Lundi 21 janvier 1952

[Page 67]

L. 21.1.1952

Emballages. Préparatifs. Pas commode, car, j’ai un drôle de fourbi avec tout ce que j’ai ramassé ici. Factures (Paris, poupées, bijoux, 6858fr.) (Cadi Mahmoud, 6000f).

Vais au cimetière N. Ouest (Sidi Zeiane Khalil). Mosquée détruite par Cheikhou Amadou : une partie des murs est visible sur le sol. C’était [ ?]. C’est un cimetière Arma, Sonraï, etc. Tombes marqués par pâtés de terre (v. photos p. 59, qui y furent prises), tuyaux de poterie, poteries, broyeur préh., ciment, etc.
Toutes tombes orientées N. S. OS affleurent partout. Port de Tombouctou juste à l’Est de la [ ?]. Grandes barques en minorité (Sud) et surtout barques cousues. Trafic du bourgou, des poteries. En été, export. très important de pastèques sur Mopti (+ important maintenant que le sel de Taoudeni)
[Photo] Vers le port de Tombouctou 1013
L’année agricole 1952 s’annonce mal : la crue a inondé les champs et comme elle dure 1 mois de + que de coutume, on n’aura pas le temps de semer les légumes de saison sèche qui seront grillés avant de fructifier.
L’eau allait plus loin auparavant, vers le N.E. Paris l’a connue ainsi
Partie de pétanque sur le marché, contraste Européens-Touareg avec lance les regardant.

Page 67

Dimanche 20 janvier 1952

[Page 61]

D. 20.1.1952

Il y a eu un orage cette nuit, avec des gouttes. La « pluie des mangues » dirions-nous au Sénégal. C’est rare ici. Aussi, temps clair : on voit à l’horizon, à l’est, les montagnes de Goundam.

[Photo] 40.6. Plats européens à décor japonais
Grâce à M. Nekli, je puis voir deux autres plats européens du XIXe : prêtés par des familles d’ici, qui les conservent précieusement (comme le Cadi Mahmoud) comme souvenirs de famille. Il s’agit de plats-cuvettes à décor bleu japonais comme j’en ai déjà vu en France. Sans doute de fabrication anglaise.
Le + gd des deux a été prêté par le frère de Mohamed Mahmoud. Dessous, une marque : [Dessin de la marque]
Je suis au fond déçu de côté poterie, car ce que j’avais demandé, ce sont les poteries marocaines anciennes (comme j’en avais trouvé avec Duchemin à Oualata). Le Cadi m’a affirmé qu’il en existait. Mais les seules que j’ai vues (modernes) étaient sur les tours des mosquées, comme décoration.

[Photo] B.52-226. Fenêtre de bois de Tombouctou.

[Page 62]

Il faudrait sans doute pouvoir rester plus longtemps…
Par Nekli également, je me procure pour l’IFAN deux splendides fenêtres de bois ajourées typiques de la ville, comme il en subsiste encore heureusement bon nombre (pourvu que les volets et persiennes ne les remplacent pas !
[Photo] B.52.227. Fenêtre de bois.
Ces volets vont à la Section Ethno à Dakar, de même que d’autres dons du Cadi Mahmoud :
1 four de poterie peint (pour femmes nobles, qui doivent cuir chez elles et non dans les rues)
1 théière de cuivre
1     »   de poterie neuve (conf. celle de Paris)
des brûle parfums etc… Il nous vend (6000f) un magnifique pectoral en Ag (de famille)
Mais la grosse affaire de la journée sera la visite détaillée, en compagnie de M. Nekli. L’imam est Mahmoud El Mokhtar Es Siougti, d’origine peul.
Je puis compléter ainsi à l’intérieur le plan et prendre dessins et photos et monter sur la terrasse.
J’ai repris les dessins levés à l’intérieur, vers le mirhab, dans mon article : ce sont de pauvres dessins gravés au couteau dans la terre jaunâtre du crépi du mur. Je remarque que ce (…)
[Photo] 33.3. Djinguereber (côté Sud)

[Page 63]

(…) même crépi se retrouve à Sankoré… comme à Koumbi Saleh dans les maisons que nous avons fouillées.
[Photo] C.51-1061 Mosquée de Djinguereber (Côté Est)
[Photo] 33.4. Côté Est de Djinguereber
Dans la mosquée, une [ ?] en bois sans aucun décor. Lampes brûle-parfums. La pierre blanche des voûtes vient de la carrière de El Horgossou à 18km N de Tombouctou – El Hor = pierre blanche. Ce sont des couches lacustres consolidées.
[Photo] 39.2. Intérieur de la mosquée (partie occ., plus basse – Noter la voûte en pierre de Tombouctou

[Page 64]

TOMBOUCTOU – DJINGUEREBER

[Photo] 39.1. Mur Est de la cour intérieure. Le mirhab entre deux portes
[Photo] 40.8. Sur la terrasse. A g., Mauny
[Photo] 40.4. Les jardins de Tombouctou. Au fond, Dinguereber
[Photo] 40.7. Sur la terrasse. A g. M. Nekli
[Photo] 37.3. Angle Nord-Est de la mosquée. Le mur exposé aux tornades (Est) est en pierre de Tombouctou.

[Page 65]

Avons rendez-vous chez Bollo Maïga, la fabricante de poupées de cire. M. Paris a cédé en effet à l’IFAN toutes les poupées qu’elle lui avait préparé. J’en profite pour prendre une photo d’elle et de sa fillette, qui lui succédera, je l’espère. Elles mettent leurs plus beaux atours pour cela…
[Photo] 41.1. Bollo Maïga et sa fille
[Photo] 41.2. Bollo Maïga et sa fille

L’essentiel, sur les bijoux, [ ?], a été dit par Lhote et Paris dans leurs articles des Notes africaines. Je demande cependant les noms des bijoux que Paris nous cède : cela fera une vérification.
[Croquis de bijou]
Handoum da Somé. Porté (lune) (étoile) par toutes les races d’ici. La lune et les étoiles. Se met dans le dos, accroché au collier.
[Croquis de bijoux]
Je prends en note également les noms des étoffes ; cuirs, etc… donnés par M. Paris à l’IFAN, et aussi tous les détails sur les poupées de cire (Touareg Daga, Femme Daga, Femme arabe, Femme bambara, Sonraï Karabaro.

[Page 66]

[Photo] Poupée de cire de Tombouctou : femme Daga (œuvre de Bollo Maïga, vendue à Paris, qui nous la cède 850f pièce).

[Page 67]

Déjeuner chez le Cap. Coti avec les Lc Varlet et Dumont et M. Charpentier, Conseiller Général de Kidal.
Orage.
Parlons le soir avec Nekli de la fondation éventuelle d’une Société des Amis du Vieux Tombouctou, dont le but serait la sauvegarde du site.
Diné chez M Tissier, Adjt au Cdt de Cercle avec M. Vezy Cdt de cercle, revenu de Bamako, Auger et Bonnefoy.

Page 61

Page 62

Page 63

Page 64

Page 65

Page 66

Page 67

Samedi 19 janvier 1952

[Page 58]

S. 19.1.1952

[Carte collée sur la page 58] Itinéraire par bateau Mopti-Kabara-Gao. Itinéraire par avion Gao-Bamako

[Photo] 40.1. Puit à balancier et jardin potager
[Photo] 40.2. Laveuses au bord du marigot
[Photo] 40.3. Le marigot au second plan. Tombouctou au fond.
[Photo] 40.5. Marabout à l’Ouest de Tombouctou (près des décombres)

J’ai levé hier le plan extérieur de Djinguereber, au pas (11 pas = 10m).
Difficile à faire, car les murs ne sont pas à l’équerre.

Place R. Caillié (ex Joffre) plaque de bronze : « Pour la patrie, les sciences et la gloire. Ici habita de février à juin 1894
JOFFRE
Chef de Bataillon, puis Lt Col. Du Génie Commandant la Colonne N°2 sur Tombouctou. Qui, 20 ans plus tard Devait être le vainqueur de la Marne et Maréchal de France.
1933

[Page 59]

Je note en passant que les cimetières sont mal entretenus et, pour une ville qui devrait être à la pointe du progrès musulman, je déplore que toutes les tombes soient anonymes.
[Croquis de tombe]
Petit tertre bas de banco et 2 pâtés de terre. Et en avant pour l’éternité. Cela ne doit pas résister à 3 saisons des pluies. Je n’ai relevé avec M. Nekli que 3 ou 4 stèles de pierre et deux ou 3 poteries épigraphiées. C’est peu. Tous les cimetières sont de même… M. Nekli va tâcher de faire comprendre qu’il faut faire quelque chose dans ce domaine, aux imams etc… (Nettoyer les cimetières, ne pas poser de détritus à côté, faire des stèles épigraphiées, etc…). Le mieux « entretenus », car entouré d’une haie d’épineux est celui du N.W. : celui de Sidi Zeiane Khalil (Ph 41.4 à 6).
[Photo] 41.4. Un des cimetières les mieux « entretenus » : celui du N.W.
[Photo] 41.5. Tombe typique de Tombouctou (en banco). Cimetière N.W.
[Photo] 41.6. Cimetière du N.W.

Le Cadi Mahmoud donne pour l’IFAN un(e) splendide plat cuvette émaillé européen (XIXe) brisé mais recollé, conservé pieusement dans sa famille. (So.52.13). Polychrome. Pas de marque de fabrique.

[Page 60]

Plat de faïence européen (XIXe) donné par le Cadi Mahmoud Ould Cheikh (d’Araouam). Sous le bord, l’inscription en arabe signifie : « Ceci est la propriété de Nahrmen bent Baba »
[Photo] Le plat vue d’en haut (les agrafes sont visibles en haut à g.
[Photo] Vue oblique montrant l’inscription. A côté, fragment de poterie engobée donnée par M. Paris.

Carte collée p. 58 : itinéraire

Page 58

Page 59

Page 60

Vendredi 18 janvier 1952

[Page 55]

V. 18.1.1952

Je lève le plan de Sidi Yahya. Voici les changements qui seraient à effectuer pour tenter de lui rendre sa physionomie antérieure.
Face Nord. Tour. Comme la tour authentique subsiste dessous, il faudrait la  » déshabiller » de sa construction nouvelle et lui rendre simplement son aspect ancien. Rhabiller le tourillon central (fait en ciment) ou le démolir et le refaire. Abattre le muret bas extérieur jusqu’à 0m,75 de haut environ.
Abattre les « superstructures » de la porte. Habiller de banco la façade. Rendre le haut des portes droit en plaçant un linteau droit au-dessus des portes. Enlever partout le crépi rouge.
Cour intérieure et intérieur de la mosquée. Laisser en l’état, car serait trop difficile à modifier.
Côté Ouest. La porte existait-elle en 1939 ? Sinon, l’enlever. Tout habiller le mur de banco. Enlever les mâchicoulis.
Mur Sud. Habiller de banco. Enlever les mâchicoulis.

[Photo 39.6]

Visite ville avec Cadi Mahmoud. Il y a plusieurs canons intéressants à Tombouctou :
1) Canon marocain de bronze (Ph. 39.6) posé sur affût de pierre devant la « maison du Gouverneur ». Relever par Monod en 1934. Publié dans son étude et dans la même sur les canons d’AOF.

[Photo 39.7]

2) Espignole de bronze, (Ph 39.7) posée de même façon de l’autre côté de l’escalier. Relevé et publié par Monod et par moi.
3) Canon de fonte provenant de Taoudeni – Ksar Smeida rapporté à Tombouctou en 1951 sur nos instances (Lettre 5233) IFAN du 24-X-51) et que je rapporte à Dakar. Calibre 55. Pèse 78kg (So.52.12)

[Page 56]

4) Un canon de montagne de 80 marqué « C. de 80 de Mgne Mle 1878. BOURGES F 1884″ (retrouvé à la [?])

[Photo] 39.3. Le canon de montagne de 80

5) Encore un « canon de Mgne Mle 1878 PUTEAUX A.C. 1889″

6 et 7) De chaque côté de la porte d’entrée du fort Bonnier, canon à 5 tubes Hotchkiss Paris. 1885. N° 1022 et 966. Poids 215 kg.

[Photo] 39.8. Canon Hotchkiss à 5 tubes.

Ces 4 derniers sont évidemment les canons de la conquête de Tombouctou (1894)

Cimetière européen.
Très bien tenu. Je ne prends pas de photo car je sais que Labitte en a pris lors de son passage.
Voici quelques inscriptions :
– ICI REPOSE DUPUIS YACOUBA
7 Novembre 1865. 8 janvier 1945. De profundis.
– (Monument) A LA MEMOIRE DU LIEUTENANT DE SEZE AURELIEN ROGER MARIE.
Chevalier de la légion d’honneur. Blessé mortellement le 2 décembre 1927 au combat de Taoudeni 1900-1927.
– (Tombe du) Commandant AYASSE. Chef de BATon D’INFrie COLle. Né le 22 Novembre 1872.
Décédé le 19 juin 1919 à Tombouctou
Lâchement assassiné en faisant son devoir.
– (Monument) A la mémoire du Sous-Lieutenant GUERIN Jean Hippolyte Paul Marie mort pour la France le 29 novembre 1926 à AREG EL FRIS 1904-1926.

[Page 57]

– Monument à la mémoire des Européens et des indigènes tués au combat d’El Gettara le 24 mai 1912
M. LELLORAIN Lt d’I. Col.
M. ROSSI Commis des Affaires indigènes
A nous le souvenir. A eux l’immortalité
(Sur chaque côté de la plaque émaillée, 35 noms indigènes)

– Monument aux Officiers, sous officiers et tirailleurs tués au combat d’Achourat le 29 novembre 1909 :
Capitaine GROSDEMANGE, Sgt DIARA FOFANA etc…

– (Tombe) Au Lt Colonel KLOBB
L’Armée Coloniale puise dans la fidélité du souvenir sa grandeur et sa force. Elle s’incline aujourd’hui devant la tombe de celui qui, il y a 50 ans, mourait victime volontaire de sa haute conception de l’idéal du soldat. Tombouctou, 14 juillet 1949.

– (Monument) Société nationale du Souvenir Français
A la mémoire des lieutenants de CHEVIGNÉ et de ( )OUR et des spahis soudanais morts pour la patrie le 19 juin 1897. A nous le souvenir A eux l’immortalité

Le Capt. Coti me remet plusieurs objets pour l’IFAN :
1) le canon de fonte de Taoudeni ((So.52.12)
2) Une magnifique pointe atérienne venant d’El Kseib (So.52.41)
[Croquis de la pointe atérienne]
3) Une pièce (paléo ?) d’In Echarï (So.52.42)
4) Un mortier de pierre et son pilon, venant du puit de Guir (So.52.12) Photo C.62.507)
[2 photos non collées : Mortier de Guir. C.62-506 et C.62-507]
Pour ces derniers le Cap. Coti m’a rapporté que les nomades n’étaient pas contents qu’ont les aient emmenés car ils s’en servaient pour broyer les graines quand ils nomadisaient par là ! Belle survivance…
Diné chez Nekli avec Paris

Page 55

Page 56

Page 57

Mortier de Guir. C.62-506 et C.62-507

Jeudi 17 janvier 1952

[Page 49]

J. 17.1.1952

[Photo] 35.7. Vue de la ville. Au fond, Djinguereber
[Photo] 36.3. Le port de Tombouctou. La crue très forte de cette année le rend très animé. L’eau ne vient pas ici tous les ans
[Photo] 36.5. Le port de Tombouctou. Les barques chargées de poteries et de bourgou
[Photo] 36.2. Porte typique. Les « ferrures » sont en plaques de tôle de bidon
[Photo] 36.4. Le port de Tombouctou

[Page 50]

[Photo] 36.6. Poteries peintes
[Photo] 36.7. Un âne chargé de bourgou
[Photo] 36.8. Corvée d’eau et, à droite, les marchands d’eau remplissant leur outre.
[Photo] 37.1. Les petites porteuses d’eau
[Photo] 37.2. La mare où l’on s’approvisionne en eau

[Page 51]

[Photo] 37.6. Touareg au marché
[Photo] 37.7. Le marché en style ogival
[Photo] 37.8. Touareg au marché
[Photo] 38.2. Maison de Sare Moï (vers 1942-49)
[Photo] 38.4. Maison typique. Noter la fenêtre ajourée en bois. C’est celle de Mahamane Baba. Son grand-père y vivait déjà.

[Page 52]

[Photo] 38.3. Maison de Sare Moï
[Photo] 38.5. Maison typique

Je prends aujourd’hui des photos de maisons typiques afin de rechercher le fameux « style de Tombouctou ». Celui-ci, au fond, existe : l’unité architecturale est très nette. Les façades sont toujours des séries de piliers en relief, ne correspondant souvent pas du rez de chaussée au premier étage. Car à la hauteur des planches du 1er étage, les façades montrent une ligne horizontale en saillie correspondant à ce plancher. Les fenêtres sont petites et doivent être garnies d’une pièce de bois ajourée. Les balustrades ajourées sont d’introduction européenne. Porte au rez de chaussée à gros clous.
L’inscription sur la maison de Laing est :

TO
MAJOR ALEXANDER LAING
2nd WEST INDIA REGIMENT
FIRST EUROPEAN TO REACH TIMBUKTU 1825
FELE HERE IN 1826
ERECTED IN HIS HONOUR AND MEMORY
BY THE AFRICAN SOCIETY; LONDON 1930

C’est une plaque de bronze qui surmonte la porte.

Vu Nekli, Directeur de la Merdersa, homme très très bien. Nous devons avoir des échanges de vues fructueux. Il me sera des plus précieux pendant mon séjour ici.

[Page 53]

Sur la maison de Caillié, il y a 2 plaques :
1 en bronze : au dessus de la porte.

SOUVENIR COLONIAL FRANÇAIS
A RENÉ CAILLIÉ
1799-1838
IL HABITA CETTE MAISON
EN AVRIL MAI 1828 LORS DE SON
VOYAGE DE GUINÉE AU MAROC
9 AVRIL 1827 – 7 SEPTEMBRE 1828

L’autre en marbre à gauche de la porte.

CEUX D’AUNIS ET DE SAINTONGE QUI
GARDENT LES CENDRES ET LA MÉMOIRE
DE RENÉ CAILLIÉ ONT CONFIÉ EN 1938
CETTE PIERRE COMMÉMORATIVE DE SON
CENTENAIRE A LOUIS AUDOIN-DUBREUIL
EXPLORATEUR SAINTONGEAIS POUR LA
PORTER A TRAVERS LE SAHARA A
TOMBOUCTOU DANS LA MAISON
QU’HABITA LEUR GRAND COMPATRIOTE.

J’étudie aussi la question de la mosquée Sidi Yahya (XVe), qui a été défigurée en 1939 et en lève le plan. La tour primitive a été englobée dans la nouvelle tour carrée. La porte d’entrée a été surmontée de motifs triangulaires qu’on croirait plus adaptés à une chapelle.
Portes ogivales, comme de bien entendu. Et, pour que nul n’en ignore, plaque de bronze sur la porte ouest (bouchée) :
ici texte en arabe

MOSQUÉE
DE
SIDI YAYA
RECONSTRUITE
EN DÉCEMBRE
1939 PAR
L’OUVRIER MAÇON
HAMAT TOUMBOURA

[Photo mosquée Sidi Yahya] 38.7. Côté Est
[Photo mosquée Sidi Yahya] 38.8. Côté Ouest sur la rue

[Page 54]

VANDALISME A TOMBOUCTOU : LA DEFIGURATION DE LA MOSQUÉE DE SIDI YAHYA EN 1939 PAR LE COLONEL DUBOIN OU COMME QUOI LE ZÈLE INTEMPESTIF EST SOUVENT BLÂMABLE

[Photo] C.52.988 Sidi Yahya en 1938 (Photo Paris)
[Note, plus tardive, de R. Mauny] Voir Sidi Yaya début du XXe photo Fig. 130 « Cour de la mosquée de Sidi Yaya à T. » Desplagnes, Le plateau central nigérien, 1907, p. 213 bis.
[Photo] C.52.989 Imam : Baba Alfa Omar (Ouangara). Sidi Yahya revu et corrigée par le Cl Duboin

C’est cet acte de vandalisme qui m’a amené à faire demander le classement de Tombouctou comme site (Djenné aussi, d’ailleurs)

Page 49

Page 50

Page 51

Page 52

Page 53

Page 54

Mercredi 16 janvier 1952

[Page 46]

ME. 16.1.1952

GOUNDAM

Je profite d’une occasion pour aller aujourd’hui à Goundam : l’avion soudanais ne peut en effet se poser à Tombouctou et il faut aller à Goundam chercher le courrier.
On y va en command-car 6h à 8h1/2. Itinéraire assez difficile, très sablonneux (je me demande comment j’aurais pu passer avec notre voiture IFAN.).
3 corbeaux noirs à mi-chemin. On passe à Tacoubao, où fut tué Bonnier (les Touareg ont volé la plaque de bronze récemment).
Goundam n’est pas mal, sur son marigot effluent du Niger, qui coule à pleins bords, se déversant vers le Faguibine.
La ville est sur les flancs d’une dune. Au fond, des collines de grès élevées. La mosquée (moderne) est très bien, très sobre.

[Photo] 34.2. Mosquée
[Photo] 34.4. La ville prise de la mosquée
[Photo] 34.5. Maison typique
[Photo] 34.3. La mosquée (moderne)

[Page 47]

GOUNDAM

[Photo] 34.6. Pirogues sur le marigot
[Photo] 35.1. Le nouveau pont sur le marigot. L’eau remonte actuellement vers le Faguibine
[Photo] 35.2. Le marigot de Goundam en aval de la ville
[Photo] 34.7. Maison typique
[Photo] 34.8. Maison typique. N’est ce pas une combinaison du style classique et des arcades européennes ?

[Page 48]

[Photo] 35.4. Le gisement néolithique au bord du marigot. Le vent décape le sable et lui fait remonter la pente, mettant le matériel à nu (noter l’arbre déraciné)
[Photo] 35.3. Berges du marigot vers le gisement néolithique (ravinées par l’eau)

Je ne puis malheureusement pas voir le Cdt de cercle, M. Michel car il y a un inspecteur de passage. Il a, parait-il, une splendide poterie engobée comme il en a été trouvé un fragment par M. Paris à Tombouctou.
Au marché, pas de poteries engobées, mais seulement peintes rouges et blanches.
Canounes à renforts marginaux [dessin] et non centraux [dessin] comme à Mopti.
Découverte d’un gisement néolithique le long du marigot, à 6 à 800m à l’Est de Goundam.
Le plus proche fournit comme matériel (So.52-39) quelques pierres demi-lunes (quartz) fragments de (bracelets) et de poterie.
[Dessins de pierres]
Le second, 200m en aval, une pointe de flèche à pédoncule et une perle de pierre et des fragments de poterie qui a l’air contemporaine.
[Dessins de pierres]
Le néo est dans le sable roux consolidé. Retour tumulus Sud route à l’W du campement de Djindjin
[Dessin des couches]
[?] important à El Mansara limite T. et Goundam.
Retour 18h

Page 46

Page 47

Page 48

Mardi 15 janvier 1952

[Page 37]

M. 15.1.1952
Me voici donc dans cette fameuse ville de Tombouctou dans laquelle je suis pénétré à la nuit, en dodge, en la contournant par Sankoré pour aller sur la place Badjingué. Beaucoup d’allure avec la lune éclairant ces maisons de terre battue.
Au jour, du haut de la terrasse de la FAO, la ville me parait telle que je m’y attendais : une bonne ville soudanaise de banco avec comme seuls monuments émergeant du niveau des terrasses – et de peu- les minarets de Sankoré et Djinguereber.

[Photo] Vue aérienne de Tombouctou. J’ai entouré la ville ancienne d’un trait à l’encre de Chine

[Page 38]

TOMBOUCTOU

[Photo] 35.5. Les terrasses de Tombouctou (vue prise de la FAO vers le Nord)
[Photo] 41.8. Le marché moderne de Tombouctou (vue prise de la FAO vers le Sud)

[Page 39]

Mosquée de Sankoré

[Photo] 32.3. Face Sud de Sankoré
[Photo] 32.4. Côté sud-Est
[Photo] 32.5. Côté Est. Noter l’ensablement qui arrive presque au faîte du mur. [?] de droite est le mirhab
[Photo] 32.6. Sommet du mirhab coiffé de poteries marocaines
[Photo] 39.5. Le minaret vu de la cour intérieur. Noter l’ensablement à la porte basse

[Page 40]

[Photo] 32.7. Minaret de Sankoré, vue de l’Est
[Photo] 32.8. Mur Est de Sankoré, ensablé
[Photo] 39.4. Cour intérieure de Sankoré. Mur Est. Noter l’exhaussement du mirhab de gauche et les décorations géométriques

Je m’attaque d’abord à la mosquée de Sankoré. J’en relève le plan (que je n’insère pas ici puisqu’il va paraître au N° de juillet du Bulletin de l’IFAN).  D’ailleurs, la publication de ces « Notes d’Archéologie sur Tombouctou » me dispenseront ici de commentaires sur la ville.
C’est le premier travail que j’ai entrepris à mon retour de Dakar, car c’était le coin le plus urgent à préserver, à cause des bêtises faites déjà…
Mosquée ancienne, sans doute XVe, mais entièrement refaite vers 1578 par El Aqib, qui lui donna les dimensions de la Kaaba de la Mecque. La mosquée est relativement en bon état, mais très ensablée, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.
Le mur Est, exposé aux tornades, est en « pierre de Tombouctou ». Mais tout cela est en banco et c’est déjà bien que ç’ait traversé près de 4 siècles… Drame de toutes les constructions d’Afrique noire. Pour la protéger à l’Est, il faudrait que des maisons y soient construites…
Imam : Mohamed El Hakib

[Page 41]

TOMBOUCTOU

[Photo] 33.1. Ânes chargés de bourgou devant la FAO
[Photo] 33.2. Le « canal militaire », au S. W. de la ville
[Photo] 33.8. La FAO sur la place Badjingué
[Photo] 33.6. Porte typique et encadrement en « pierre de Tombouctou »
[Photo] 35.6. Terrasses de Tombouctou. Au fond, Sankoré.

[Page 42]

Je vais au camp voir le Capitaine Coti. Vois les Lts Varlet et Dumont.
Relève l’inscription du monument Bonnier, au bout du canal militaire, près de Djinguereber :

SOUVENIR COLONIAL FRANÇAIS
AU
COLONEL BONNIER
Il entra à Tombouctou le 10 janvier 1894
Tué à Tacoubao
avec 10 officiers, 2 sous-officiers et 80 tirailleurs
15 janvier 1894

Suis allé à Kabara en traversant la « forêt » d’épineux.
Après-midi avec le Cadi Mahmoud. Vu M. Tissier, Adjoint au Cdt de Cercle, le juge.
Vu avec cadi Mahmoud maisons, Caillé, Laing, Barth. Elles ont toutes trois été remaniées, surtout la 1ere et la 3e
Cela n’a dû chiffonner personne sur place quand on a démoli les authentiques…
Diné chez Cap. Coti au fort Hugueny

[Photo] 35.8. Ruelle. Noter les boules de banco séchant à droite
[Photo] 36.2. Maison neuve mais en style ancien
[Photo] 38.1. Maison typique

[Page 43]

[Reproduction dessin] La maison de R. Caillé, in Dubois : Tombouctou la mystérieuse, 1897, p. 378. V. Haardt et Audouin-Dubreuil, Le raid Citroën, 1923, p. 192. La maison de René Caillé a été démolie et reconstruite en style nouveau, hélas !
V. aussi Delafosse, Ht S. N. II, pl. XXVII, p. 368
[Photo] 33.5. La maison Caillé en 1952
[Photo] 37.5. Cour de la maison Caillé

[Page 44]

Maison de Laing

[Reproduction photo] La maison de Laing, in Dubois : Tombouctou la myst. 1897 p. 369
[Photo] 37.4. Maison Laing

La maison Laing a été refaite en partie (voir photo Dubois 1897. Mais au moins, à la reconstruction, on a conservé le style ancien. C’est la mieux conservée des maisons historiques de la ville.

[Photo] 33.7. Maison de Laing avec le cadi Mahmoud

[Page 45]

TOMBOUCTOU

[Reproduction dessin] Maison de Barth vers 1896 (in Dubois, 1897, p. 388) V. aussi Delafosse, II, pl. XXVII, p. 368.

La maison de Barth a été elle aussi, démolie et reconstruite en style moderne. Persiennes ont remplacé les volets arabes ajourés.
Sur la maison, une pancarte de bois BARTH 1853-54. Et dire que l’IFAN a alloué vers 1950 des crédits pour cette maison postiche !
Tombouctou n’a pas de chance avec ses monuments.

[Photo] 34.1. Maison en 1952

Page 37

Page 38

Page 39

Page 40

Page 41

Page 42

Page 43

Page 44

Page 45

Lundi 14 janvier 1952

[Page 35]

L. 14.1.1952

Passage à El Oualadji vers 7h45. Le tumulus est très visible. Il y en a un autre mais sur la rive droite, plus en aval : celui de Kougou, à l’Ouest de Sinam.

[Photo] 31.3. Tumulus de Kougou dans le lointain

Dans la péniche à côté quelques Sonraï ont des bracelets de verre de Bida au dessus du coude droit, mais un Touareg en porte aux 2 bras.
Porté par les hommes rarement par les femmes. Le bracelet de [?] se fait de plus en plus rare. je n’en ai pas vu vendre sur les marchés déjà vus.

A 8h50 nous arrivons à Diré, grosse escale au bord du fleuve.
Grand tambour à l’arrivée en l’honneur des grands conseillers qui étaient à bord et débarquent ici.
Premiers Touareg. Bellah. Sonraï (tamtam).

[Photo] 31.4. En vue de Diré
[Photo] 31.5. Arrivée à Diré

Escale à Taoussa à 16h20 pour le bois.
J’ai la chance d’y photographier une femme broyant son mil sur une meule dormante.
Arrivée à Kabara à 21h. Je descends à Tombouctou avec M. Auger, de la FAO et loge chez lui pour mon séjour à Tombouctou.
On sera en popote avec M. Bonnefoy de Maurel et Prom.
360 km env. de Mopti.

[Page 36]

DIRÉ

[Photo] 31.6. La foule à Diré à l’arrivée du navire
[Photo] 31.7. Des Touaregs retroussent leurs vêtements pour approcher
[Photo] 31.8. Tamtam sonraï à Diré en l’honneur des grands conseillers
[Photo] 32.1. L’escale à Taoussa
[Photo] 32.2. Femme broyant du mil avec une meule dormante

Page 35

Page 36

Dimanche 13 janvier 1952

[Page 32]

D. 13.1.1952

[Photo] 30.1. Lever du soleil à l’entrée du lac Débo
[Photo] 30.2. Entrée du Débo : A g. le rocher Marie-Thérèse (nommé ainsi par Caillé). A g. collines de  Gourao au bord du lac.

Nuit agréable et moins bruyante que je ne le craignais. Plus de moustiques.
L’aube nous trouve juste avant l’arrivée dans le lac Débo, qui est au maximum à cette saison. On y est à 9h30.
Quelle masse d’eau : on le compare très justement à une mer intérieure.
Quelques rochers à l’entrée : Marie-Thérèse ou Doutou d’abord, Barisomé (tout petit), Sorba plus loin et la colline de Gourao qui tient tout un côté du lac.
On perd même la terre de vue un moment et il faut que les pilotes soient bons pour s’y reconnaitre.
On n’en sort que vers 12h.

[Page 33]

[Photo] 30.3. Rocher à l’entrée du Débo
[Photo] 30.4. Dans le [?] à l’entrée du Débo
[Photo] 30.5. Au milieu du lac
[Photo] 30.6. Escale d’Aka
[Photo] 30.7. Escale à Aka

[Page 34]

[Photo] 30.8. Escale à Aka
[Photo] 31.1. Escale à Aka
[Photo] 31.2. Village de  Bia

Escale très pittoresque : les marchands viennent dans l’eau jusqu’au chaland vendre leur lait etc…
La crue est plus haute que les années ordinaires et rase les murs.

Conversation très intéressante avec les passagers noirs lettrés du bord, sur l’histoire du pays.
L’un d’eux Abdoulaye WARINOKY) a accompagné Urvoy dans ses tournées. Ils me citent des villes anciennes : savent qu’Araham et Tinderma le sont.
Me citent entre autres : (feuille Tombouctou au 1/200.000e : Dongoye, Sinam, Morikoiré, Menissagué comme anciens.
Toute cette région, où foisonnent d’ailleurs les tumulus, serait à prospecter puis à fouiller.
A 15h45, passage à Bia (rive dr.) lui aussi, comme Aka, au ras de l’eau.
C’est dans tous ces villages que sont faites les fameuses couvertures de « Mopti » et dans les campements peuls.
Passage à Niafunké à 24h.

Page 32

Page 33

Page 34

Samedi 12 janvier 1952

[Page 29]

S. 12.1.1952

40 ans aujourd’hui : un des tournants de la vie…
Je me rends dans la matinée chez M. Bordage, de l’Agriculture à Mopti, qui a trouvé, parait-il, de fort belles statuettes de poterie. Effectivement. Il me les montre et me permet de les dessiner.

[Photo] 28.4. Confluent Niger. Bani à mopti

Ces statuettes d’un toggueré dans le canton de Koubaï, entre le Koubaï et l’Ouromodi (village entre Yongociré et Lardebali, 26 km S.W Mopti) – C’est lui qui les a trouvées, en surface en Nov. 1951, toutes les [?] ensemble (1m2)
Autour, aux 4 coins, 4 (…)

[Page 30]

[Page collée recto : Dessins de statuette, Cavalier 1]
[Page collée verso : Dessins de statuette, Tête 3]

(…) tuyaux d’écoulement des eaux. emplacement présumé d’une « idole » assez grande, brisée par les Y (Rensgt [?] Y). Autour, les statuettes.

[Dessins de statuette, Tête 2]
[Photo] 28.5. Les statuettes de Yongociré. De g. à dr : Tête 2 – Statuette 4 – Cavalier 1 – Tête 3

[Page 31]

[Photo] 28.6. De g. à dr : tête 3, cavalier 1, statuette 4, tête 2.
[Photo] 28.7. Même ordre
[Photo] 28.8. De g. à dr : Tête 3, cavalier 1, st. 4, tête 2

M. Bordage possède les statuettes.
1) 1 cavalier et son cheval, brisé en plusieurs morceaux. (cheval en 2, tête de cavalier et cavalier). Tête du cheval très petite, jambes très grosses. Plusieurs coins brisés aussi.

2) Tête barbue à profil bizarre, à yeux en relief. Terre séchée. Traces de rouge (trouvée en surface).

3) tête à coiffure très conique, à profil simiesque, très prognathe.

4) Statuette féminine accroupie comme celle de Kaniana. une jambe manque. Nombril proéminent (à – 0m 30 de prof.)

Il y a également quelques fragments à part, débris de jambes. etc
J’ai essayé de déterminer M. Bordage à nous donner ces statuettes pour l’IFAN. Il préfère les garder. J’espère qu’il finira cependant par se décider en notre faveur.
Sz. est allé fouiller toute la journée à Fotoma, au N. de Sevaré (fouille d’un emplt. de village) poteries funéraires, perle de verre et poterie. Pas de pipe.

[Page 32]

[Page collée recto : Dessins de statuette, Statuette 4, de face]
[Page collée verso : Dessins de statuette, Statuette 4, de profil]

Je règle le campement de Mopti (pour nous 3) 164f (3 j.)
Remis [?] 200f pour manœuvres + 100f à Sami.
Embarque à 21h sur le Maréchal Galliéni, qui remorque à ses flancs 4 chalands, 2 de chaque côté. Chambre 3.
Départ de Mopti à 22h45. Adieux aux Szumowski.
Chambre propre (ce qui change de l’infect campement de Mopti et de ses poux… Et que de moustiques à Mopti ! N’empêche que la ville a beaucoup de caractère à cause de sa situation au milieu des eaux : la « Venise » soudanaise.

Page 29

Page 30 collée recto : Dessins de statuette, Cavalier 1

Page 30 collée verso : Dessins de statuette, Tête 3

Page 30

Page 31

Page 32 collée recto : Dessins de statuette, Statuette 4, de face

Page 32 collée verso : Dessins de statuette, Statuette 4, de profil

Page 32