Mardi 19 février 1952

[Page 148]

M. 19.2.1952

DAKAR

Départ de Bamako par Air-France. 15h15

Arrivée à Dakar-Yof 19h25 (1100 km)

Toute la famille est là. Effusions. On admire la barbe de papa (sauf Bernard, qui n’aime pas cela). Et comme elle grisonne au surplus, on ne la gardera que le temps de la faire voir aux amis.

Bien content d’être de retour au foyer. Aussi content que je l’étais de partir pour ce beau tour…

[Photo] Home again… – 43 rue Kléber. Dakar

Page 148
Page 148

Lundi 18 février 1952

[Page 147]

L. 18.2.1952

Eté Transafricaine récupérer mes bagages, porté caisses et bagages au magasin général qui les fera suivre à Dakar.

Réquisition de passage. Papiers.

Fais conférence à la Base aérienne, comme je l’avais promis, sur l’histoire de l’AOF.

Départ fixé à demain.

Page 147
Page 147

Dimanche 17 février 1952

[Page 145]

D. 17.2.1952

Départ de Gao à 6h20 par Junker « soudanais », vieux zincs qui se posent partout, sur les terrains courts de la brousse. Adieux à Bouesnard, qui a été un très chic camarade pendant toute cette tournée.

[Photo] 60.1. Le delta du Tilemsi
[Photo] 60.2. Les dunes parallèles du Gourma aux approches de la zone d’inondation
[Photo] 60.3. L’inondation s’insinue entre les dunes

Comme je l’ai dit plus haut (p. 142) au sujet de Sané, j’ai la chance par cette crue extraordinaire de cette année, de très bien apercevoir d’abord Sané sur sa colline, à l’Est de la [?] est une grande ligne de verdure, le Tilemsi, qui vient se prolonger vers l’Ouest par tout le système actuellement inondé débouchant au km 3. D’avion (ph. 60.1) cela a tout à fait l’allure d’un delta.

Survolons le Gourma semi-désertique et à 8h10 nous abordons la zone d’inondation du Niger en face de Goundam (60.2).

L’inondation s’insinue entre les dunes parallèles : il y a ennoyage ici comme dans le Macina où elle est très visible sur les cartes. Mais ici le chenal ppal a dû être creusé par l’érosion.

[Dessin chenal et dunes]

[Page 146]

Je note en survolant Goundam (plutôt un peu avant, à l’Est) une ligne boisée presque droite se dirigeant vers le Nord-Ouest : c’est sans doute un ex-canal venant de la zone d’inondation pour amener l’eau aux cuvettes situées au pied des collines.

La chose n’est pas du tout impossible : la tradition des canaux creusés par Sonni Ali au XVe est là pour le prouver (voir aussi Hubert B. AOF 1920, p. 438).

Atterrissons à Goundam à 8h47.

Retrouve l’adjoint, vu à mon passage en janvier et le chauffeur de Tombouctou, qui m’y a conduit alors.

Départ 9h15 pour Bamako.

Vu juste après Goudam 3 restes de canaux, allant de la zone d’inondation, du lac Fati au lac Télé, du même genre que celui signalé plus haut. Sera à revoir (serait-ce ceux de Vitalis ? V. Mourgues, l’Afr. fr. 1932, p. 363).

Survolons ensuite le lac Horo, inondé, le barrage ayant cédé avec l’importance de la crue (le lac a été aménagé pour la culture par les Européens (canaux, barrages, etc…). Tout cela est perdu cette année. Collines dénudées.

[Photo] 60.4. A l’extrême droite, village sur un ilôt dans la zone inondée, vers Goundam.
[Photo] 60.5. A g., Goundam et le défluent allant au Faguibine , coulant alternativement dans les 2 sens
[Photo] 60.6. Goundam et son marigot.

[Page 147]

Survolons ensuite le Macina, où tout parle d’une zone inondation ancienne où les eaux se sont retirées.

Dunes fixées W. Macina à 11h30, sommes à la hauteur et au Nord du barrage de Markala, très visible, ainsi que le canal du Sahel, en eau, et tout le réseau de l’Office du Niger.

[Photo] 60.7. Arrivée à Bamako. Au fond, colline du Point G.
[Photo] 60.8. Bamako. Au fond Koulouba.

Arrivée à Bamako à 12h45. Photographie la ville au passage (60.7 et 8). 1050 km de Gao, 6000 de Dakar.

Personne n’est là pour m’attendre, ce qui m’étonne car j’ai prévenu de mon arrivée (je saurai plus tard que Fauque est venu et est resté en panne à 500 m de l’aérodrome civil, alors que j’arrivais au militaire.

Monte dans l’après-midi à Koulouba, où les Szumowski m’offrent une fois de plus leur généreuse et cordiale hospitalité. Ils me racontent la suite de leur tournée vers Mopti, leurs avatars avec le camion… Ils n’ont pas pu aller dans le Macina comme prévu.

Page 145
Page 145

Page 146
Page 146

Page 147
Page 147

Samedi 5 janvier 1952

[Page 6]

S. 5.1.1952

Prospection aux grottes de la cascade de la carrière à l’Ouest de Bamako. Rien. La grotte a été creusée par l’eau de la cascade. Peut-être a-t-elle été habitée ? La chose est cependant peu probable, car le niveau en est trop bas.

[Plan :  Site de la grotte de la cascade]

[Photo] 20.8. Cascade de la grotte

[Photo] 20.7. Cascade de la grotte

[Photo] 21. 1. Bords de l’Oyako à l’endroit où il passe entre la falaise et la butte témoin.

Je vais ensuite au rocher-témoin du débouché de la vallée de l’Oyako (où j’étais déjà allé en 1948 avec Corbeil.
J’y ramasse [ ?], en surface, des [ ?] : quartz, fragments de bracelets de schiste, petite hache polie et divers [ ?], poteries.

[Page 7]

[Photo] Butte témoin de l’Oyako. Le gisement est à gauche.

Je vois au retour M. Clérin, de l’Agriculture. Il ne sait pas ce qu’est devenu le phallus de Tondidarou après le déménagement de son service (ex. Police). Me donne de bons renseignements sur la circulation dans la région de Djenné. Il faut, à cette saison de l’année, y aller en barque. La route ne doit pas être ouverte. Elle est d’ailleurs très mauvaise.

Après-midi : chaussée submersible de Sotuba. Le Niger y est divisé en plusieurs bras. Site très impressionnant. Marmites de géants.

[Photo] 21. 3. Le Niger pris du pont de la chaussée, vue vers l’aval.

Nous allons sur la rive Sud et je trouve un instrument « toumbien » isolé. Ce serait à prospecter de plus près, mais on n’en a pas le temps. Toutes les [ ?] seraient à faire juste avant l’hivernage, ou plutôt après la 1ère tornade, alors que les champs ont été travaillés et que la végétation n’a pas encore poussé.

Départ pour Mopti fixé au 8 janvier. D’après une lettre de ma femme, le camion viendrait ! Pourvu que mon télégramme arrive à temps !

[Page 8]

La chaussée submersible de Sotuba

[Photo] 21. 4. Vue vers l’amont, du pont

[Photo] 21. 5. La chaussée et ses bords blanchis pour la circulation de nuit

[Photo] 21. 6. Le pont de la chaussée

[Photo] 21. 7. Marmites de géants

[Photo] 21. 8. Les « rapides »

Page 6

Page 7

Page 8

Dimanche 30 décembre 1951

[Page 87]

D. 30.XII.1951

26° à 7h30

Recensement des plaques épigraphiées Th. 1950 ramenées à Bamako. Soit :

1) Formules coraniques 4, 6, 28, 29, 30, 31, 33, 34, 39, 40, 41, 42, 19, 8, 11, 7, 9, 10, 1, 2, 12, 51, 27, 26, 35, 36, 43

2) Rosaces et swastikas : A11, 13, 9, 7, 6, 2, 5, 4.

3) Volutes B1, 2, 3, 4, 7, 6, 8.

Prends pour Dakar : 1) 9-10, 8.11, 4-5, 36, 39-40-41-42.

2) A 6.2 8.5

3) B 1-2-3-4

Note arrive de Dakar : on envoie le command-car !

Et moi qui espère pouvoir faire ma tournée avec les Commandants de Cercle arrivés à Bamako pour le Conseil du 1er janvier : cela simplifierait tout et éviterait à l’IFAN une bien grosse dépense. Surtout que le command-car m’a dit Villiers au départ de Dakar, est tout juste bon pour les services dans la presqu’île ! (1)

Je travaille au plan de Koumbi Saleh, d’après le travail des aviateurs : la nécropole Nord-Ouest ressort magnifiquement, ainsi que les constructions du Sud de la ville.

29° à 22h

___________

(1) Effectivement, on doit remplacer le moteur début 1952. Et c’est avec un moteur non rodé que Pelissier part en tournée en Casamance début avril 1952.

Page 87

Vendredi 28 décembre 1951

[Page 84]

V. 28.XII.1951

Bon campement. Réparons crevaison roue arrière. Départ à 7h35. La route est de tôle ondulée.

[Photo] 19.2. Campement de Kolokani

A 9h après le passage de 3 ponts successifs dans une région marécageuse, nous arrivons à Nossombongou à 57km de Kolokani et 70 de Bamako.

Soning Keni à 53 km de Bamako à 9h50.

[Page 85]

[Photo] 19.3. Pont d’hivernage entre Kolokani et Nossombongou (la piste de saison sèche passe à côté).

Croisement route de Kita à 10h10 (112km de Kolokani)
(107 sur la plaque). Kati.
Arrivée Koulouba à 10h40 (132km de Kolokani).

Vais l’après-midi aux Finances : ils ne peuvent prêter ou louer un véhicule pour le Sahel. Il faudrait qu’une occasion se présente pour aller à Tombouctou…

Heureux de se retrouver en pays civilisé, avec un vrai lit, et surtout la douchière… et des légumes frais à manger. Les Szumowski sont heureux aussi de se retrouver chez eux.

Mais moi j’ai encore 2 mois à courir les routes avant de retrouver mon foyer à Dakar. Enfin, j’ai de bonnes nouvelles et c’est l’essentiel.

Il faut se préoccuper pour le moment de la suite de la mission, avec cette difficulté de véhicule (Baldi a écrit de Dakar qu’il ne fallait pas compter sur le dodge IFAN, les finances ayant renâclé devant la facture…

Page 84

Page 85

Jeudi 29 novembre 1951

[Page 8]

« J. 29.Nov.1951

Journée consacrée à faire des provisions pour les manœuvres et pour nous. Quelle histoire pour faire les factures d’après les sacro-saints principes ! Vu le Cdt des Cercles aps carte des cantons de cercle de Bamako et les populations, pour le Cdt de Tressan. Je copie les renseignements voulus sur les recensements de 1950 (rapport politique. »

Page 8

Mercredi 28 novembre 1951

[Page 3]

« ME. 28.XI.1951

Visite le matin à l’abri sous roche de Kourin Koro Kalé, situé à 35km env. de Bamako, sur la route de Siguiri, juste après le petit pont sur le ruisseau du Kourin Koro Kalé, au Nord immédiat (20m) de la route.
L’abri est au niveau de la route et il y a des grottes en haut de la falaise (cote + 30m env.)

[Page 4]

[Photo] 1.1. Sur la route de Siguiri

Au cours des premières fouilles qu’il y avait faites, Szumowski avait parlé de la découverte d’un « humérus fossile ». La chose me paraissait bien surprenante. Vu son squelette à Bamako. Pas fossile du tout.

[Croquis] Kourin Koro Kalé

L’abri sous roche principal se trouve sous le bloc isolé près de la route. C’est de là que vient le squelette.
Il y refait aujourd’hui des fouilles avec mon chef d’équipe Kariba Coulibaly.
Nous escaladons avec peine la falaise à pic à cet endroit pour voir la grotte du haut. Ce serait un bon refuge, mais la grotte traverse le rocher de part en part et nous n’y trouvons pas grand’chose, un peu de poterie, une ou 2 pierres.

[Page 5]

Nombreux abris sous roche au bas de la falaise.
Grds fragments de poterie et même 1 poterie entière posée sur le fond, que nous rapportons.
Toute la falaise des bords des monts mandingues paraît truffée d’abris et de grottes. Une bonne prospection en perspective. Sera-ce au Soudan que l’on trouvera la grotte à stratigraphie. Je le souhaite de tout cœur à Szumowski.

[Photo] 1.3. La grotte du haut. Sz. est debout à sa partie inférieure. Mais il faut escalader le moignon en pont au dessus de sa tête pour arriver dans la grotte proprement dite

[Photo] 1.5. L’accès à la grotte du haut avec Sz. et Kariba

[Photo] 1.4. Vue de la grotte du haut, vers l’Ouest

[Page 6]

[Photo] 1.2. Vue de la plaine de l’intérieur de la grotte du haut. On aperçoit à l’extrême gauche la route de Bamako

[Photo] 1.6. L’abri sous roche pendant la fouille

[Photo] 1.7. Le matériel néolithique mis à nu par l’eau à l’entrée de l’abri

[Photo] 1.8. Le 2e squelette de Kourin Koro Kalé après son dégagement. Couché sur le côté, face au Nord. On aperçoit le maxillaire inf. droit, l’humérus

[Croquis] Le 2e squelette trouvé aujourd’hui par Sz.

[Page 7]

[Croquis] L’abri sous roche. La partie ombrée est celle qui forme l’abri. Enorme bloc éboulé de la falaise, calé par un gros bloc (à l’W.)

L’abri sous-roche avait tout pour attirer l’homme : commode, au pied de la falaise ; le ruisseau à 100m. Indiscutable qu’habité au néo : les fragments de quartz taillé y abondent à l’aplomb du rebord de l’abri où le ruissellement de l’eau les met à jour (Ph. 1.7)
Mais à quelle époque appartiennent les squelettes, on n’en sait rien encore, car ils ont pu être fort bien mis dans des fosses creusées dans la couche néolithique à une époque post-néolithique.
Le mode d’enterrement du premier squelette, en position repliée (comme le second) mais dans un coffrage de pierre, est trop peu connue encore pour qu’on puisse conclure. Les os du crâne sont très gros, de caractère archaïque. Sz. Veut l’envoyer à Vallois. Qui pourra dire en dernier sur ce premier squelette ancien venant d’un pays où l’anthropologie reste à faire ? … Attendre les suivants.

[Page 8]

Retour à Bamako à 16h. Rendez-vous avec les Cap. Charles et Lorillot à la Base aérienne.
Nous convenons de ce qu’il faut faire : badigeonner à la chaux des bandes de 4 x 1m et cornières indiquant la zone à photographier. Comptent venir à Koumbi vers le 12 décembre et venir de Timbedra en auto pour nous voir.
On va à l’atelier photo : ils ont tiré les ruines de Garoumelé prises par les Cap. Lidon et Lorillot. Nous enverront les photos. »

Page 3

Page 4

Page 5

Page 6

Page 7

Page 8

Lundi 26 novembre 1951

[Page 2]

« Le 26 Novembre 1951 (Dakar – Bamako)

Départ de Dakar-Yoff par DC3 à 6h. Arrivée à Bamako à 10h (1100km). Note au passage que tous les pitons, qui sur le bord du dhar Tichitt-Oualata seraient l’emplacement de villages anciens, n’en portent pas trace. Installation à Koulouba chez mon collègue Szumowski, à l’étage du Centre IFAN du Soudan. Il y a aménagé un commencement de Musée archéologique dans la pièce centrale qui n’est pas mal du tout : arrivé au Soudan depuis le 30 Sept. 1951 seulement, il a déjà fait des récoltes et des fouilles, en particulier dans un abri sous roche (Kourin Koro Kalé ).
Cela démarre bien.
Après-midi, visite à la grotte à rupestres du point G., dont il va s’agir d’assurer la sauvegarde : elle est bien mal placée entre les carrières, mais le Gouverneur Louveau est déjà averti à son sujet, comme il me l’a dit au cours d’un entretien. »

Page 2