Jeudi 31 janvier 1952

[Page 95]

J. 31.1.1952

Départ de Kidal 7h25 avec Clauzel et toute une harka de goumiers. Ils vont à Agueloc régler une histoire de bagarres (c’est la saison, les Touareg sont pleins… [?] et en profitent. Froid. Halte dans l’O. Ibdakane où un goumier nous arrête pour donner des nouvelles d’Agueloc. Halte ensuite à 9h à la (…)

[Photo] 48.1. Halte dans l’O. Ibdakane

[Page 96]

[Carte de la région]

(…) tête de l’O. Tekankan (vers[?] : n de [flèche] sur la carte au 500.000°).

J’en profite pour grimper sur les rochers voisins dans l’espoir d’y trouver des rupestres. Rien. Je ne découvre sur un reg un peu plus loin qu’un peu de paléo moyen, près d’une dune (so-52-53). Nombreux tombeaux très ordinaires (tas de pierres). Vocation radio à Capella « Allo ! Ici Castor »… Très astronomique !

Paysage pelé, noir, avec quelques massifs isolés, pas très élevés, de temps à autre. Temps clair superbe.

[Photo] 48.2. Le goumier touareg et son méhari
[Photo] 48.3. Vue sur « l’Oued » (dépression boisée) du haut des rochers
[Photo] 48.4. Campement des « forçats » travaillant à la piste.
[Photo] 48.5. Pont sur l’oued à Agueloc

[Page 97]

[Photo] 48.6. Route Mer-Niger entre Agueloc et Tessalit
[Photo] 48.7. Même route. Noter sa largeur
[Photo] 48.8. L’arrivée à Tessalit. Les palmiers.

Contraste lorsque l’on passe les oueds : verdure. Beaucoup de Chuvia purpurea. Rencontrons sur la piste, 15 km env. avant Agueloc, les « forçats » refaisant icelle. La route est bonne. On s’en rend d’autant mieux compte par le tronçon de 15km qui reste…

13h30 Agueloc. Petit poste du Mer-Niger. Quelques commerçants. Poste fortifié (infirmerie), à 150km de Kidal par la piste. Pont métallique sur l’Oued. Nous mangeons et filons sur Tessalit, qui est à 95km de là. Nous retrouvons la bonne route du Mer-Niger. Toujours le même paysage désolé sauf au passage des vallées. Arrivons à Tessalit presque à la nuit (17h45) et logeons dans le vaste campement du Mer-Niger. Y trouvons M. Fabre, chef du secteur Sud de la piste et M. Cressonville qui habite le logement à peu de distance, sur une petite élévation.

Deux choses m’amènent à Tessalit : la formidable station rupestre relevée par H. Bessac (1940) (il est curieux qu’elle n’ait pas été connue avant) et la mine où l’on trouve un minéral Cu+ Zn etc… à faire des perles signalé par Bardet en 1943.

Page 95

Carte Anefif - Tessalit

Page 96

Page 97

Mercredi 30 janvier 1952

[Page 91]

ME. 30.1.1952

Départ 6h15. Passons au puits de Tabankort (-60m) (bordj 1920) après nous être arrêtés à un cimetière Y, à 1 km au Sud, où nous récoltons 2 haches néol. et quelques pièces (so-52-52). Formations de croûtes [?] au cimetière.

[Photo] 46.3. A dr. le puits ; ag, le bordj.

Aussitôt après Tabankort, nous trouvons la route Mer-Niger, très roulante, épatante (on y fait les vitesses qu’on veut nivelée au [?], etc… Belle réussite dont je n’avais pratiquement pas entendu parler et qui relie directement l’Algérie et l’AOF. Nous rencontrons de temps à autre des équipes ; 1 Européen et des travailleurs indigènes.

[Page 92]

Tué une gazelle (on en voit ici des troupeaux). Le paysage est plein d’arbustes et d’herbes. Nous nous arrêtons à 23 km environ avant Anefif (et non Anefis comme sur les cartes) à un cimetière Y (Takarangat) célèbre chez les auteurs (Cartier, de Gironcourt, Haardt et Audoin-Dubreuil car on trouve sur beaucoup de tombes du matériel néolithique apporté d’autres gisements. Nous y faisons une très bonne récolte (so-52-54), surtout des haches polies, mais aussi marteaux, [?], ciseau, etc… Aussi fragments de poterie émaillée. Un échantillonnage de « curios »…

Mais les roches (grès) primaires des Iforas commencent à affleurer par blocs presque recouverts par les alluvions. j’ai tout de même la surprise de découvrir deux bons bifaces (so-52-53) et un éclat paléo. Je ne m’y attendais pas, si loin des massifs… Mais je croyais que le néo. était plus abondant dans le secteur.

[Photo] 46.4. Route Mer-Niger (ph. bougée, car prise sans s’arrêter)
[Photo] 46.5. Tombes Y modernes avec rangée de pierres.
[Photo] 46.6. Cimetière Y de Takarangat. Noter les nombreuses stèles (la roche commence à affleurer)

[Page 93]

La disposition des tombes etc… serait intéressante à étudier et certaines stèles à relever.

[Photo] 46.7. Stèle épigraphiée de Takarangat.
[Photo] 46.8.Tombes alignées du même Y (Noter l’orientation : boussole et bâton

Passons à Anefif, porte de la piste du Mer-Niger, sur un terrain de reg caillouteux où je suis surpris de ne pas trouver de préhistoire. Boisé. Puits nx.

Quittons la route du Mer-Niger au km 250 de Gao (par Tilemsi). Gibier nombreux : biches, pintades.

Nous nous arrêtons sur le reg pour prospecter : rien malgré les myriades de cailloux. Une perle de pierre seulement…

Nous ne nous arrêtons ensuite qu’à l’O. Aklet à l’endroit où la piste (très bonne, car faite et entretenue par les prisonniers du « bagne » d’AOF qui sont basés à Kidal) entre carrément dans le massif montagneux, que l’on longe depuis longtemps et dont les sommets se détachaient depuis le croisement après Anefif. Nous ne sommes qu’à 15 km avant Kidal.

Après bien des pas, je finis par découvrir une gravure rupestre (ph. 47.1) : 1 bovidé et un autre animal face à face. Très effacé (je repasse à la craie). Cette gravure se trouve presque en bas des rochers, sur un gros bloc de granit arrondi (V. ph. 47.2)

[Photo] 47.1. Rupestres de l’O. Aklet (on a Ph. de la Bernardie donnant l’échelle.)

[Page 94]

[Photo] 47.2. Rupestres de l’O. Aklet. On voit au 2e plan notre voiture arrêtée

Mais une prospection du groupe de rochers nous amène une surprise : de la préhistoire : 2 bifaces paléo, 1 uniface, et d’autres pièces paléo, qq. éclats néo. et du quartz (so-52-55). On sait que le paléo est très rare dans les massifs montagneux du Sahara (Voir [?] H. Kelley, Bifaces acheuléens de l’Adrar des Iforas, J. Soc. Afr. 1934)

Arrivée à Kidal : 16h. Descendus au campement (370 km de Gao par le Tilemsi)

[Photo] 47.3. Bords de l’O. Kidal avant le [?].
[Photo] 47.4. Kidal : fort. A dr. [?]
[Photo] 47.5. Fort de Kidal, très « bordj [?]« . Tout rouge, avec partie blanche
[Photo] 47.6. Kidal vu de l’ancien bordj de la rive droite

[Page 95]

[Photo] 47.7. Ruines du vieux Kidal

Nous filons aussitôt, Bouesnard et moi, aux ruines du vieux Kidal, à 800m environ N de Kidal.

[Plan de Kidal]

Les constructions sont toutes écroulées mais il y a des murs qui dépassent parfois le sol de quelque 1m,50. Comme la nuit est proche, nous nous proposons de revenir.

Allons aussi à l’ancien bordj, juste en face du fort actuel. Kidal a beaucoup d’allure. De la Bernardie est dans son élément, dans son fief (c’est celui de Charpentier aussi). Jardins avec éthels. 8 corbeaux à colliers.

Dinons chez M. Clauzel, Administrateur. Copie ses notes sur Tamaradant, ruines à 100km Est de Kidal, que tous les Cdts de cercle connaissaient et où Zöhrer a relevé des rupestres. Me passe des pellicules de ces ruines.

Page 91

Page 92

Page 93

Page 94

Page 95

Mardi 29 janvier 1952

[Page 83]

M. 29.1.1952

6h30 – Départ de Gao sur 6 roues « Castor » avec Cap. Schmitt, Lt Bouesnard, Lacroix, 1 goumier et tirailleurs. Prenons de la Bernadie, qui monte à Kidal.

Prenons la route de Tilemsi, passons à Sané. La piste assez bonne, sablonneuse par moments, longe la partie Ouest de la dépression du Tilemsi. Celle-ci, vallée quaternaire, puis zone d’épandage des eaux des Iforas, a été une des régions les plus peuplées relativement de tout le Soudan.

Ce devait être une région très arrosée, avec des lacs, des marais à bourgou, une faune abondante. Des villages de pêcheurs s’installèrent en quelques points (Karkarichinkat) tandis qu’un semis d’habitations à la limite de la zone arrosée devait longer la dépression (Dunes de l’Ouest, In Ekiad par exemple). Tout cela serait à faire à pied, en prenant bien son temps…

Je ne cherche pas au passage le fameux gisement atelier de fabrication de perles de Gangaber décrit très bien par Lhote. Toujours pris par le temps (il faut que le Cap. Schmitt soit de retour le 11 février), il faudra faire pour le mieux, mais au plus vite…

Nous suivons le [?] de la dépression argileuse en général. Le terrain est très roulant et on peut faire de la vitesse (relative).

Le premier arrêt a lieu à 84 Km env. Nord de Gao, à Karkarichinkat – Sud = In Begouen B. de Prost et Gérin-Jean, qui nous ont envoyé de là une belle collection de néo (so-51-141). C’est à peu près à 7 Km W. N. W. du puits d’In Begaouen, où la piste ne passe plus (V. feuille Bourem-Nord au 1./200.000e).

[Photo] 45.8. Sur Karkarichinkat – Sud

Le gisement se trouve exactement au bord de la route, à l’Est, et forme une élévation de terrain de + 3m au-dessus de la plaine plate. Il doit s’agir d’une butte isolée non inondée au milieu de l’ancienne zone d’épandage.

[Page 84]

[Carte itinéraire de Gao à Kidal] Gisements néolithiques

C’est le site certain d’un village néolithique de pêcheurs (+ éleveurs ([?])) (agriculteurs ?) sur 300 * 100m environ, le matériel jonche le sol en quantités : silex, poteries, squelettes. C’est d’une richesse inouïe (so-52-48).

[Photo] 45.6. Fragments de crâne affleurant sur le gisement (sous le mètre)
[Photo] 45.7. Squelette affleurant
[Photo]  Crâne de Karkarichinkat
[Photo] Crâne de Karkarichinkat

[Page 85]

Je trouve (ou plutôt nous trouvons, car tous s’y mettent) : 1 hache silex polie + 6 fragments du même ; 13 haches polies de roches noires ou vertes,  dures, + 4 frgt 1 hache polie globuleuse, 4 pointes de flèche monofaces, 2 ptes bifaces, 2 foliacées, 2 diverses, 8 grattoirs de silex, 5 nucleus, 6 burins, 2 pointes [?], 3 lames, 19 retouchées divers, 1 fragt de bracelet de poterie, des fragts de poterie, 3 cylindres de poterie et surtout 2 fragments de crânes, l’un faisait partie d’un squelette allongé sur le sol, affleurant (ph. 45.7) qu’il y a tout lieu de croire (…)

[Croquis de haches, de ciseau]

[Page 86]

[Croquis de haches, de flèches]

[Page 87]

[Croquis de grattoirs, de burin, de lames]

[Page 88]

(…) de même époque (néolithique) que l’outillage récolté. De toute façon, préislamique (les squelettes  ne sont pas orientés à la musulmane). Et à peu de choses près, le préislamique ne se confond-il pas ici avec le néolithique ? Cependant étant donné le dessèchement qui a occasionné ici le départ des populations vers le Sud, ce n’est pas tout à fait le néolithique final, que l’on doit trouver sur le Niger même, lorsque les nappes du Tilemsi sont de venues insuffisantes pour les sédentaires. Je serais tenté donc de dater ces gisements du 1er millénaire avant notre ère.

Ce gisement (et le suivant , K. Nord, à 6 Km de là au Nord, également une butte (île) émergeant de peu de la plaine si plate, où nous nous rendons ensuite, est si intéressant qu’il faudra le publier (1). Ce sont de très beaux gisements de néolithique final, presque purs (quelques intrusions dues entre autre à la présence d’un atelier (1 seul fourneau) de fonte de fer (il y en a beaucoup dans le pays).

[Photo] Route de Tilemsi entre Karkarichinkat Sud et Nord (la butte de K. S. est visible à l’horizon à dr.)

Bonne récolte aussi sur Karkarichinkat  – Nord (même matériel qu’à K – Sud), mais le gisement est plus petit.

A une vingtaine de Km, plus loin dans les dunes d’In Ekiad, à l’Ouest de la piste, à la hauteur du Hassi Tedirkaïk de la carte au 200 000e, nous prospectons tous les creux des dunes et y trouvons un excellent matériel néolithique (so-52-50) très semblable à celui des 2  Karkarichinkat , mais aussi avec en plus des demi-lunes, pointes épaisses, pointes foliacées.

[Écrit postérieurement ]

————–

(1) Voir sur KKt : Andrew B. SMITH – « Preliminary report of excavation at Karkarichinkat  Nord and K. Sud, Tilemsi Valley, Rep. of Mali, Spring 1972 » West Afric. J. of Archeol., 4, 1974, pp. 33-55
et J et M. GAUSSEN 1988

————–

[Page 89]

Matériel néolithique de Karkarichinkat

[Photo]
[Photo]

[Page 90]

Matériel néolithique de Karkarichinkat

[Photo]
[Photo]

[Page 91]

[Photo] 46.2. Gisement d’In Ekiad. Tout le monde se met à la récolte…

Toutes les dunes, dès que l’érosion les a un peu dénudées, fournissent du matériel. la zone plate, d’inondation, est toujours à proximité, mais les dunes sont plus hautes et en dehors de l’inondation. Et comme on est dans le sable, plus de squelettes, d’os d’animaux, coquillages etc…

Poterie rare.

Nous nous arrêterions souvent si nous avions davantage de temps, mais il va falloir faire le maximum et le programme est chargé. Nous ne nous arrêtons que le soir, à 3 Km au Nord du puits très important (troupeau) de Tabrichat, à côté des dunes, pour baraquer pour la nuit. Quelques pièces néo (demi-lunes, grattoirs) d’une des dunes (so-52-51). 190 Km de Gao.

Page 83

Carte gisements néolithiques de Gao à Kidal

Page 84

Page 85

Page 86

Page 87

Page 88

Page 89

Page 90

Page 91

Lundi 28 janvier 1952

[Page 81]

L. 28.1.1952

[Photo] 45.5. Scène au marché de Gao

Rangements, car je déménage aujourd’hui pour aller chez le Lt Bouesnard, car nous partons demain matin. Mise au net des notes et carnets.

Lecture de la littérature sur les Iforas (Gironcourt, Cartier).

Paie facture Atlantide 6015f

[Page 82]

[Photo] 45.1. Stèle du roi Abou BaKr
[Photo] 45.2. Stèle de la reine Swa
[Photo] 45.3. Groupe de fillettes
[Photo] 45.4. Bords du Niger. La crue rase les murs.

Je prends en photo les stèles fixées sur le mur de la mosquée Gao-Dioula (le soleil donne dessus ; il faut en profiter).

Fais mon tour habituel au marché. Mais je ne peux me procurer cette fois-ci les perles anciennes d’agate ou bleues comme en 1950 : les marchands qui les vendaient ne doivent pas être là.

Matériel habituel : couvertures du Soudan, épées touareg fantaisie, perles ordinaires. Etc…

Diné chez les Bizet avec Bouesnard. Installation chez ce dernier.

Page 81

Page 82

Dimanche 27 janvier 1952

[Page 79]

D. 27.1.1952

Excursion en pinasse à moteur vers la dune rose avec Bouesnard et M. et Mme Bizet. je me demande si le plateau rocheux que l’on aperçoit au Sud de la dune rose n’est pas en effet gréseux. possibilités de paléo, rupestres. On va voir.

[Photo] 44.2. Lever de soleil dans la brume

Départ 6h45. Brume, pas de vent. La vue est magnifique dans ce calme. Bourgou, barcasses chargées de gens. La traversée, qui se fait en oblique, se passe sans incident.

[Photo] 44.3. Barques cousues passant le fleuve

Nous débarquons au Sud de la dune rose, qui mérite bien son nom, près d’un village, et longeons à pied le bras du Niger qui doit marquer un ancien méandre du fleuve, au pied de la colline.

Des cases tout le long jamais à plus de 100m de l’eau. C’est une véritable rue d’habitations entre l’eau et la falaise.

[Page 80]

[Photo] 44.4. A g, Bouesnard ; M. et Mme Bizet
[Photo] 44.5. Les villages le long du défluent. On trouve du néo en surface.
[Photo] 44.6. Les couches blanches (excellent crépé) sous la surface pisolithique friable.

[Carte des rives du Niger]

Sur les premières pentes sablonneuses, on trouve un peu de néolithique (so-52-48) : 1 grattoir, 8 pointes de silex. Divers.

[Croquis]

[Photo] 44.7. Touareg et Sonraï au rembarquement pour Gao

[Page 81]

Nous allons jusqu’à la falaise. Grosse déception : ce n’est que des alluvions consolidées, genre de petits pisolithes très friables, surmontant des couches claires qui feraient de l’excellent badigeon (terre de Bourem). Pas de paléo, pas de néo. Pas de grottes anciennes, donc pas de rupestres. Dommage : placé comme cela au bord de l’eau ou presque, les grottes auraient pu faire un excellent abri pour les néolithiques.

Nous revenons donc bredouilles ou presque…

Retour mouvementé : le vent s’est levé brusquement et le Niger présente de belles vagues. on ne voit plus Gao dans la poussière soulevée. Et au surplus, le moteur de la pinasse, dès le début, se met en panne. On fait 200m et cela s’arrête. Dépannage, 50m etc… Le vent nous pousse dans le bourgou… Partis à 10h on arrive à 1h !

Déjeuné Atlantide avec Bouesnard.

Vu le Père [?] le soir à l’Atlantide. Fait d’excellent travail sur les Sonraï, peu étudiés jusqu’ici. Groupe linguistique complétement séparé du groupe mandé. On ne sait à quel groupe le rattacher. Groupe Tombouctou à part. Union avec Bozo – Dogon – Bella. Matriarcat très poussé. Gde importance de la femme. Presque tous monogames, mais divorces très fréquents. Maladies vénériennes. Vocabulaire élevage très poussé. Vache sacrée qu’on ne tue pas : « culte de la vache ». Soufflage.

Diné Atlantide avec Gérin-Jean, Bouesnard, M. Mme Bizet.

Page 79

Page 80

Page 81

Samedi 26 janvier 1952

[Page 77]

S. 26.1.1952

[Photo] 43.6. Mosquée de Gao-Dioula sur laquelle sont fixées 2 des stèles de Gao. La tour est de Duboin (déjà nommé pour S° Yahya)
[Photo] 43.7. Gao ancien (km 2,2 de la route de Bourem)
[Photo] 43.8. Gao ancien (km 3) gisement au dénéreau. Au fond, la dune rose de l’autre côté du Niger.

Je me rends à pied aux gisements de Gao-ancien où j’ai fait des fouilles en 1950.

Au km 2,2 de la route de Bourem, sur le côté Est de la route, les poteries commencent à affleurer. J’en fais une assez bonne récolte (so-52-45) avec quelques bonnes pièces : 2 fusaïoles, 1 petite poterie, 1 perle, etc.

[Croquis de poteries]

2 renforts de « canouns » latéraux et plusieurs fragments de gds poteries, engobées, peintes ou non.

Ramasse quelques fragments à l’emplacement de mes fouilles de 1950.

[Page 78]

Mais ce devait être surtout au Km 3, du côté N. Ouest de la route, là où en 1950 j’avais ramassé bon nombre d’agates (so 50.13-10), que je devais faire une belle trouvaille : celle d’un fragment de dénéral en verre de 26 mm de diamètre et 5,5 d’épaisseur. J’ai bien peur que l’inscription n’en soit pas déchiffrable. Quelques fragments de perles de verre bleu, vert et jaune, fragments d’agate et, éléments des plus intéressants, plusieurs 3 petites poteries creuses à fente de cuivre, avec scories adhérentes.

[Croquis de dénéral]

– Km 2,2 –

[Croquis de poteries]

So-52-45.

1. Col de poterie peinte
2. Petite poterie engobée
3. Col de gde poterie engobée
4. Canoun

[Croquis de poteries]

Km 3 de la route de Bourem (So-52-46)

1. Poterie hémisphérique sans décor, sans engobe
2. Petit creuset à cuivre
3. Col de poterie non engobée
4. Dénéreau de verre

[Page 79]

La mosquée fouillée en 1950. Fouilles toujours visibles mais l’hivernage a fait crouler le mur de banco du N. E. Les briques sont déplacées, je les remets en place (trvé un fofoni dessous).

Soir. Vu Cap. aviation Lidon, de passage, retour Tessalit. Diné chez Raynaud, Cdt. de cercle.

Page 77

Page 78

Page 79

Vendredi 25 janvier 1952

[Page 72]

V. 25.1.1952

Prépare bagages que j’expédie sur Mopti et Bamako par le Bonnier, qui remonte ce soir :

1) Canon de fonte de Taoudeni
2) Lit Picot en sac vert + une couverture brune marocaine
3) Caisse poterie Tombouctou
4) Caisse poteries, mortier de Guir.

Remets le tout avec réquisition aux Messageries.

[Page 73]

Fais partir les fenêtres de bois de Tombouctou à l’Aviation.

Demande à Raynaud la pinasse pour aller dimanche matin à la dune rose. M’invite pour samedi soir.

L’après-midi, Bouesnard vient me chercher. Nous allons voir son gisement des hydrocarbures (5km au Sud de Gao) qui est si riche et a fourni déjà de si belles pièces (so-51-142) : à part de belles haches de silex poli, fragments de bracelets, pointes de flèches, il a donné des labrets de quartz, qui sont à ma connaissance les plus septentrionaux connus en AOF, des perles, etc…

[Photo] 44.1. Le gisement des Gao-hydrocarbures au bord du Niger. Les trouvailles sont nombreuses près des ravineaux.

Ce gisement se trouve au bord du Niger même sur une bande de 100m environ de large sur 300 de long, et occupe le site même du dépôt d’hydrocarbures. Le sol (terrasse) est argilo-sablonneux, recouvert en surface par une multitude de galets, débris de poterie, etc… parmi lesquels on retrouve le matériel.

[Plan du gisement Gao-hydrocarbure]

Le grand dommage de ce site, trouvé par Bouesnard, qui habite juste dessus (la villa la + au Nord du groupe) est qu’il n’est pas « pur ». Il y a un mélange de néolithique certain (pointes de flèches, hâches, etc…) et de protohistorique à subactuel (poteries engobées). Nous ne pouvons donc savoir si certaines pièces qu’il serait intéressant de dater (poteries, petit bovidé, bracelets, perles, labrets, etc…) sont néolithiques ou pas. Dommage… Il faudra chercher ailleurs le « bon » gisement pur…

[Page 74]

Il y a également d’énormes jarres affleurantes. S’agirait-il de sépultures en jarre, d’un cimetière protohistorique sur un site néolithique ? La chose est possible. Il faudrait faire là des fouilles.

Voici les pièces les plus intéressantes récoltées cette fois par Lt Bouesnard et moi (so-52-44) : fragments de haches, de flèches à pédoncule, 1 pièce en y, molette, perles, pendeloque, amazonite travaillée, labrets, os travaillé, et surtout des fragments de poterie. L’une des pièces les plus intéressantes est un petit « bovidé » de poterie, sans doute jeu d’enfant, trouvé par Bouesnard (j’ai trouvé fragment d’un second).

[Croquis des haches et flèches]

[Page 75]

[Croquis des perles, pendeloques, amazonite, fossile, labrets, bovidé]

1. Perle du type le plus commun, en pierre
2. Perle de pierre rouge foncé, genre cornaline
3, 4, 5. Pendeloques de pierre
6. Amazonite taillée (labret ?)
7. Schiste taillé
8. Poinçon ? en os
9. Fossile dont la perforation a été commencée des deux côtés
10. Labret de quartz (so-51-142)
11. Fragment de labret de quartz
12.         – id°-
13. Fragment de poinçon en os
14. Petit bovidé ? en poterie (jouet d’enfant ?). On ne peut voir si à l’arrière il y avait 1 ou 2 pattes
15. Fragment d’animal (bovidé ?) du même genre

[Page 76]

[Croquis de poteries]

Voici quelques unes des 20 poteries dont j’ai reconstitué les formes.

1) Col engobé rouge ; 2) haut de bouteille couleur grise, sans engobe. Fond plat ? ; 3) Col de gargoulette ; 4) Col de poterie sphéroïde ; 5) Col court ; 6) Poterie hémisphérique ; 7, 8, 9. Poteries avec col évasé ; 10) Poterie hémisphérique ; 11) poterie cylindro-sphérique ; 12) poterie ovoïde ; 13) poteries hémisphériques ou ovoïdes diverses.

Impossible de savoir à quelle époque rattacher ces poteries : les engobées, celles à col sont surement protohistoriques. Les autres peuvent être de même époque ou plus anciennes, surtout les hémisphériques.

il faudra d’abord connaitre des gisements purs avant de « ventiler » ces poteries dans les « tiroirs » convenables.

Déj. diné. Atlantide.

Page 72

Page 73

Page 74

Page 75

Page 76

Jeudi 24 janvier 1952

[Page 71]

J. 24.1.1952

3h30 Escale à Bourem. J’aurais tant voulu passer (de jour) le défilé de Taoussa (Tosaye). Or il fait nuit noire…

[Photo] 43.4. La colline de Tondibi

A 7h30, passage devant Tondibi, plateau que je croyais gréseux mais qui en réalité n’est fait que d’alluvions consolidées. Je vois du bateau des grottes et entrevoyais des possibilités de rupestres. hélas ! Il n’en était rien, comme je pus m’en rendre compte en février, au retour.

[Page 72]

Assez souvent, sur la rive gourma, on voit des tables de latérite marquant un ancien niveau de la plaine, recouvertes de dunes de sable, à +6m env.

[Croquis table et dunes]
[Photo] 43.5. Passage devant la dune rose

Cela marque une baisse solide du niveau de base du Niger, puisque nous sommes aux plus hautes eaux.
Nous arrivons à Gao à 12h45. Je descends, comme en 1950, à l’hôtel de l’Atlantide (Chambre 200f, repas, 250f). (460km de Tombouctou ; 3860 depuis Dakar).

Vais au cercle pour la question transport vers les Iforas. Vu Raynaud, Cdt de Cercle et mon ami Bizet, qui est venu atterrir ici…

Un avion militaire monte sur Kidal. Je peux le prendre. Mais ne vaut-il pas mieux voir mon ami le Capitaine Gérin-Jean, qui a été si gentil en 1950 ? Je vais le voir et fait connaissance du Lt Bouesnard, avec lequel je suis déjà en relations épistolaires.

Gérin Jean me comble : il met à ma disposition une voiture 6 roues, pilotée par le Cap. Schmitt avec Bouesnard et 4 tirailleurs, pour aller à Kidal – Tessalit – Je dois seulement fournir l’essence.

Le départ est fixé au 29, date à la quelle une autre voiture va sur Kidal et Menaka.

Diné chez Gérin-Jean. Orage et pluie, comme à Tombouctou.

Page 71

Page 72

Mercredi 23 janvier 1952

[Page 70]

ME. 23.1.1952

Arrivé à Gourma-Rharous à 7h30. Départ à 8h15. Vu 4 hippos en aval de Rharous, dont 1 avec une gueule immense ouverte comme on les représente généralement. Les autres affleuraient seulement.

[Photo] 42.5. La foule à l’escale. Noter les œufs d’autruche
[Photo] 42.6. Le Bonnier à Rharous
[Photo] 42.7. Le Bonnier à l’escale
[Photo] 42.8. Touareg regardant le Bonnier
[Photo] 43.1. Passage devant la Résidence

[Page 71]

[Photo] 43.2. Le Niger vers Rharous (rive gourma)
[Photo] 43.3. Escale à Bamba.

Rharous a beaucoup de cachet sur sa dune : splendides résidences rouge et blanche (à l’intérieur, décorations comme à Oualata)
Sur la rive, foule bigarrée : Sonraï, Touareg etc… Marchandes d’œufs d’autruche, vidées ou pleins (l’omelette d’autruche est très lourde). J’en achète 2 vides. Cela pourra faire plaisir en France.
Très intéressante conversation philosophique et littéraire avec Charpentier, qui est très cultivé et très intelligent.
Il va à Gao pour sa réélection (ne sera pas réélu).

Page 70

Page 71

Mardi 22 janvier 1952

[Page 68]

M. 22.1.1952       TOMBOUCTOU

Adieux Auger, qui a été un hôte et un camarade parfait pendant mon séjour, Bonnefoy, son copopotier, Defond, Nekli, Mahmoud, Vezy, Tissier etc… Embarque sur le Bonnier à Kabara, bien moins « luxueux » que le Galliéni, qui repart aujourd’hui pour Mopti.
Bagages : 2 cantines, Picot, 2 caisses, 1 colis fenêtres, canon Taoudeni, etc…
Je garde un très bon souvenir de ces 8 jours à Tombouctou où tout le monde a été si aimable pour moi et où il y avait tant à voir et à faire…

[Photo] 41.8. Le marché neuf de Badjingué (création Julien Veyroz)
[Photo] 42.1. Départ du Galliéni pour Mopti
[Photo] 42.2. Sur le port de Kabara, où étaient à la fois le Galliéni et le Bonnier.

Voyage avec M. Charpentier, ancien Capitaine de méharistes, depuis 20 ans dans le secteur qu’il connaît bien. Conseiller général de Gao.
Il a connu un peu tout le monde : Lhote qu’il considère comme un fumiste (histoire de la « mort de soif sur la piste Tamanrasset-Abalessa » ; le « lézard  pressé »). C’est un point de vue. Je ne connais pas Lhote mais estime que Ch. est trop sévère à son égard. Quel Saharien n’a jamais un peu cravaté pour épater son auditoire ? Monod doit être une des rares exceptions.

[Page 69]

[Photo] 42.3. Poteries au port de Kabara (grosse exportation sur Gao)
[Photo] 42.4. Débouché du canal de Kabara sur le Niger à Korioumé (les maisons isolées).

Benard Le Pontois, des « cargos du désert », renvoyé de la Marine pour malversations, radié de la Marine de réserve. Se suicide pour une 3e histoire de malversation ou tripotage. Fumiste. 0 au point de vue scientifique (est-ce la raison du silence du Bulletin du Comité de l’Afrique française à son égard ?)

Colonel Burthe d’Annelet. Semble plus sympathique. Rafle des photos dans les postes. Histoire de la chasse aux lions fictive. 0 point de vue scientifique.

Stèles de Gao. Les premières furent trouvées par Mme Chambon alors que son mari étaient à la chasse. Dégagea une première stèle de marbre. Fouille ensuite. Kalilou Tondia connaît l’histoire de la vente de bijoux d’or trouvés près de Gao (Sané sans doute) par un certain Capitaine Ressaud avant 1914, et vendus par les Domaines.
De retour à Dakar, où par un heureux hasard Kalilou malgré ses longs services, sert toujours (aux Affaires politiques), je parle de cette affaire, comme il doit aller prochainement à Gao, il en parlera sur place et essayera de savoir ce que sont devenus ces bijoux. Fondus, sans aucun doute…
Passage à Korioumé, au débouché sur le grand bras du Niger, à 16h10.
Rives plates avec petits villages de temps à autre.

Page 68

Page 69