Vendredi 25 janvier 1952

[Page 72]

V. 25.1.1952

Prépare bagages que j’expédie sur Mopti et Bamako par le Bonnier, qui remonte ce soir :

1) Canon de fonte de Taoudeni
2) Lit Picot en sac vert + une couverture brune marocaine
3) Caisse poterie Tombouctou
4) Caisse poteries, mortier de Guir.

Remets le tout avec réquisition aux Messageries.

[Page 73]

Fais partir les fenêtres de bois de Tombouctou à l’Aviation.

Demande à Raynaud la pinasse pour aller dimanche matin à la dune rose. M’invite pour samedi soir.

L’après-midi, Bouesnard vient me chercher. Nous allons voir son gisement des hydrocarbures (5km au Sud de Gao) qui est si riche et a fourni déjà de si belles pièces (so-51-142) : à part de belles haches de silex poli, fragments de bracelets, pointes de flèches, il a donné des labrets de quartz, qui sont à ma connaissance les plus septentrionaux connus en AOF, des perles, etc…

[Photo] 44.1. Le gisement des Gao-hydrocarbures au bord du Niger. Les trouvailles sont nombreuses près des ravineaux.

Ce gisement se trouve au bord du Niger même sur une bande de 100m environ de large sur 300 de long, et occupe le site même du dépôt d’hydrocarbures. Le sol (terrasse) est argilo-sablonneux, recouvert en surface par une multitude de galets, débris de poterie, etc… parmi lesquels on retrouve le matériel.

[Plan du gisement Gao-hydrocarbure]

Le grand dommage de ce site, trouvé par Bouesnard, qui habite juste dessus (la villa la + au Nord du groupe) est qu’il n’est pas « pur ». Il y a un mélange de néolithique certain (pointes de flèches, hâches, etc…) et de protohistorique à subactuel (poteries engobées). Nous ne pouvons donc savoir si certaines pièces qu’il serait intéressant de dater (poteries, petit bovidé, bracelets, perles, labrets, etc…) sont néolithiques ou pas. Dommage… Il faudra chercher ailleurs le « bon » gisement pur…

[Page 74]

Il y a également d’énormes jarres affleurantes. S’agirait-il de sépultures en jarre, d’un cimetière protohistorique sur un site néolithique ? La chose est possible. Il faudrait faire là des fouilles.

Voici les pièces les plus intéressantes récoltées cette fois par Lt Bouesnard et moi (so-52-44) : fragments de haches, de flèches à pédoncule, 1 pièce en y, molette, perles, pendeloque, amazonite travaillée, labrets, os travaillé, et surtout des fragments de poterie. L’une des pièces les plus intéressantes est un petit « bovidé » de poterie, sans doute jeu d’enfant, trouvé par Bouesnard (j’ai trouvé fragment d’un second).

[Croquis des haches et flèches]

[Page 75]

[Croquis des perles, pendeloques, amazonite, fossile, labrets, bovidé]

1. Perle du type le plus commun, en pierre
2. Perle de pierre rouge foncé, genre cornaline
3, 4, 5. Pendeloques de pierre
6. Amazonite taillée (labret ?)
7. Schiste taillé
8. Poinçon ? en os
9. Fossile dont la perforation a été commencée des deux côtés
10. Labret de quartz (so-51-142)
11. Fragment de labret de quartz
12.         – id°-
13. Fragment de poinçon en os
14. Petit bovidé ? en poterie (jouet d’enfant ?). On ne peut voir si à l’arrière il y avait 1 ou 2 pattes
15. Fragment d’animal (bovidé ?) du même genre

[Page 76]

[Croquis de poteries]

Voici quelques unes des 20 poteries dont j’ai reconstitué les formes.

1) Col engobé rouge ; 2) haut de bouteille couleur grise, sans engobe. Fond plat ? ; 3) Col de gargoulette ; 4) Col de poterie sphéroïde ; 5) Col court ; 6) Poterie hémisphérique ; 7, 8, 9. Poteries avec col évasé ; 10) Poterie hémisphérique ; 11) poterie cylindro-sphérique ; 12) poterie ovoïde ; 13) poteries hémisphériques ou ovoïdes diverses.

Impossible de savoir à quelle époque rattacher ces poteries : les engobées, celles à col sont surement protohistoriques. Les autres peuvent être de même époque ou plus anciennes, surtout les hémisphériques.

il faudra d’abord connaitre des gisements purs avant de « ventiler » ces poteries dans les « tiroirs » convenables.

Déj. diné. Atlantide.

Page 72

Page 73

Page 74

Page 75

Page 76

Jeudi 24 janvier 1952

[Page 71]

J. 24.1.1952

3h30 Escale à Bourem. J’aurais tant voulu passer (de jour) le défilé de Taoussa (Tosaye). Or il fait nuit noire…

[Photo] 43.4. La colline de Tondibi

A 7h30, passage devant Tondibi, plateau que je croyais gréseux mais qui en réalité n’est fait que d’alluvions consolidées. Je vois du bateau des grottes et entrevoyais des possibilités de rupestres. hélas ! Il n’en était rien, comme je pus m’en rendre compte en février, au retour.

[Page 72]

Assez souvent, sur la rive gourma, on voit des tables de latérite marquant un ancien niveau de la plaine, recouvertes de dunes de sable, à +6m env.

[Croquis table et dunes]
[Photo] 43.5. Passage devant la dune rose

Cela marque une baisse solide du niveau de base du Niger, puisque nous sommes aux plus hautes eaux.
Nous arrivons à Gao à 12h45. Je descends, comme en 1950, à l’hôtel de l’Atlantide (Chambre 200f, repas, 250f). (460km de Tombouctou ; 3860 depuis Dakar).

Vais au cercle pour la question transport vers les Iforas. Vu Raynaud, Cdt de Cercle et mon ami Bizet, qui est venu atterrir ici…

Un avion militaire monte sur Kidal. Je peux le prendre. Mais ne vaut-il pas mieux voir mon ami le Capitaine Gérin-Jean, qui a été si gentil en 1950 ? Je vais le voir et fait connaissance du Lt Bouesnard, avec lequel je suis déjà en relations épistolaires.

Gérin Jean me comble : il met à ma disposition une voiture 6 roues, pilotée par le Cap. Schmitt avec Bouesnard et 4 tirailleurs, pour aller à Kidal – Tessalit – Je dois seulement fournir l’essence.

Le départ est fixé au 29, date à la quelle une autre voiture va sur Kidal et Menaka.

Diné chez Gérin-Jean. Orage et pluie, comme à Tombouctou.

Page 71

Page 72

Mardi 22 janvier 1952

[Page 68]

M. 22.1.1952       TOMBOUCTOU

Adieux Auger, qui a été un hôte et un camarade parfait pendant mon séjour, Bonnefoy, son copopotier, Defond, Nekli, Mahmoud, Vezy, Tissier etc… Embarque sur le Bonnier à Kabara, bien moins « luxueux » que le Galliéni, qui repart aujourd’hui pour Mopti.
Bagages : 2 cantines, Picot, 2 caisses, 1 colis fenêtres, canon Taoudeni, etc…
Je garde un très bon souvenir de ces 8 jours à Tombouctou où tout le monde a été si aimable pour moi et où il y avait tant à voir et à faire…

[Photo] 41.8. Le marché neuf de Badjingué (création Julien Veyroz)
[Photo] 42.1. Départ du Galliéni pour Mopti
[Photo] 42.2. Sur le port de Kabara, où étaient à la fois le Galliéni et le Bonnier.

Voyage avec M. Charpentier, ancien Capitaine de méharistes, depuis 20 ans dans le secteur qu’il connaît bien. Conseiller général de Gao.
Il a connu un peu tout le monde : Lhote qu’il considère comme un fumiste (histoire de la « mort de soif sur la piste Tamanrasset-Abalessa » ; le « lézard  pressé »). C’est un point de vue. Je ne connais pas Lhote mais estime que Ch. est trop sévère à son égard. Quel Saharien n’a jamais un peu cravaté pour épater son auditoire ? Monod doit être une des rares exceptions.

[Page 69]

[Photo] 42.3. Poteries au port de Kabara (grosse exportation sur Gao)
[Photo] 42.4. Débouché du canal de Kabara sur le Niger à Korioumé (les maisons isolées).

Benard Le Pontois, des « cargos du désert », renvoyé de la Marine pour malversations, radié de la Marine de réserve. Se suicide pour une 3e histoire de malversation ou tripotage. Fumiste. 0 au point de vue scientifique (est-ce la raison du silence du Bulletin du Comité de l’Afrique française à son égard ?)

Colonel Burthe d’Annelet. Semble plus sympathique. Rafle des photos dans les postes. Histoire de la chasse aux lions fictive. 0 point de vue scientifique.

Stèles de Gao. Les premières furent trouvées par Mme Chambon alors que son mari étaient à la chasse. Dégagea une première stèle de marbre. Fouille ensuite. Kalilou Tondia connaît l’histoire de la vente de bijoux d’or trouvés près de Gao (Sané sans doute) par un certain Capitaine Ressaud avant 1914, et vendus par les Domaines.
De retour à Dakar, où par un heureux hasard Kalilou malgré ses longs services, sert toujours (aux Affaires politiques), je parle de cette affaire, comme il doit aller prochainement à Gao, il en parlera sur place et essayera de savoir ce que sont devenus ces bijoux. Fondus, sans aucun doute…
Passage à Korioumé, au débouché sur le grand bras du Niger, à 16h10.
Rives plates avec petits villages de temps à autre.

Page 68

Page 69