Vendredi 18 janvier 1952

[Page 55]

V. 18.1.1952

Je lève le plan de Sidi Yahya. Voici les changements qui seraient à effectuer pour tenter de lui rendre sa physionomie antérieure.
Face Nord. Tour. Comme la tour authentique subsiste dessous, il faudrait la  » déshabiller » de sa construction nouvelle et lui rendre simplement son aspect ancien. Rhabiller le tourillon central (fait en ciment) ou le démolir et le refaire. Abattre le muret bas extérieur jusqu’à 0m,75 de haut environ.
Abattre les « superstructures » de la porte. Habiller de banco la façade. Rendre le haut des portes droit en plaçant un linteau droit au-dessus des portes. Enlever partout le crépi rouge.
Cour intérieure et intérieur de la mosquée. Laisser en l’état, car serait trop difficile à modifier.
Côté Ouest. La porte existait-elle en 1939 ? Sinon, l’enlever. Tout habiller le mur de banco. Enlever les mâchicoulis.
Mur Sud. Habiller de banco. Enlever les mâchicoulis.

[Photo 39.6]

Visite ville avec Cadi Mahmoud. Il y a plusieurs canons intéressants à Tombouctou :
1) Canon marocain de bronze (Ph. 39.6) posé sur affût de pierre devant la « maison du Gouverneur ». Relever par Monod en 1934. Publié dans son étude et dans la même sur les canons d’AOF.

[Photo 39.7]

2) Espignole de bronze, (Ph 39.7) posée de même façon de l’autre côté de l’escalier. Relevé et publié par Monod et par moi.
3) Canon de fonte provenant de Taoudeni – Ksar Smeida rapporté à Tombouctou en 1951 sur nos instances (Lettre 5233) IFAN du 24-X-51) et que je rapporte à Dakar. Calibre 55. Pèse 78kg (So.52.12)

[Page 56]

4) Un canon de montagne de 80 marqué « C. de 80 de Mgne Mle 1878. BOURGES F 1884″ (retrouvé à la [?])

[Photo] 39.3. Le canon de montagne de 80

5) Encore un « canon de Mgne Mle 1878 PUTEAUX A.C. 1889″

6 et 7) De chaque côté de la porte d’entrée du fort Bonnier, canon à 5 tubes Hotchkiss Paris. 1885. N° 1022 et 966. Poids 215 kg.

[Photo] 39.8. Canon Hotchkiss à 5 tubes.

Ces 4 derniers sont évidemment les canons de la conquête de Tombouctou (1894)

Cimetière européen.
Très bien tenu. Je ne prends pas de photo car je sais que Labitte en a pris lors de son passage.
Voici quelques inscriptions :
– ICI REPOSE DUPUIS YACOUBA
7 Novembre 1865. 8 janvier 1945. De profundis.
– (Monument) A LA MEMOIRE DU LIEUTENANT DE SEZE AURELIEN ROGER MARIE.
Chevalier de la légion d’honneur. Blessé mortellement le 2 décembre 1927 au combat de Taoudeni 1900-1927.
– (Tombe du) Commandant AYASSE. Chef de BATon D’INFrie COLle. Né le 22 Novembre 1872.
Décédé le 19 juin 1919 à Tombouctou
Lâchement assassiné en faisant son devoir.
– (Monument) A la mémoire du Sous-Lieutenant GUERIN Jean Hippolyte Paul Marie mort pour la France le 29 novembre 1926 à AREG EL FRIS 1904-1926.

[Page 57]

– Monument à la mémoire des Européens et des indigènes tués au combat d’El Gettara le 24 mai 1912
M. LELLORAIN Lt d’I. Col.
M. ROSSI Commis des Affaires indigènes
A nous le souvenir. A eux l’immortalité
(Sur chaque côté de la plaque émaillée, 35 noms indigènes)

– Monument aux Officiers, sous officiers et tirailleurs tués au combat d’Achourat le 29 novembre 1909 :
Capitaine GROSDEMANGE, Sgt DIARA FOFANA etc…

– (Tombe) Au Lt Colonel KLOBB
L’Armée Coloniale puise dans la fidélité du souvenir sa grandeur et sa force. Elle s’incline aujourd’hui devant la tombe de celui qui, il y a 50 ans, mourait victime volontaire de sa haute conception de l’idéal du soldat. Tombouctou, 14 juillet 1949.

– (Monument) Société nationale du Souvenir Français
A la mémoire des lieutenants de CHEVIGNÉ et de ( )OUR et des spahis soudanais morts pour la patrie le 19 juin 1897. A nous le souvenir A eux l’immortalité

Le Capt. Coti me remet plusieurs objets pour l’IFAN :
1) le canon de fonte de Taoudeni ((So.52.12)
2) Une magnifique pointe atérienne venant d’El Kseib (So.52.41)
[Croquis de la pointe atérienne]
3) Une pièce (paléo ?) d’In Echarï (So.52.42)
4) Un mortier de pierre et son pilon, venant du puit de Guir (So.52.12) Photo C.62.507)
[2 photos non collées : Mortier de Guir. C.62-506 et C.62-507]
Pour ces derniers le Cap. Coti m’a rapporté que les nomades n’étaient pas contents qu’ont les aient emmenés car ils s’en servaient pour broyer les graines quand ils nomadisaient par là ! Belle survivance…
Diné chez Nekli avec Paris

Page 55

Page 56

Page 57

Mortier de Guir. C.62-506 et C.62-507