Lundi 11 février 1952

[Page 138]

L. 11.2.1952        AGAMOR-GAO

Départ 7h. Je fonce dès l’aube à une petite élévation sablonneuse. Croûtes lacustres. un peu de préhistoire (So.52.69). Je n’apprendrai qu’à mon retour à Dakar qu’il y a là à Agamor (à l’Est) un cimetière à objets préhistoriques comme à Takarangat.

Grands regs latéritiques noirs coupés de vallées. Pas propice à l’habitat.

Arrivée à Bourem à 8h45.

[Relevés de dessins] « Cars de la Transsaharienne » représentés (par des enfants) sur les murs de la cuisine du campement. Très « rupestre »

Nous allons au campement, qui n’est autre que l’ancien fort. Beaucoup de gueule. De là haut, on a une vue splendide sur le coude du Niger. Le contraste entre le vert de la vallée d’un côté et le paysage pelé derrière est saisissant.

[Page 139]

[Photo] 58.4. Du haut de rocher de Tondibi

Nous allons au rocher (plateau de [?]) de Tondibi, qui surplombe la vallée du Niger.

J’avais vu en descendant le fleuve une grande grotte. Déception : ce n’est qu’un placage latéritique comme ceux que nous avons vus entre Agamor et Bourem.

Pas de préhistoire. Pas de grotte vraie, donc pas de rupestres comme je m’y attendais… Traces d’anciens villages sur le sable avant d’atteindre le rocher.

Tombeaux chouchets sur le plateau.

Arrivée à Gao à 13h. Diné Atlantide.

Installation chez Bouesnard aux Hydrocarbures.

C’est un « petit tour » en auto de 1060km depuis Gao (4920km depuis Dakar)

Page 138
Page 138
Page 139
Page 139

Jeudi 24 janvier 1952

[Page 71]

J. 24.1.1952

3h30 Escale à Bourem. J’aurais tant voulu passer (de jour) le défilé de Taoussa (Tosaye). Or il fait nuit noire…

[Photo] 43.4. La colline de Tondibi

A 7h30, passage devant Tondibi, plateau que je croyais gréseux mais qui en réalité n’est fait que d’alluvions consolidées. Je vois du bateau des grottes et entrevoyais des possibilités de rupestres. hélas ! Il n’en était rien, comme je pus m’en rendre compte en février, au retour.

[Page 72]

Assez souvent, sur la rive gourma, on voit des tables de latérite marquant un ancien niveau de la plaine, recouvertes de dunes de sable, à +6m env.

[Croquis table et dunes]
[Photo] 43.5. Passage devant la dune rose

Cela marque une baisse solide du niveau de base du Niger, puisque nous sommes aux plus hautes eaux.
Nous arrivons à Gao à 12h45. Je descends, comme en 1950, à l’hôtel de l’Atlantide (Chambre 200f, repas, 250f). (460km de Tombouctou ; 3860 depuis Dakar).

Vais au cercle pour la question transport vers les Iforas. Vu Raynaud, Cdt de Cercle et mon ami Bizet, qui est venu atterrir ici…

Un avion militaire monte sur Kidal. Je peux le prendre. Mais ne vaut-il pas mieux voir mon ami le Capitaine Gérin-Jean, qui a été si gentil en 1950 ? Je vais le voir et fait connaissance du Lt Bouesnard, avec lequel je suis déjà en relations épistolaires.

Gérin Jean me comble : il met à ma disposition une voiture 6 roues, pilotée par le Cap. Schmitt avec Bouesnard et 4 tirailleurs, pour aller à Kidal – Tessalit – Je dois seulement fournir l’essence.

Le départ est fixé au 29, date à la quelle une autre voiture va sur Kidal et Menaka.

Diné chez Gérin-Jean. Orage et pluie, comme à Tombouctou.

Page 71

Page 72