Samedi 26 janvier 1952

[Page 77]

S. 26.1.1952

[Photo] 43.6. Mosquée de Gao-Dioula sur laquelle sont fixées 2 des stèles de Gao. La tour est de Duboin (déjà nommé pour S° Yahya)
[Photo] 43.7. Gao ancien (km 2,2 de la route de Bourem)
[Photo] 43.8. Gao ancien (km 3) gisement au dénéreau. Au fond, la dune rose de l’autre côté du Niger.

Je me rends à pied aux gisements de Gao-ancien où j’ai fait des fouilles en 1950.

Au km 2,2 de la route de Bourem, sur le côté Est de la route, les poteries commencent à affleurer. J’en fais une assez bonne récolte (so-52-45) avec quelques bonnes pièces : 2 fusaïoles, 1 petite poterie, 1 perle, etc.

[Croquis de poteries]

2 renforts de « canouns » latéraux et plusieurs fragments de gds poteries, engobées, peintes ou non.

Ramasse quelques fragments à l’emplacement de mes fouilles de 1950.

[Page 78]

Mais ce devait être surtout au Km 3, du côté N. Ouest de la route, là où en 1950 j’avais ramassé bon nombre d’agates (so 50.13-10), que je devais faire une belle trouvaille : celle d’un fragment de dénéral en verre de 26 mm de diamètre et 5,5 d’épaisseur. J’ai bien peur que l’inscription n’en soit pas déchiffrable. Quelques fragments de perles de verre bleu, vert et jaune, fragments d’agate et, éléments des plus intéressants, plusieurs 3 petites poteries creuses à fente de cuivre, avec scories adhérentes.

[Croquis de dénéral]

– Km 2,2 –

[Croquis de poteries]

So-52-45.

1. Col de poterie peinte
2. Petite poterie engobée
3. Col de gde poterie engobée
4. Canoun

[Croquis de poteries]

Km 3 de la route de Bourem (So-52-46)

1. Poterie hémisphérique sans décor, sans engobe
2. Petit creuset à cuivre
3. Col de poterie non engobée
4. Dénéreau de verre

[Page 79]

La mosquée fouillée en 1950. Fouilles toujours visibles mais l’hivernage a fait crouler le mur de banco du N. E. Les briques sont déplacées, je les remets en place (trvé un fofoni dessous).

Soir. Vu Cap. aviation Lidon, de passage, retour Tessalit. Diné chez Raynaud, Cdt. de cercle.

Page 77

Page 78

Page 79

Jeudi 17 janvier 1952

[Page 49]

J. 17.1.1952

[Photo] 35.7. Vue de la ville. Au fond, Djinguereber
[Photo] 36.3. Le port de Tombouctou. La crue très forte de cette année le rend très animé. L’eau ne vient pas ici tous les ans
[Photo] 36.5. Le port de Tombouctou. Les barques chargées de poteries et de bourgou
[Photo] 36.2. Porte typique. Les « ferrures » sont en plaques de tôle de bidon
[Photo] 36.4. Le port de Tombouctou

[Page 50]

[Photo] 36.6. Poteries peintes
[Photo] 36.7. Un âne chargé de bourgou
[Photo] 36.8. Corvée d’eau et, à droite, les marchands d’eau remplissant leur outre.
[Photo] 37.1. Les petites porteuses d’eau
[Photo] 37.2. La mare où l’on s’approvisionne en eau

[Page 51]

[Photo] 37.6. Touareg au marché
[Photo] 37.7. Le marché en style ogival
[Photo] 37.8. Touareg au marché
[Photo] 38.2. Maison de Sare Moï (vers 1942-49)
[Photo] 38.4. Maison typique. Noter la fenêtre ajourée en bois. C’est celle de Mahamane Baba. Son grand-père y vivait déjà.

[Page 52]

[Photo] 38.3. Maison de Sare Moï
[Photo] 38.5. Maison typique

Je prends aujourd’hui des photos de maisons typiques afin de rechercher le fameux « style de Tombouctou ». Celui-ci, au fond, existe : l’unité architecturale est très nette. Les façades sont toujours des séries de piliers en relief, ne correspondant souvent pas du rez de chaussée au premier étage. Car à la hauteur des planches du 1er étage, les façades montrent une ligne horizontale en saillie correspondant à ce plancher. Les fenêtres sont petites et doivent être garnies d’une pièce de bois ajourée. Les balustrades ajourées sont d’introduction européenne. Porte au rez de chaussée à gros clous.
L’inscription sur la maison de Laing est :

TO
MAJOR ALEXANDER LAING
2nd WEST INDIA REGIMENT
FIRST EUROPEAN TO REACH TIMBUKTU 1825
FELE HERE IN 1826
ERECTED IN HIS HONOUR AND MEMORY
BY THE AFRICAN SOCIETY; LONDON 1930

C’est une plaque de bronze qui surmonte la porte.

Vu Nekli, Directeur de la Merdersa, homme très très bien. Nous devons avoir des échanges de vues fructueux. Il me sera des plus précieux pendant mon séjour ici.

[Page 53]

Sur la maison de Caillié, il y a 2 plaques :
1 en bronze : au dessus de la porte.

SOUVENIR COLONIAL FRANÇAIS
A RENÉ CAILLIÉ
1799-1838
IL HABITA CETTE MAISON
EN AVRIL MAI 1828 LORS DE SON
VOYAGE DE GUINÉE AU MAROC
9 AVRIL 1827 – 7 SEPTEMBRE 1828

L’autre en marbre à gauche de la porte.

CEUX D’AUNIS ET DE SAINTONGE QUI
GARDENT LES CENDRES ET LA MÉMOIRE
DE RENÉ CAILLIÉ ONT CONFIÉ EN 1938
CETTE PIERRE COMMÉMORATIVE DE SON
CENTENAIRE A LOUIS AUDOIN-DUBREUIL
EXPLORATEUR SAINTONGEAIS POUR LA
PORTER A TRAVERS LE SAHARA A
TOMBOUCTOU DANS LA MAISON
QU’HABITA LEUR GRAND COMPATRIOTE.

J’étudie aussi la question de la mosquée Sidi Yahya (XVe), qui a été défigurée en 1939 et en lève le plan. La tour primitive a été englobée dans la nouvelle tour carrée. La porte d’entrée a été surmontée de motifs triangulaires qu’on croirait plus adaptés à une chapelle.
Portes ogivales, comme de bien entendu. Et, pour que nul n’en ignore, plaque de bronze sur la porte ouest (bouchée) :
ici texte en arabe

MOSQUÉE
DE
SIDI YAYA
RECONSTRUITE
EN DÉCEMBRE
1939 PAR
L’OUVRIER MAÇON
HAMAT TOUMBOURA

[Photo mosquée Sidi Yahya] 38.7. Côté Est
[Photo mosquée Sidi Yahya] 38.8. Côté Ouest sur la rue

[Page 54]

VANDALISME A TOMBOUCTOU : LA DEFIGURATION DE LA MOSQUÉE DE SIDI YAHYA EN 1939 PAR LE COLONEL DUBOIN OU COMME QUOI LE ZÈLE INTEMPESTIF EST SOUVENT BLÂMABLE

[Photo] C.52.988 Sidi Yahya en 1938 (Photo Paris)
[Note, plus tardive, de R. Mauny] Voir Sidi Yaya début du XXe photo Fig. 130 « Cour de la mosquée de Sidi Yaya à T. » Desplagnes, Le plateau central nigérien, 1907, p. 213 bis.
[Photo] C.52.989 Imam : Baba Alfa Omar (Ouangara). Sidi Yahya revu et corrigée par le Cl Duboin

C’est cet acte de vandalisme qui m’a amené à faire demander le classement de Tombouctou comme site (Djenné aussi, d’ailleurs)

Page 49

Page 50

Page 51

Page 52

Page 53

Page 54