Lundi 31 décembre 1951

[Page 88]

L. 31.XII.1951

24° à 8h.

Achats et courses à Bamako.

Vu F. Nocilas à la réunion du Conseil au sujet du déplacement vers Tombouctou.

Après-midi à la Grotte du Point G. avec les manœuvres. Szumowski et Kariba enlèvent une plaque peinte placée sur le sol, donc vouée à la disparition.

Je délimite le terrain qui serait à classer entre les deux carrières (Louveau m’a dit qu’il avait déjà protégé cette grotte contre les carriers).

[Plan Colline du Point G]

C’est en effet la seule à peintures de toute la région (il y en a d’autres dans le pays dogon et vers Kita.

Il faudrait classer le site.

La chose doit être facile car c’est un titre foncier de l’Etat français : T 1457, comme on me le dit au cadastre.

[Photo] 19.4. L’abri sous roche à peinture du Point G.

[Page 89]

[Photo] 19.5 Peintures de l’abri sous roche. Personnages. A dr. un cavalier vertical.

[Photo] 19.6. Peintures de l’Abri sous roche. Personnages. Cavalier en chameau, en haut à dr.

[Photo] 19.7 Peintures de l’abri sous roche. Personnages.

(Cahier terminé le 3 mai 1952)

[Page 90]

[Photo] 19.8 Bamako vu de l’intérieur de l’abri sous roche du Point G.

[Photo] 20.1. Ma « barbe de tournée » après un mois…

[Page 91]

[Photo] Marché de Bamako

[Page 92]

[Photo aérienne] Ph. Décembre 1951. Koumbi Saleh. Les enceintes du tombeau à colonnes

PAge 88

Page 89

Page 90

Page 91

Page 92

Dimanche 30 décembre 1951

[Page 87]

D. 30.XII.1951

26° à 7h30

Recensement des plaques épigraphiées Th. 1950 ramenées à Bamako. Soit :

1) Formules coraniques 4, 6, 28, 29, 30, 31, 33, 34, 39, 40, 41, 42, 19, 8, 11, 7, 9, 10, 1, 2, 12, 51, 27, 26, 35, 36, 43

2) Rosaces et swastikas : A11, 13, 9, 7, 6, 2, 5, 4.

3) Volutes B1, 2, 3, 4, 7, 6, 8.

Prends pour Dakar : 1) 9-10, 8.11, 4-5, 36, 39-40-41-42.

2) A 6.2 8.5

3) B 1-2-3-4

Note arrive de Dakar : on envoie le command-car !

Et moi qui espère pouvoir faire ma tournée avec les Commandants de Cercle arrivés à Bamako pour le Conseil du 1er janvier : cela simplifierait tout et éviterait à l’IFAN une bien grosse dépense. Surtout que le command-car m’a dit Villiers au départ de Dakar, est tout juste bon pour les services dans la presqu’île ! (1)

Je travaille au plan de Koumbi Saleh, d’après le travail des aviateurs : la nécropole Nord-Ouest ressort magnifiquement, ainsi que les constructions du Sud de la ville.

29° à 22h

___________

(1) Effectivement, on doit remplacer le moteur début 1952. Et c’est avec un moteur non rodé que Pelissier part en tournée en Casamance début avril 1952.

Page 87

Samedi 29 décembre 1951

[Page 86]

S. 29.XII.1951

Paie des manœuvres :    31×200 = 6.200F
Kariba Coulibaly, chef d’équipe    31×100 = 3.100
Kary Traoré, manœuvre    31×100 = 3.100
Seriba Coulibaly, «     31×100 = 3.100
Lassana Sanogo, «     31×100 = 3.100
Moussa Traoré, «     31×100 = 3.100
 18.600F

Fais achats en ville pour le reste de la tournée ? Vais à l’aviation où je vois les Capitaines Lorillot et Charles. Ils me remettent le plan de Koumbi pris à 1500m, au 1/5000°. C’est une merveille qui va bien nous faciliter nos travaux de recherches : le plan est désormais pratiquement fait. Il va de la mare de Znib à la fouille de Lazartigues 1, soit plus de 5km !

Un seul ennui, c’est que la partie Nord des ruines n’a pas été photographiée : les photos 32 à 52 ont été prises trop au Nord et ne concernent pas la région qui nous intéresse. Dommage.

J’écris du coup à M. Monod pour me faire obtenir par l’Air l’autorisation de survoler Koumbi à mon retour à Bamako en février.

Page 86

Vendredi 28 décembre 1951

[Page 84]

V. 28.XII.1951

Bon campement. Réparons crevaison roue arrière. Départ à 7h35. La route est de tôle ondulée.

[Photo] 19.2. Campement de Kolokani

A 9h après le passage de 3 ponts successifs dans une région marécageuse, nous arrivons à Nossombongou à 57km de Kolokani et 70 de Bamako.

Soning Keni à 53 km de Bamako à 9h50.

[Page 85]

[Photo] 19.3. Pont d’hivernage entre Kolokani et Nossombongou (la piste de saison sèche passe à côté).

Croisement route de Kita à 10h10 (112km de Kolokani)
(107 sur la plaque). Kati.
Arrivée Koulouba à 10h40 (132km de Kolokani).

Vais l’après-midi aux Finances : ils ne peuvent prêter ou louer un véhicule pour le Sahel. Il faudrait qu’une occasion se présente pour aller à Tombouctou…

Heureux de se retrouver en pays civilisé, avec un vrai lit, et surtout la douchière… et des légumes frais à manger. Les Szumowski sont heureux aussi de se retrouver chez eux.

Mais moi j’ai encore 2 mois à courir les routes avant de retrouver mon foyer à Dakar. Enfin, j’ai de bonnes nouvelles et c’est l’essentiel.

Il faut se préoccuper pour le moment de la suite de la mission, avec cette difficulté de véhicule (Baldi a écrit de Dakar qu’il ne fallait pas compter sur le dodge IFAN, les finances ayant renâclé devant la facture…

Page 84

Page 85

Jeudi 27 décembre 1951

[Page 82]

J. 27.XII.1951

Nara –    Départ 7h
atteignons bonne route    7h35    18km de Nara
Goumbou    7h50    30km
 Sable. Mauvaise dune en côte    8h15    42km (pas descendu)
 Kaloumba    8h25    45km

La traversée de l’Ouagadon n’est pas trop dure, la route ayant été paillée.

[Photo] 18.6. La route paillée dans la traversée de l’Ouagadon, grande zone dunaire consolidée.

[Photo] 18.7. La route au passage de la mare de Gringaleh (vue vers le Nord)

[Page 83]

Nous arrivons à 9h50 à la mare de Gringaleh (il y a un peu d’eau à l’Est). Latérite. 75km de Nara.

[Photo] 18.8. Ensablement entre Gringaleh et Mourdia

Nous nous ensablons dans une petite côte, pour avoir quitté la piste principale. 7 derniers km passables.

Mourdia 11h20. 99km de Nara. Grès. Départ 11h35.

3km de déviation, mauvaise puis bonne.

2 villages à 10 et 12km de Mourdia (Sud route). 12h.

Fin bonne route à 12km de Mourdia. Village au N. 4km plus loin. Assez bonne route. Village 11km plus loin. 12h25. Sable.

Halte (radiateur bout). 34km S. Mourdia. 12h40.

Nous en profitons pour déjeuner (ph. 19.1). Repartons 14h10. Village au N. 44km Mourdia. Bout de route empierrée 2km + loin. Nayi à 51km de Mourdia.

[Photo] 19.1 Déjeuner dans la brousse.

[Page 84]

Case. Elevage et puits de Nayi à 1km + loin.

Feu de brousse au Nord.

Limite subdivision de Kolokani (plaque indicative) à 62km de Mourdia. Assez bonne route ( a été refaite depuis notre passage).

Village à l’est 16h10. 77km. Mda. Route longe le bord Ouest d’une colline 81km Mda.

Village au Nord 94km Mda, puis 105km (côté N.). 17h.

Village à l’Ouest (dr.) 111km.

Didieni 17h30. à 122km de Mourdia.

Bonne route (Bamako – Nioro) mais tôle ondulée.

Kolokani (Subd.). 18h30. à 40km de Didieni.

Campement. Vu le Chef de Subdivision.

Page 82

Page 83

Page 84

Mercredi 26 décembre 1951

[Page 79]

ME. 26.XII.1951

[Photo] 18.1. Départ de Koumbi. Au premier plan, voyant de la piste de base de 200m de la route au camp.

Démontage des tentes.

Départ de Koumbi à 8h10. Le camion est très chargé : cela se sent… Dunes. Puits (hassi) de Bon Hofara à 8h45 (11km). Nous descendons prendre congé de notre ami Peul qui nous fournissait du lait.

[Photo] 18.2. Notre Peul est le petit du milieu

Il est inquiet car jamais le hassi a si peu fourni d’eau. Il est en général plein à cette époque. Pourtant l’année 1951 a été pluvieuse , mais dans le Nord, dans le Sahara. Pas ici.

Il sera obligé bientôt de descendre plus au Sud.

[Photo] 18.3. Boeufs au puits de Bon Hofara

Le schiste affleure en arrivant à Koumbi Dioufi, le seul village sur la piste (200m Ouest) (…)

[Page 80]

(…) entre Koumbi Saleh et Karounga

[Photo] 18.4. Boeufs au puits de Bon Hofara

[Photo] 18.5. Village de Koumbi Dioufi (les habitants se précipitent. Ils ne doivent pas souvent voir d’autos !)

Koumbi Dioufi. 24km de Koumbi.

A 11h30 (48km), arrivée au pied de la grande dune de Banforié. Cherchons passage. Descendons tous pour alléger. Nous nous hissons à grand mal en frayant le chemin et poussant le camion, paillant etc… au sommet. Le camion a pris parfois des gites impressionnants. C’est de beaucoup le (…)

[Page 81]

(…) plus sale coin de tout le trajet et il y aurait intérêt à trouver un passage ailleurs, quitte à rallonger la route de quelques kilomètres. Il y a risque de verser, ce qui serait catastrophique en ce coin perdu.

Petite dune à prendre de côté, 13km plus loin et une autre (se gravit tout droit 1km après.

Arrivée à Karounga à 12h20 (71km de Koumbi) (route assez bonne entre Banforié et Karounga)

Piste de Nara difficile à repérer à la sortie de Karounga (se faire montrer le chemin. Faute de la faire, nous sommes obligés de revenir un peu en arrière, jusqu’à ce que nous rencontrions du monde).

Feu de brousse (nous passons au travers en éteignant au passage).

Village de culture 1km Sud piste à 14km Karounga.

Bifur piste qui s’y rend de Nara à 18km. (attention pour l’aller).

[Plan]

Torou    14h15    (28km de Karounga)
Verguernaré    14h35    35 km       « 
Nara    15h    44km        « 

Nous revoyons M. Brahim Hamounek Dicko adjoint au chef de Subdivision et lui faisons viser nos papiers et lui rendons le mousqueton.

Campement. Lettre de Baldi : impossible envoyer camion.

Page 79

Page 80

Page 81

Mardi 25 décembre 1951

[Page 77]

M. 25.XII.1951

16° à 7h

Noël… Un drôle de Noël, loin des miens. Il se passe en emballages, bien compliqué à cause du volume des choses à emmener…

[Photo] 17.2. Emballage et étiquetage du matériel

Je répartis les plaques épigraphiées entre des caisses de mes cantines. Meules dans caisse à outils., poteries dans un mortier, fût de fer, etc…

Lorsque le tout est fait, je repars faire encore un tour dans les ruines.

Je vais voir le tertre funéraire fouillé par Th. en 1950.

[Photo] 17.4. Tertre funéraire Y fouillé par Th. en 1950 au Nord de la mare Ouest

[Plan du tertre]

Toutes les tombes sont N.S. Ce tertre était-il un tumulus préislamique antérieurement ? On n’en sait rien.

Il aurait fallu fouiller plus profondément et Th. n’a fouillé que les tombes Y éparses sur le tumulus.

[Page 78]

[Photo] 17.5. La colline de Koumbi vue du tertre fouillé par Th. en 1950

[Photo] 17.6. La fouille Bonnel de Mézières N°21

Je vais dans la nécropole Nord-Ouest prendre encore quelques relevés qui me manquaient pour faire ma carte de Koumbi : il faut rattacher tout le système à celui de Koumbi même (je ne sais pas encore si la photo aérienne est réussie.

Le camp de 1950 de Thomassey se trouvait dans ce secteur, à 100m S.W environ de la butte qu’il a fouillée en 1950.

Page 77

Page 78

Lundi 24 décembre 1951

[Page 76]

L. 24.XII.1951

15° à 7h

Sz. prend 2 manoeuvres et continue sa fouille de la veille. Je prends les autres et nous allons consolider les murs des fouilles de Th. 1949, qui en ont bien besoin. Bouchons les niches Sud de la chambre 1 et couvrons tout ce que nous pouvons des murs. (voir ph 16.8, p.35). L’avenir nous dira si cela préserve un peu la construction…

Après-midi : je continue la fouille M5 et Sz. celle de la Grande place (S.I). Tué 2 fofoni dans la fouille. Trouvaille de la partie supérieure d’une meule gisante à 0m50 de profondeur dans la partie Sud du bâtiment. Tjrs des poteries. Ces dernières sont toujours les mêmes à Koumbi Saleh : engobées (pichets à filtre à fond plat, vases, récipients hémisphériques)

[Photo] 17.1. La meule gisante dans la position où elle a été trouvée.

à décor ou non, non engobées, à dessins en creux ou en relief, parfois avec dessins rouges sur fond crème. Poteries grossières (gobelets, vases etc…).

Tjrs les énigmatiques bouts de cuivre…

Fin des fouilles à 18h.
26° à 18h30

Page 76

Dimanche 23 décembre 1951

[Page 72]

D. 23.XII.1951

17° à 7h

Szumowski va mieux. Il prend ce matin l’équipe entière pour continuer sa fouille de tombeaux (S2). J’en profite pour prendre encore des notes et photos sur les fouilles présentes et antérieures.

[Croquis] Fouille M5

Je relève le plan de la maison de la grande avenue (M.5). Qu’est ce ? Une cuisine ? Une boutique aurait été plus indiquée à cet emplacement…

Os d’animaux, cendres, charbons, petits fragments de cuivre, fer…

[Page 73]

Je fais mettre le feu sous un balsamodendron africanum pour voir le mécanisme de l’exsudation de l’encens : elle est immédiate… (Ph 14.1).

Je prends toute une série de photos des fouilles Th.49 et 50 (réparties plus haut dans ce cahier) (pell. XIV et XV).

Nous avons encore aujourd’hui la visite du chef Koumba, qui se promène dans le secteur avec sa harka.

[Photo] 14.1. Le balsamodendron Africanum après avoir été brûlé au pied. L’encens exsude de l’écorce (ou plutôt de la couche au dessous.

[Photo] 14.2. Fouilles M5. Maison grande avenue – La porte murée

[Photo] 14.3. Fouilles M.5. Autre aspect de la même fouille (vue vers le Sud)

N.B. j’ « étaie » au fur et à mesure puis descend la fouille M5 en comblant les coins fouillés

[Page 74]

[Photo] 16.2. Femme koumba de la suite du chef

[Photo] 16.1. Chef Koumba et femme de sa suite.

Au coin Sud.Ouest de la mare , il y a 2 petits cimetières distincts : celui sur le bord même de la mare, sans épitaphes, à tombes rectangulaires étroites (2m x 0.70) et dalles saillantes ; celui plus éloigné, avec quelques épitaphes, certainement assez récent, à bordure de pierres circulaire ou ovoïde.

Je relève quelques inscriptions.

[Photo] 16.4 Le cimetière musulman au Sud-Ouest 484 de la mare Ouest. Le système est le même que celui de la nécropole Nord-Ouest

[Photo] 16.3. Tombe Y récente au Sud-Ouest de la mare. Entourage large de pierres, comme dans le cimetière « moderne » de Sohobi. Epitaphe 2.

[Page 75]

[Plan des tombes et relevés des inscriptions]

L’après-midi, nous allons avec Sz. au Sud de Koumbi : je veux reconnaître la grande enceinte reconnue par Th. en 1950. Nous la trouvons à 2km.5 au S.S.E du Camp, à 800m au Sud-Ouest de la mare – en eau – de Znib et à l’ouest de la piste.

[Petit plan de la grande enceinte]

C’est en effet une très grande construction (75 x 75m) mais je ne vois pas à quoi elle a pu servir : à la défense ? Il faudrait fouiller pour le dire.

Nous revenons par la mare de Znib (où nous sommes allés chercher de l’eau le 1er jour !) eau croupissante mais le cadre est bien joli.

Du gibier : je rapporte perdreau et lièvre… Nuées de pintades dans la mare de Sohobi.

Page 72

Page 73

Page 74

Page 75