Jeudi 17 janvier 1952

[Page 49]

J. 17.1.1952

[Photo] 35.7. Vue de la ville. Au fond, Djinguereber
[Photo] 36.3. Le port de Tombouctou. La crue très forte de cette année le rend très animé. L’eau ne vient pas ici tous les ans
[Photo] 36.5. Le port de Tombouctou. Les barques chargées de poteries et de bourgou
[Photo] 36.2. Porte typique. Les « ferrures » sont en plaques de tôle de bidon
[Photo] 36.4. Le port de Tombouctou

[Page 50]

[Photo] 36.6. Poteries peintes
[Photo] 36.7. Un âne chargé de bourgou
[Photo] 36.8. Corvée d’eau et, à droite, les marchands d’eau remplissant leur outre.
[Photo] 37.1. Les petites porteuses d’eau
[Photo] 37.2. La mare où l’on s’approvisionne en eau

[Page 51]

[Photo] 37.6. Touareg au marché
[Photo] 37.7. Le marché en style ogival
[Photo] 37.8. Touareg au marché
[Photo] 38.2. Maison de Sare Moï (vers 1942-49)
[Photo] 38.4. Maison typique. Noter la fenêtre ajourée en bois. C’est celle de Mahamane Baba. Son grand-père y vivait déjà.

[Page 52]

[Photo] 38.3. Maison de Sare Moï
[Photo] 38.5. Maison typique

Je prends aujourd’hui des photos de maisons typiques afin de rechercher le fameux « style de Tombouctou ». Celui-ci, au fond, existe : l’unité architecturale est très nette. Les façades sont toujours des séries de piliers en relief, ne correspondant souvent pas du rez de chaussée au premier étage. Car à la hauteur des planches du 1er étage, les façades montrent une ligne horizontale en saillie correspondant à ce plancher. Les fenêtres sont petites et doivent être garnies d’une pièce de bois ajourée. Les balustrades ajourées sont d’introduction européenne. Porte au rez de chaussée à gros clous.
L’inscription sur la maison de Laing est :

TO
MAJOR ALEXANDER LAING
2nd WEST INDIA REGIMENT
FIRST EUROPEAN TO REACH TIMBUKTU 1825
FELE HERE IN 1826
ERECTED IN HIS HONOUR AND MEMORY
BY THE AFRICAN SOCIETY; LONDON 1930

C’est une plaque de bronze qui surmonte la porte.

Vu Nekli, Directeur de la Merdersa, homme très très bien. Nous devons avoir des échanges de vues fructueux. Il me sera des plus précieux pendant mon séjour ici.

[Page 53]

Sur la maison de Caillié, il y a 2 plaques :
1 en bronze : au dessus de la porte.

SOUVENIR COLONIAL FRANÇAIS
A RENÉ CAILLIÉ
1799-1838
IL HABITA CETTE MAISON
EN AVRIL MAI 1828 LORS DE SON
VOYAGE DE GUINÉE AU MAROC
9 AVRIL 1827 – 7 SEPTEMBRE 1828

L’autre en marbre à gauche de la porte.

CEUX D’AUNIS ET DE SAINTONGE QUI
GARDENT LES CENDRES ET LA MÉMOIRE
DE RENÉ CAILLIÉ ONT CONFIÉ EN 1938
CETTE PIERRE COMMÉMORATIVE DE SON
CENTENAIRE A LOUIS AUDOIN-DUBREUIL
EXPLORATEUR SAINTONGEAIS POUR LA
PORTER A TRAVERS LE SAHARA A
TOMBOUCTOU DANS LA MAISON
QU’HABITA LEUR GRAND COMPATRIOTE.

J’étudie aussi la question de la mosquée Sidi Yahya (XVe), qui a été défigurée en 1939 et en lève le plan. La tour primitive a été englobée dans la nouvelle tour carrée. La porte d’entrée a été surmontée de motifs triangulaires qu’on croirait plus adaptés à une chapelle.
Portes ogivales, comme de bien entendu. Et, pour que nul n’en ignore, plaque de bronze sur la porte ouest (bouchée) :
ici texte en arabe

MOSQUÉE
DE
SIDI YAYA
RECONSTRUITE
EN DÉCEMBRE
1939 PAR
L’OUVRIER MAÇON
HAMAT TOUMBOURA

[Photo mosquée Sidi Yahya] 38.7. Côté Est
[Photo mosquée Sidi Yahya] 38.8. Côté Ouest sur la rue

[Page 54]

VANDALISME A TOMBOUCTOU : LA DEFIGURATION DE LA MOSQUÉE DE SIDI YAHYA EN 1939 PAR LE COLONEL DUBOIN OU COMME QUOI LE ZÈLE INTEMPESTIF EST SOUVENT BLÂMABLE

[Photo] C.52.988 Sidi Yahya en 1938 (Photo Paris)
[Note, plus tardive, de R. Mauny] Voir Sidi Yaya début du XXe photo Fig. 130 « Cour de la mosquée de Sidi Yaya à T. » Desplagnes, Le plateau central nigérien, 1907, p. 213 bis.
[Photo] C.52.989 Imam : Baba Alfa Omar (Ouangara). Sidi Yahya revu et corrigée par le Cl Duboin

C’est cet acte de vandalisme qui m’a amené à faire demander le classement de Tombouctou comme site (Djenné aussi, d’ailleurs)

Page 49

Page 50

Page 51

Page 52

Page 53

Page 54

Mardi 15 janvier 1952

[Page 37]

M. 15.1.1952
Me voici donc dans cette fameuse ville de Tombouctou dans laquelle je suis pénétré à la nuit, en dodge, en la contournant par Sankoré pour aller sur la place Badjingué. Beaucoup d’allure avec la lune éclairant ces maisons de terre battue.
Au jour, du haut de la terrasse de la FAO, la ville me parait telle que je m’y attendais : une bonne ville soudanaise de banco avec comme seuls monuments émergeant du niveau des terrasses – et de peu- les minarets de Sankoré et Djinguereber.

[Photo] Vue aérienne de Tombouctou. J’ai entouré la ville ancienne d’un trait à l’encre de Chine

[Page 38]

TOMBOUCTOU

[Photo] 35.5. Les terrasses de Tombouctou (vue prise de la FAO vers le Nord)
[Photo] 41.8. Le marché moderne de Tombouctou (vue prise de la FAO vers le Sud)

[Page 39]

Mosquée de Sankoré

[Photo] 32.3. Face Sud de Sankoré
[Photo] 32.4. Côté sud-Est
[Photo] 32.5. Côté Est. Noter l’ensablement qui arrive presque au faîte du mur. [?] de droite est le mirhab
[Photo] 32.6. Sommet du mirhab coiffé de poteries marocaines
[Photo] 39.5. Le minaret vu de la cour intérieur. Noter l’ensablement à la porte basse

[Page 40]

[Photo] 32.7. Minaret de Sankoré, vue de l’Est
[Photo] 32.8. Mur Est de Sankoré, ensablé
[Photo] 39.4. Cour intérieure de Sankoré. Mur Est. Noter l’exhaussement du mirhab de gauche et les décorations géométriques

Je m’attaque d’abord à la mosquée de Sankoré. J’en relève le plan (que je n’insère pas ici puisqu’il va paraître au N° de juillet du Bulletin de l’IFAN).  D’ailleurs, la publication de ces « Notes d’Archéologie sur Tombouctou » me dispenseront ici de commentaires sur la ville.
C’est le premier travail que j’ai entrepris à mon retour de Dakar, car c’était le coin le plus urgent à préserver, à cause des bêtises faites déjà…
Mosquée ancienne, sans doute XVe, mais entièrement refaite vers 1578 par El Aqib, qui lui donna les dimensions de la Kaaba de la Mecque. La mosquée est relativement en bon état, mais très ensablée, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.
Le mur Est, exposé aux tornades, est en « pierre de Tombouctou ». Mais tout cela est en banco et c’est déjà bien que ç’ait traversé près de 4 siècles… Drame de toutes les constructions d’Afrique noire. Pour la protéger à l’Est, il faudrait que des maisons y soient construites…
Imam : Mohamed El Hakib

[Page 41]

TOMBOUCTOU

[Photo] 33.1. Ânes chargés de bourgou devant la FAO
[Photo] 33.2. Le « canal militaire », au S. W. de la ville
[Photo] 33.8. La FAO sur la place Badjingué
[Photo] 33.6. Porte typique et encadrement en « pierre de Tombouctou »
[Photo] 35.6. Terrasses de Tombouctou. Au fond, Sankoré.

[Page 42]

Je vais au camp voir le Capitaine Coti. Vois les Lts Varlet et Dumont.
Relève l’inscription du monument Bonnier, au bout du canal militaire, près de Djinguereber :

SOUVENIR COLONIAL FRANÇAIS
AU
COLONEL BONNIER
Il entra à Tombouctou le 10 janvier 1894
Tué à Tacoubao
avec 10 officiers, 2 sous-officiers et 80 tirailleurs
15 janvier 1894

Suis allé à Kabara en traversant la « forêt » d’épineux.
Après-midi avec le Cadi Mahmoud. Vu M. Tissier, Adjoint au Cdt de Cercle, le juge.
Vu avec cadi Mahmoud maisons, Caillé, Laing, Barth. Elles ont toutes trois été remaniées, surtout la 1ere et la 3e
Cela n’a dû chiffonner personne sur place quand on a démoli les authentiques…
Diné chez Cap. Coti au fort Hugueny

[Photo] 35.8. Ruelle. Noter les boules de banco séchant à droite
[Photo] 36.2. Maison neuve mais en style ancien
[Photo] 38.1. Maison typique

[Page 43]

[Reproduction dessin] La maison de R. Caillé, in Dubois : Tombouctou la mystérieuse, 1897, p. 378. V. Haardt et Audouin-Dubreuil, Le raid Citroën, 1923, p. 192. La maison de René Caillé a été démolie et reconstruite en style nouveau, hélas !
V. aussi Delafosse, Ht S. N. II, pl. XXVII, p. 368
[Photo] 33.5. La maison Caillé en 1952
[Photo] 37.5. Cour de la maison Caillé

[Page 44]

Maison de Laing

[Reproduction photo] La maison de Laing, in Dubois : Tombouctou la myst. 1897 p. 369
[Photo] 37.4. Maison Laing

La maison Laing a été refaite en partie (voir photo Dubois 1897. Mais au moins, à la reconstruction, on a conservé le style ancien. C’est la mieux conservée des maisons historiques de la ville.

[Photo] 33.7. Maison de Laing avec le cadi Mahmoud

[Page 45]

TOMBOUCTOU

[Reproduction dessin] Maison de Barth vers 1896 (in Dubois, 1897, p. 388) V. aussi Delafosse, II, pl. XXVII, p. 368.

La maison de Barth a été elle aussi, démolie et reconstruite en style moderne. Persiennes ont remplacé les volets arabes ajourés.
Sur la maison, une pancarte de bois BARTH 1853-54. Et dire que l’IFAN a alloué vers 1950 des crédits pour cette maison postiche !
Tombouctou n’a pas de chance avec ses monuments.

[Photo] 34.1. Maison en 1952

Page 37

Page 38

Page 39

Page 40

Page 41

Page 42

Page 43

Page 44

Page 45