Mardi 22 janvier 1952

[Page 68]

M. 22.1.1952       TOMBOUCTOU

Adieux Auger, qui a été un hôte et un camarade parfait pendant mon séjour, Bonnefoy, son copopotier, Defond, Nekli, Mahmoud, Vezy, Tissier etc… Embarque sur le Bonnier à Kabara, bien moins « luxueux » que le Galliéni, qui repart aujourd’hui pour Mopti.
Bagages : 2 cantines, Picot, 2 caisses, 1 colis fenêtres, canon Taoudeni, etc…
Je garde un très bon souvenir de ces 8 jours à Tombouctou où tout le monde a été si aimable pour moi et où il y avait tant à voir et à faire…

[Photo] 41.8. Le marché neuf de Badjingué (création Julien Veyroz)
[Photo] 42.1. Départ du Galliéni pour Mopti
[Photo] 42.2. Sur le port de Kabara, où étaient à la fois le Galliéni et le Bonnier.

Voyage avec M. Charpentier, ancien Capitaine de méharistes, depuis 20 ans dans le secteur qu’il connaît bien. Conseiller général de Gao.
Il a connu un peu tout le monde : Lhote qu’il considère comme un fumiste (histoire de la « mort de soif sur la piste Tamanrasset-Abalessa » ; le « lézard  pressé »). C’est un point de vue. Je ne connais pas Lhote mais estime que Ch. est trop sévère à son égard. Quel Saharien n’a jamais un peu cravaté pour épater son auditoire ? Monod doit être une des rares exceptions.

[Page 69]

[Photo] 42.3. Poteries au port de Kabara (grosse exportation sur Gao)
[Photo] 42.4. Débouché du canal de Kabara sur le Niger à Korioumé (les maisons isolées).

Benard Le Pontois, des « cargos du désert », renvoyé de la Marine pour malversations, radié de la Marine de réserve. Se suicide pour une 3e histoire de malversation ou tripotage. Fumiste. 0 au point de vue scientifique (est-ce la raison du silence du Bulletin du Comité de l’Afrique française à son égard ?)

Colonel Burthe d’Annelet. Semble plus sympathique. Rafle des photos dans les postes. Histoire de la chasse aux lions fictive. 0 point de vue scientifique.

Stèles de Gao. Les premières furent trouvées par Mme Chambon alors que son mari étaient à la chasse. Dégagea une première stèle de marbre. Fouille ensuite. Kalilou Tondia connaît l’histoire de la vente de bijoux d’or trouvés près de Gao (Sané sans doute) par un certain Capitaine Ressaud avant 1914, et vendus par les Domaines.
De retour à Dakar, où par un heureux hasard Kalilou malgré ses longs services, sert toujours (aux Affaires politiques), je parle de cette affaire, comme il doit aller prochainement à Gao, il en parlera sur place et essayera de savoir ce que sont devenus ces bijoux. Fondus, sans aucun doute…
Passage à Korioumé, au débouché sur le grand bras du Niger, à 16h10.
Rives plates avec petits villages de temps à autre.

Page 68

Page 69