Dimanche 30 décembre 1951

[Page 87]

D. 30.XII.1951

26° à 7h30

Recensement des plaques épigraphiées Th. 1950 ramenées à Bamako. Soit :

1) Formules coraniques 4, 6, 28, 29, 30, 31, 33, 34, 39, 40, 41, 42, 19, 8, 11, 7, 9, 10, 1, 2, 12, 51, 27, 26, 35, 36, 43

2) Rosaces et swastikas : A11, 13, 9, 7, 6, 2, 5, 4.

3) Volutes B1, 2, 3, 4, 7, 6, 8.

Prends pour Dakar : 1) 9-10, 8.11, 4-5, 36, 39-40-41-42.

2) A 6.2 8.5

3) B 1-2-3-4

Note arrive de Dakar : on envoie le command-car !

Et moi qui espère pouvoir faire ma tournée avec les Commandants de Cercle arrivés à Bamako pour le Conseil du 1er janvier : cela simplifierait tout et éviterait à l’IFAN une bien grosse dépense. Surtout que le command-car m’a dit Villiers au départ de Dakar, est tout juste bon pour les services dans la presqu’île ! (1)

Je travaille au plan de Koumbi Saleh, d’après le travail des aviateurs : la nécropole Nord-Ouest ressort magnifiquement, ainsi que les constructions du Sud de la ville.

29° à 22h

___________

(1) Effectivement, on doit remplacer le moteur début 1952. Et c’est avec un moteur non rodé que Pelissier part en tournée en Casamance début avril 1952.

Page 87

Mercredi 5 décembre 1951

[Page 16]

« ME. 5.XII.1951

Nous avons un nombre insuffisant de manœuvres pour fouiller chacun de notre côté : nous décidons de les prendre à tour de rôle. Szumowski commence aujourd’hui les fouilles à l’un des points les plus élevés du site, surplombant au Nord la Grande Place : Bonnel de Mézières y avait déjà effectué un sondage (n°13). Sz. compte tomber sur une des maisons les plus riches, à cause de son emplacement, à l’angle de la rue montant à la balise M. Il est fort bien choisi à mon sens. Ç’a certainement été une maison à étage et sa situation sur un pente sérieuse (45°) facilitera beaucoup les déblais.

[Photo] 3.1 Début des fouilles Sz. au Nord de la Grande Place. Vue le matin, regardant vers le Sud. Au second plan, la grande place est marquée par des points noirs qui sont des pieds de touffe d’herbe brûlée.

[Page 17]

[Photo] 2.8 Début des fouilles Sz. au Nord de la Grande Place. Les moignons d’arbre sont ceux qui ont été rasés par Thomassey sur tout le sommet de la butte pour faciliter les levers topographiques.

[Croquis] Fouille 1 Sz.

Il y trouvera d’ailleurs beaucoup de poteries en place dont beaucoup à engobe rouge.
Tout le matériel qu’il trouve restera à l’IFAN de Bamako et le mien ira à Dakar.
Je me rends avec le camion aux fouilles

[Page 18]

Lazartigues N°1 (1 ∟ du plan) qui s’abîment de plus en plus. Elles sont à quelque 2km,5 de Koumbi, à l’Ouest.

[Croquis] Plan – Fouilles Lazartigues 1939 (comparer avec l’article Th. M, 1950, p. 446.)

[Photo] 3.3 Fouilles Lazartigues N°1 de 1939. Etat actuel

La vue s’étend assez loin de ce lieu : on voit vers la ville de Koumbi et aussi vers le Nord.

On reconnaît à peine le plan donné par Lazartigues et publié par nous (1950, p 446). Mais ce plan était-il bien exact ? La vérification de son 2e plan me laisse songeur…

A la hauteur de ces fouilles, mais au Nord de la piste, je vais voir le cercle de pierres (que je ne connaissais pas et que je suppose le cercle D du plan de Thomassey 1950). Ce sont de petits blocs de grès. C’est un monument tout à fait unique à Koumbi

[Page 19]

et peut-être le seul préislamique que nous connaissons dans le secteur. Je n’ai aucune idée de ce qu’il peut être. Aucune protubérance centrale pouvant faire croire qu’il s’agit d’une tombe.

[Croquis]

Les pierres n’existent plus que sur une partie du cercle. Ce monument sera à étudier de plus près : je n’avais pas les instruments nécessaires pour cela.

Visite au tombeau à colonnes également, qui lui aussi se dégrade fort hélas …

[Photo] 3.4 Le cercle de pierres

[Photo] 3.5 Le cercle de pierres

[Photo] 3.2 Le tombeau à colonnes

Je fais abattre les deux arbres (Balsamodendron africanum) qui poussaient à l’Est du tombeau et le dégradaient. Je ne laisse qu’un moignon de Calotropis Procera qui sert de repère.

A midi il fait 38° à l’ombre et 48° sous la tente ! Nous nous installons évidemment dehors !

L’après-midi, je vais au village de Yengui chercher du matériel dont nous avons besoin (pilon, mortier, calebasses pour le lait – 13km en passant par Znib. 7km W. de Znib. Nous y retrouvons l’ami Abdallah et nous procurons le matériel. Belle partie de tapecul entre Yengui et Znib.

[Photo] 3.8 Village de Yengui. Le chauffeur Kassim au premier plan.

Je prends en photo les fameuses mares dont j’ai bu de l’eau à l’arrivée… Un troupeau de bœufs patauge au beau milieu. La couleur en est toujours aussi peu avenante et la faune du dulcaquicole ferait certainement le bonheur de M. Monod…

[Photo] 3.6 Mare de Znib

[Photo] 3.7 Mare de Znib

+ 32° à 19h… »

Page 16

Page 17

Page 18

Page 19

Page 20

Page 21

Mardi 27 novembre 1951

[Page 3]

« M. 27.XI.1951

Paperasses. Commissions.
Visite à la Base Aérienne (Cdt. Leroy) où je vais voir la possibilité de faire prendre la photo aérienne de Koumbi Saleh.
On m’amène au Cap. Charles et au Cap. Lorillot. Ils ont déjà fait des missions pour l’IFAN et nous promettent d’aller prendre Koumbi Saleh, sinon même de venir nous y rendre visite.
Je leur explique ce qu’il conviendrait de faire. Ils me demandent en contre partie une conférence à faire à la Base. D’accord. »

Page 3

Lundi 26 novembre 1951

[Page 2]

« Le 26 Novembre 1951 (Dakar – Bamako)

Départ de Dakar-Yoff par DC3 à 6h. Arrivée à Bamako à 10h (1100km). Note au passage que tous les pitons, qui sur le bord du dhar Tichitt-Oualata seraient l’emplacement de villages anciens, n’en portent pas trace. Installation à Koulouba chez mon collègue Szumowski, à l’étage du Centre IFAN du Soudan. Il y a aménagé un commencement de Musée archéologique dans la pièce centrale qui n’est pas mal du tout : arrivé au Soudan depuis le 30 Sept. 1951 seulement, il a déjà fait des récoltes et des fouilles, en particulier dans un abri sous roche (Kourin Koro Kalé ).
Cela démarre bien.
Après-midi, visite à la grotte à rupestres du point G., dont il va s’agir d’assurer la sauvegarde : elle est bien mal placée entre les carrières, mais le Gouverneur Louveau est déjà averti à son sujet, comme il me l’a dit au cours d’un entretien. »

Page 2