Samedi 15 décembre 1951

[Page 48]

S. 15.XII.1951

17° à 7h.

Szumowski prend aujourd’hui l’équipe de fouilles pour lui pour la fouille dans la nécropole Nord-Ouest (fouilles S1 et S2). Je me propose de mon côté de prospecter cette même nécropole, qui est au fond mal connue, entre la mare Ouest de Koumbi et le tombeau à colonnes.

Je note d’abord que, plus on est près de Koumbi, plus les tombes sont simples. Les cimetières collectifs y semblant très rares, bien que des murs se voient, surtout du côté du baobab. Mais en général une multitude de tombes individuelles faites de longues plaques de schiste, dont la bordure dépasse du sol.

[Photo] 6.2 Tombes musulmanes N.S. au Nord de la mare, près des fouilles s2. Simples plaques de schiste.

Pas une épitaphe ! Ce n’est qu’après que commencent les grands cimetières collectifs, dont l’ensemble du tombeau à colonnes est le plus vaste.

D’après la loi habituelle des cimetières (V. Cintas), les cimetières les plus proches du centre sont les plus anciens. Ce serait donc en pleine postérité que Koumbi (…)

[Page 49]

(…) aurait été fauchée, puisque ce sont les cimetières les plus éloignés qui sont les plus beaux. Je vais reprendre ici où je l’ai laissée le relevé des anciennes fouilles Bonnel de Mézières.

B de M 16. C’est le fameux tombeau à colonnes, dont je reparlerai plus loin avec les fouilles que j’y ai pratiquées.

[Photo] 6.4. Tombeau à colonnes vu de l’Ouest. Noter l’état de délabrement du sommet des murs. Au fond, grande plaine plate où pourrait s’établir un aérodrome. Le tronc est celui d’un calotropis sec. Je l’ai laissé pour servir de repères aux visées.

[Photo] 6.5. Tombes musulmanes au Sud du tombeau à colonnes. Noter qu’elles sont N.S ou E.W (la flèche → N). La planchette est près du T. à colonnes.

Les tombes ne sont nombreuses que près du tombeau central. Je m’en propose d’en ouvrir une.

Le mur extérieur est complètement rasé, nivelé, plus que les autres qui le sont pourtant pas mal. Mais leur trace est très lisible sur le sol à cause de la végétation qui est différente sur eux et à côté (voir photo 6.6 page 50)

[Page 50]

[Photo] 6.6 Le mur extérieur des enceintes successives du T. à C. visible par la différence de pousse des herbes. (Mur Sud-Est, à l’angle Est vu vers le S.W. Le bâtiment qui en marquait le milieu est très visible, en + foncé). La serviette au 1er plan est exactement à l’angle Est du mur.

B de M. 17. C’est une fouille assez compliquée, à l’angle Est du mur extérieur du système du tombeau à colonnes : sur la photo aérienne on dirait un réseau de tranchées ! Cela fait partie d’un ensemble, une enceinte funéraire carrée, ayant à son milieu une petite mosquée (B de M 18). Sa fouille 17 occupe l’angle ouest de cette enceinte. Les murs ne sont aucunement à l’alignement et on voit mal à quoi pouvait servir ces constructions parasites d’une enceinte funéraire. Construction défensive (…)

[Plan B de M 17 et B de M 18]

[Photo] 6.7.  Soit le mihrab de la mosquée de 18 B de M, soit la Construction ronde de 17 B de M, photo publiée alors par lui, p. 253 (cf. cahier 1949, photo 380, p 28)

[Page 51]

(…) élevée au moment de la chute de la ville ? Nous devons nous trouver là en effet, entre cette construction et l’enceinte extérieure du tombeau à colonnes, à l’endroit où la piste du Nord-Ouest pénétrait dans la nécropole. C’est peut-être cette piste, légèrement déplacée au Sud, qui est marquée si bien par un trait rectiligne sur la photo aérienne.

B de M 18. Très intéressante construction. C’est, dit B de M., un « tombeau entouré d’un mur… entre ce tombeau et le mur, un mirhab ; autour du tombeau, des tombes ordinaires. Dans le tombeau, petits sarcophages … ».

[Photo collée recto] 10.3. L’enchevêtrement de la fouille B de M 17 (le feu renforce en noir les fossés).

[Photo collée verso] 6.3 Tombeau à colonnes (angle sud)

Cette tombe collective est unique à Koumbi, en l’état actuel de nos connaissances, à cause de la présence de ce mirhab qui est d’ailleurs orienté trop au Sud (même qibla que l’Afrique du Nord ?). Les tombes Nord et Sud sont très visibles à l’Est – seulement – du mirhab, comme si l’enceinte funéraire, prévue pour une collectivité, n’avait eu le temps que d’ensevelir peu de morts.

C’est la même impression au tombeau à colonnes. On commençait évidemment par mettre les morts à l’Est de la mosquée (Kalilou Tandia, que j’ai vu depuis, m’a même dit que ce sont les enfants que l’on place plus près du mirhab. Cf. Gao – ancien).

[Page 52]

B de M 19. A 40m S.E. du coin Sud de l’enceinte extérieure du B de M 18, traces de fouilles qui doivent être B de M 19 (tombeau identique au précédent, d’après lui…

B de M 20. A 100m au Nord de la même enceinte (angle Nord), autre construction fouillée par B de M. Il y voit une « maison de dimensions spacieuses ». Etant donné le voisinage, ce que j’ai vu en place et ce qui ressort de la photo aérienne, il semble plutôt qu’il s’agisse d’un ensemble funéraire (avec maison de gardien ?) : des tombes sont en effet visibles là aussi…

B de M 21. « Tombeau composé d’une chambre longue de 6m, large de 2m : ossements, bagues, bracelets de cu, pots en terre ». Il doit s’agir de la fouille située à 500m E.SE de B de M 18, de 4m N.S et 2m E.W. divisée en 2 compartiments dont celui du Nord arrondi.

[Petit plan du tombeau]

B de M 22. A 125m S.E du précédent et 1km W.NW de la balise M, visible de très loin à cause de la butte de fouille, il semble bien que l’on ait affaire à un des rares tumulus de Koumbi. « Canaris en grand nombre, bracelets de cu, bagues, coquillages, perles de verre et porcelaine » y furent trouvés par B de M. De nombreux fragments de grandes poteries s’y trouvent encore. Elles sont de facture plus grossière que le reste et doivent être plus anciennes. Ce sont de tels tumulus qu’il faudra rechercher dans la région, près des mares, quand on se mettra sérieusement à chercher l’autre Ghana, celle du roi.

[Page 53]

[Photo] 17.7. Fouille B de M 22. Noter les fragments de poterie au fond de la fouille.

L’après-midi, je lève le système compliqué des murs au S.W de Koumbi. Difficile à cause des arbres. Il faudra la photo aérienne pour y voir clair.

De toutes façons, il y a des solutions de continuité qui ne permettent pas de penser que la ville a été protégée par une enceinte.

[Photo] 7.2. Fouille 20 B de M

(hiatus entre les longs murs et la mare W. de Koumbi et même chose à l’Est, entre les longs murs et les premières contructions de Koumbi (quartier Sud-Est).

Page 48

Page 49

Page 50

Page 51

Photo collée page 51. Recto

Photo collée page 51. Verso

Page 52

Page 53

Vendredi 7 décembre 1951

[Page 22]

« V. 7.XII.1951

Szumowski continue ses fouilles à la maison de la Grande Place. Je m’occuperai aujourd’hui de la grande mosquée de l’avenue, dont je compte fouiller le mirhab. J’en dresse le plan.

[Plans]

[Photo] 4.1 Le côté Est de la mosquée avant la fouille. Le petit arbre marque le mirhab.

Le mihrab est plein Est ; la qibla est donc fausse (l’exacte serait de 80° Est). Ibn al-Chater (av. 1375) donne pour Ghana une qibla de 106°.

[Page 23]

[Photo] 4.2 Le côté Sud-Est avant les fouilles (le mihrab est à droite)

C’est l’unique mosquée trouvée jusqu’ici à Koumbi, où il devait en exister d’autres plus petites.

Elle a des caractéristiques intéressantes : on ne peut malheureusement pas en prendre les dimensions exactes, car une partie des murs seulement subsiste : celui de l’Ouest tout entier est invisible sous un grand monticule de pierrailles. (peut-être le minaret situé à l’opposé du mihrab comme à Kairouan) (I).

La trace des piliers intérieurs est invisible : il faudrait fouiller largement pour cela.

Grosso modo, la largeur (Nord-Sud) est la moitié de la longueur (23m et 46m). Quelques traces de murs intérieurs. Toute la partie occidentale devrait, comme la chose se passe pour d’autres mosquées (Tombouctou par ex.) être un lieu de prière à ciel ouvert, pour la saison chaude.

Les murs et les portes se devinent plutôt qu’ils se voient (cf. photos). Le tout est presque rasé au sol et ne forme que des protubérances de +0m,40 env. On ne sait où était le minaret : certainement ni à l’Est, ni au Sud. Il faudrait fouiller aussi si on voulait le retrouver.

(I) Saladin, Art Y. 1907 plan p.187 texte p.216

[Page 24]

L’après midi, j’installe une base topo sur le terrain, en jalonnant en ligne droite une piste entre le camp et la piste auto Nara-Timbedra : 200m de long, avec deux carrés blancs 1 x 1m, qui servira d’échelle pour la photo aérienne.

Nettoyage de l’emplacement de la mosquée : je fais couper les arbres qui l’encombrent … sauf 1 trop gros. Szumowski est déjà à -2m50 de profondeur, sur une couche archéologique : poterie engobée à col filtre et anse double.

A 12h, 33° à l’ombre (45 sous la tente !) »

Page 22

Page 23

Page 24