Dimanche 20 janvier 1952

[Page 61]

D. 20.1.1952

Il y a eu un orage cette nuit, avec des gouttes. La « pluie des mangues » dirions-nous au Sénégal. C’est rare ici. Aussi, temps clair : on voit à l’horizon, à l’est, les montagnes de Goundam.

[Photo] 40.6. Plats européens à décor japonais
Grâce à M. Nekli, je puis voir deux autres plats européens du XIXe : prêtés par des familles d’ici, qui les conservent précieusement (comme le Cadi Mahmoud) comme souvenirs de famille. Il s’agit de plats-cuvettes à décor bleu japonais comme j’en ai déjà vu en France. Sans doute de fabrication anglaise.
Le + gd des deux a été prêté par le frère de Mohamed Mahmoud. Dessous, une marque : [Dessin de la marque]
Je suis au fond déçu de côté poterie, car ce que j’avais demandé, ce sont les poteries marocaines anciennes (comme j’en avais trouvé avec Duchemin à Oualata). Le Cadi m’a affirmé qu’il en existait. Mais les seules que j’ai vues (modernes) étaient sur les tours des mosquées, comme décoration.

[Photo] B.52-226. Fenêtre de bois de Tombouctou.

[Page 62]

Il faudrait sans doute pouvoir rester plus longtemps…
Par Nekli également, je me procure pour l’IFAN deux splendides fenêtres de bois ajourées typiques de la ville, comme il en subsiste encore heureusement bon nombre (pourvu que les volets et persiennes ne les remplacent pas !
[Photo] B.52.227. Fenêtre de bois.
Ces volets vont à la Section Ethno à Dakar, de même que d’autres dons du Cadi Mahmoud :
1 four de poterie peint (pour femmes nobles, qui doivent cuir chez elles et non dans les rues)
1 théière de cuivre
1     »   de poterie neuve (conf. celle de Paris)
des brûle parfums etc… Il nous vend (6000f) un magnifique pectoral en Ag (de famille)
Mais la grosse affaire de la journée sera la visite détaillée, en compagnie de M. Nekli. L’imam est Mahmoud El Mokhtar Es Siougti, d’origine peul.
Je puis compléter ainsi à l’intérieur le plan et prendre dessins et photos et monter sur la terrasse.
J’ai repris les dessins levés à l’intérieur, vers le mirhab, dans mon article : ce sont de pauvres dessins gravés au couteau dans la terre jaunâtre du crépi du mur. Je remarque que ce (…)
[Photo] 33.3. Djinguereber (côté Sud)

[Page 63]

(…) même crépi se retrouve à Sankoré… comme à Koumbi Saleh dans les maisons que nous avons fouillées.
[Photo] C.51-1061 Mosquée de Djinguereber (Côté Est)
[Photo] 33.4. Côté Est de Djinguereber
Dans la mosquée, une [ ?] en bois sans aucun décor. Lampes brûle-parfums. La pierre blanche des voûtes vient de la carrière de El Horgossou à 18km N de Tombouctou – El Hor = pierre blanche. Ce sont des couches lacustres consolidées.
[Photo] 39.2. Intérieur de la mosquée (partie occ., plus basse – Noter la voûte en pierre de Tombouctou

[Page 64]

TOMBOUCTOU – DJINGUEREBER

[Photo] 39.1. Mur Est de la cour intérieure. Le mirhab entre deux portes
[Photo] 40.8. Sur la terrasse. A g., Mauny
[Photo] 40.4. Les jardins de Tombouctou. Au fond, Dinguereber
[Photo] 40.7. Sur la terrasse. A g. M. Nekli
[Photo] 37.3. Angle Nord-Est de la mosquée. Le mur exposé aux tornades (Est) est en pierre de Tombouctou.

[Page 65]

Avons rendez-vous chez Bollo Maïga, la fabricante de poupées de cire. M. Paris a cédé en effet à l’IFAN toutes les poupées qu’elle lui avait préparé. J’en profite pour prendre une photo d’elle et de sa fillette, qui lui succédera, je l’espère. Elles mettent leurs plus beaux atours pour cela…
[Photo] 41.1. Bollo Maïga et sa fille
[Photo] 41.2. Bollo Maïga et sa fille

L’essentiel, sur les bijoux, [ ?], a été dit par Lhote et Paris dans leurs articles des Notes africaines. Je demande cependant les noms des bijoux que Paris nous cède : cela fera une vérification.
[Croquis de bijou]
Handoum da Somé. Porté (lune) (étoile) par toutes les races d’ici. La lune et les étoiles. Se met dans le dos, accroché au collier.
[Croquis de bijoux]
Je prends en note également les noms des étoffes ; cuirs, etc… donnés par M. Paris à l’IFAN, et aussi tous les détails sur les poupées de cire (Touareg Daga, Femme Daga, Femme arabe, Femme bambara, Sonraï Karabaro.

[Page 66]

[Photo] Poupée de cire de Tombouctou : femme Daga (œuvre de Bollo Maïga, vendue à Paris, qui nous la cède 850f pièce).

[Page 67]

Déjeuner chez le Cap. Coti avec les Lc Varlet et Dumont et M. Charpentier, Conseiller Général de Kidal.
Orage.
Parlons le soir avec Nekli de la fondation éventuelle d’une Société des Amis du Vieux Tombouctou, dont le but serait la sauvegarde du site.
Diné chez M Tissier, Adjt au Cdt de Cercle avec M. Vezy Cdt de cercle, revenu de Bamako, Auger et Bonnefoy.

Page 61

Page 62

Page 63

Page 64

Page 65

Page 66

Page 67

Samedi 19 janvier 1952

[Page 58]

S. 19.1.1952

[Carte collée sur la page 58] Itinéraire par bateau Mopti-Kabara-Gao. Itinéraire par avion Gao-Bamako

[Photo] 40.1. Puit à balancier et jardin potager
[Photo] 40.2. Laveuses au bord du marigot
[Photo] 40.3. Le marigot au second plan. Tombouctou au fond.
[Photo] 40.5. Marabout à l’Ouest de Tombouctou (près des décombres)

J’ai levé hier le plan extérieur de Djinguereber, au pas (11 pas = 10m).
Difficile à faire, car les murs ne sont pas à l’équerre.

Place R. Caillié (ex Joffre) plaque de bronze : « Pour la patrie, les sciences et la gloire. Ici habita de février à juin 1894
JOFFRE
Chef de Bataillon, puis Lt Col. Du Génie Commandant la Colonne N°2 sur Tombouctou. Qui, 20 ans plus tard Devait être le vainqueur de la Marne et Maréchal de France.
1933

[Page 59]

Je note en passant que les cimetières sont mal entretenus et, pour une ville qui devrait être à la pointe du progrès musulman, je déplore que toutes les tombes soient anonymes.
[Croquis de tombe]
Petit tertre bas de banco et 2 pâtés de terre. Et en avant pour l’éternité. Cela ne doit pas résister à 3 saisons des pluies. Je n’ai relevé avec M. Nekli que 3 ou 4 stèles de pierre et deux ou 3 poteries épigraphiées. C’est peu. Tous les cimetières sont de même… M. Nekli va tâcher de faire comprendre qu’il faut faire quelque chose dans ce domaine, aux imams etc… (Nettoyer les cimetières, ne pas poser de détritus à côté, faire des stèles épigraphiées, etc…). Le mieux « entretenus », car entouré d’une haie d’épineux est celui du N.W. : celui de Sidi Zeiane Khalil (Ph 41.4 à 6).
[Photo] 41.4. Un des cimetières les mieux « entretenus » : celui du N.W.
[Photo] 41.5. Tombe typique de Tombouctou (en banco). Cimetière N.W.
[Photo] 41.6. Cimetière du N.W.

Le Cadi Mahmoud donne pour l’IFAN un(e) splendide plat cuvette émaillé européen (XIXe) brisé mais recollé, conservé pieusement dans sa famille. (So.52.13). Polychrome. Pas de marque de fabrique.

[Page 60]

Plat de faïence européen (XIXe) donné par le Cadi Mahmoud Ould Cheikh (d’Araouam). Sous le bord, l’inscription en arabe signifie : « Ceci est la propriété de Nahrmen bent Baba »
[Photo] Le plat vue d’en haut (les agrafes sont visibles en haut à g.
[Photo] Vue oblique montrant l’inscription. A côté, fragment de poterie engobée donnée par M. Paris.

Carte collée p. 58 : itinéraire

Page 58

Page 59

Page 60