terre ». Il doit s’agir de la fouille située à 500m E.SE de B de M 18, de 4m N.S et 2m E.W. divisée en 2 compartiments dont celui du Nord arrondi.

[Petit plan du tombeau]

B de M 22. A 125m S.E du précédent et 1km W.NW de la balise M, visible de très loin à cause de la butte de fouille, il semble bien que l’on ait affaire à un des rares tumulus de Koumbi. « Canaris en grand nombre, bracelets de cu, bagues, coquillages, perles de verre et porcelaine » y furent trouvés par B de M. De nombreux fragments de grandes poteries s’y trouvent encore. Elles sont de facture plus grossière que le reste et doivent être plus anciennes. Ce sont de tels tumulus qu’il faudra rechercher dans la région, près des mares, quand on se mettra sérieusement à chercher l’autre Ghana, celle du roi.

[Page 53]

[Photo] 17.7. Fouille B de M 22. Noter les fragments de poterie au fond de la fouille.

L’après-midi, je lève le système compliqué des murs au S.W de Koumbi. Difficile à cause des arbres. Il faudra la photo aérienne pour y voir clair.

De toutes façons, il y a des solutions de continuité qui ne permettent pas de penser que la ville a été protégée par une enceinte.

[Photo] 7.2. Fouille 20 B de M

(hiatus entre les longs murs et la mare W. de Koumbi et même chose à l’Est, entre les longs murs et les premières contructions de Koumbi (quartier Sud-Est).

Page 48

Page 49

Page 50

Page 51

Photo collée page 51. Recto

Photo collée page 51. Verso

Page 52

Page 53

Vendredi 14 décembre 1951

[Page 46]

V. 14.XII.1951

18° à 7h

Continuation des fouilles M2. Il s’avère désormais des plus probables que nous avons affaire à une habitation et non à une tombe. Murs à angles droits. Porte intérieure. Poterie presque inexistante.

En relevant le plan de la fouille, je m’aperçois que le bâtiment n’est pas, comme je le supposais, au centre de l’enceinte circulaire, mais très déplacé vers le Sud. Le plancher étant atteint sans résultat, je décide d’abandonner la  fouille au point où elle en est.

[Plan] Fouille M2

[Page 47]

Je prépare sur calque un grand plan de Koumbi (qui ne servira évidemment que sur place) sur lequel porter les données nouvelles. Notre ancien plan n’est en effet pas suffisant (publié Bull. IFAN).

Visite de la nécropole Nord-Ouest entre le baobab isolé près de la petite mare et la fouille B de M 22. Je trouve la fouille B de M 21 à 160m de la 22 (je parlerai de ces fouilles plus loin). Il faudra fouiller à côté (ce seront les fouilles  Sz. 2 et 3). 33° à 12h.

Après-midi. Nous allons récupérer les plaques épigraphiées décorées que Thomassey a trouvées en 1950 et qu’il a cachées contre le mur Sud de la chambre 5 de sa fouille. Il y a en effet de grands risques d’éboulement dans ce  coin et il faut sauver les plaques. On fait 2 lots : on emporte les plus belles et les plus petites aussi, ainsi que les meules girantes. Les plus avariées et les intransportables, nous les cachons ailleurs : sous un tas de pierres des  déblais, à l’extérieur, à l’Ouest du bâtiment de la chambre 9 (côté Nord de l’entrée). C’est Kariba qui connaissait la cachette.

Soir : point de station avec ma planchette branlante à la fouille B de M 22, magnifiquement situé entre Koumbi même et le groupe du tombeau à colonnes.

Page 46

Page 47

Jeudi 13 décembre 1951

[Page 44]

J. 13.XII.1951

15° à 7h

Je poursuis les fouilles de la butte M2 avec l’équipe complète (Kariba et 4 manœuvres). On dégage les murs pour chercher le plan de l’ouvrage. Destination impossible à définir pour l’instant.

De 11h à 12h. reconnaissance au Sud de Koumbi : mur à l’Ouest de la piste. Sur le rebord Nord de la vallée Est-Ouest se dirigeant entre Sohobi et Znib, plusieurs buttes tumuloïdes jonchées de schiste. Enceinte de pierres circulaire de 6m de diamètre : réduit ? Poste d’observation ? Semble moderne : manoeuvres militaires le long de la piste ?

[Page 45]

Vais à l’Ouest de la mare de Sohobi, où je trouve la fouille B de M 1. (voir supra, p.37).

Continuation de la fouille M1 dans l’après-midi. On atteint ce que je suppose être le « plancher » : couche cendreuse grise, qui devrait être la bonne. Sable au dessus et en dessous.

Je retourne au Sud de Koumbi lever le plan des restes de construction jusqu’à la vallée Ouest-Est se jetant dans le système coulant de Znib à Sohobi. Système très complexe. Ruines rasées au sol sauf l’anneau – réduit cité plus haut.

Le système se continue plus au Sud. Ces constructions de pierre devaient être complètement isolées : rien n’indique que ç’ait été des constructions défensives.

Szumowski va à la chasse avec le mousqueton 8m prêté par Nara (qui marche très mal), avec Sami. Il voit deux lions ! Et moi qui après 15 ans d’Afrique n’en ai pas vu un seul !

Botanique :

Sur le site de Koumbi, 60 à 70% des arbres sont Balamites egyptiaca (teichet), bon bois de construction (notre tente est sous l’un d’eux) ; Balsamodendron africanum et Jujubier. Très rares Salvadora persica (j’en compte 6  seulement) = iraK de Bekri = tijob B de M = tijjè, dont nos manœuvres font des provisions de cure-dents très appréciés dans le Sud.

Page 44

Page 45