Mardi 8 janvier 1952

[Page 9]

M. 8.1.1952

Départ Koulouba avec M. Mme Szumowski, 6h, avec le même camion 2t,5 Renault, le même chauffeur Kassim et Kariba et 2 manœuvres. (Ségou à 233 Km)
Fana (Ségou à 109 Km). Tôle ondulée        7h5
Konobougou (Bamako à 159 Km)                9h10
Ségou (233 Km de Bamako)                           11h10
Campement de Ségou (100 f. p. personne).
Vu Christoforoff de l’Office du Niger. Ce n’est pas lui qui a fait les fouilles de Kolima, mais son frère Serge, qui est mort.
Nous fait voir les cartes où les togguéré (certainement plus cela que des tumulus) sont visibles.

[Photo] 22.1. Bords du Niger à Ségou

Je note en passant :
Tomoni (A. V. = ancien village) 2 Km 5  N.NE
Alatona (piste Sokolo-Alatona, feuille Diafarabé)
Kala (A. V.) 1 Km S. piste Sokolo-Nampala qq Km W mare Tori Kodiobel.
Il faudrait relever tous les togguéré portés sur leurs belles cartes.

[Page 10]

– Ségou –

[Photo] 22.2. Niger en face Ségou
[Photo] 22.3. Grands chalands à rouf
[Photo] 22.4. Grandes pirogues à rouf
[Photo] 22.6. Mosquée
[Photo] 22.7. Mosquée

[Page 11]

[Photo] 22. 5. Jardinets au bord du Niger
[Photo] 22. 8. Monument à Gallieni

Promenade dans les rues de Ségou et aux bords du fleuve. Monument à Gallieni :
Souvenir Colonial Français
Au Capitaine GALLIENI, aux Lts VALLIÈRE et PIETRI, Drs TAUTAIN et BAYOL. Mission de Ségou 1880-1881.
Traité de Nango plaçant le Ségou sous le protectorat de la France.

Page 9

Page 10

Page 11

Vendredi 4 janvier 1952

[Page 3]

V. 4.1.1952

J’écris à Baldi pour lui expliquer pourquoi je ne veux plus de la voiture, et a/s des finances.

Continue l’emballage du matériel de Koumbi pour Dakar.

Envoie lettre à M. Monod avec projet lettre à adresser par lui au Général de l’Air pour survoler la région de Koumbi et prendre des photos.

Je me fais conduire à Moribabougou, où se trouve le fameux monument trilithe décrit par Desplagnes, Furon etc…, à une douzaine de km à l’Est de Bamako, sur la route de Koulikoro. Il se trouve à 30m au Sud de la route, entre elle et le Niger, juste à la limite de la zone d’inondation.

Mais le monument est bilithe seulement aujourd’hui. Les deux pierres levées sont du grès. On l’appelle selon Kariba DEMBAGNMA « la mère très bonne »

[Plan de l’emplacement et croquis du monument trilithe de Moribabougou]

[Page 4]

Le monument de Moribabougou

[Photo] 20. 2. Vue prise vers le Sud. Au fond le Niger. Personnage : Kariba Coulibaly, chef d’équipe

[Photo] 20.3. Vue prise vers le Nord. On aperçoit la 2e pierre, plus petite, à droite de la grande

[Photo] 20.6. L’ensemble du monument et de son socle de pierraille

[Page 5]

[Photo] 20.5. Le Niger en face du monument de Moribabougou

[Photo] 20.4. Le monument, pris de l’Est

Les deux pierres levées ont respectivement 2m,70 et 1m,15 et sont plantées verticalement dans un socle de pierres (grès et latérite) de 8m environ de diamètre sur 1m d’élévation.
Il existe une exploitation de pierres pour charger les routes à proximité immédiate. Il y a donc danger de destruction et il va falloir s’occuper de la conservation du monument. Il sert encore à des fins rituelles puisqu’il y a des plumes de poulets collées dessus, tout récemment.

Suis allé porter à l’Aviation 4 colis à transporter à Dakar (par Bamako et Thiés). J’espère que le Cap. Lidon s’en chargera.
Vu le Cap. Charles à ce sujet et avons remis le tout au [ ?] de l’Aviation (1)
[ ?] promis au Lt. Cl. de la base de faire à mon retour  à Bamako une conférence aux élèves (2). Ils le méritent bien car ils sont très chics avec l’IFAN pour les photos aériennes.

___________

(1) Ces colis ne sont arrivés à Dakar qu’en mars !
(2) Faite le 18 février 1952.

Page 3

Page 4

Page 5

Lundi 31 décembre 1951

[Page 88]

L. 31.XII.1951

24° à 8h.

Achats et courses à Bamako.

Vu F. Nocilas à la réunion du Conseil au sujet du déplacement vers Tombouctou.

Après-midi à la Grotte du Point G. avec les manœuvres. Szumowski et Kariba enlèvent une plaque peinte placée sur le sol, donc vouée à la disparition.

Je délimite le terrain qui serait à classer entre les deux carrières (Louveau m’a dit qu’il avait déjà protégé cette grotte contre les carriers).

[Plan Colline du Point G]

C’est en effet la seule à peintures de toute la région (il y en a d’autres dans le pays dogon et vers Kita.

Il faudrait classer le site.

La chose doit être facile car c’est un titre foncier de l’Etat français : T 1457, comme on me le dit au cadastre.

[Photo] 19.4. L’abri sous roche à peinture du Point G.

[Page 89]

[Photo] 19.5 Peintures de l’abri sous roche. Personnages. A dr. un cavalier vertical.

[Photo] 19.6. Peintures de l’Abri sous roche. Personnages. Cavalier en chameau, en haut à dr.

[Photo] 19.7 Peintures de l’abri sous roche. Personnages.

(Cahier terminé le 3 mai 1952)

[Page 90]

[Photo] 19.8 Bamako vu de l’intérieur de l’abri sous roche du Point G.

[Photo] 20.1. Ma « barbe de tournée » après un mois…

[Page 91]

[Photo] Marché de Bamako

[Page 92]

[Photo aérienne] Ph. Décembre 1951. Koumbi Saleh. Les enceintes du tombeau à colonnes

PAge 88

Page 89

Page 90

Page 91

Page 92

Samedi 29 décembre 1951

[Page 86]

S. 29.XII.1951

Paie des manœuvres :    31×200 = 6.200F
Kariba Coulibaly, chef d’équipe    31×100 = 3.100
Kary Traoré, manœuvre    31×100 = 3.100
Seriba Coulibaly, «     31×100 = 3.100
Lassana Sanogo, «     31×100 = 3.100
Moussa Traoré, «     31×100 = 3.100
 18.600F

Fais achats en ville pour le reste de la tournée ? Vais à l’aviation où je vois les Capitaines Lorillot et Charles. Ils me remettent le plan de Koumbi pris à 1500m, au 1/5000°. C’est une merveille qui va bien nous faciliter nos travaux de recherches : le plan est désormais pratiquement fait. Il va de la mare de Znib à la fouille de Lazartigues 1, soit plus de 5km !

Un seul ennui, c’est que la partie Nord des ruines n’a pas été photographiée : les photos 32 à 52 ont été prises trop au Nord et ne concernent pas la région qui nous intéresse. Dommage.

J’écris du coup à M. Monod pour me faire obtenir par l’Air l’autorisation de survoler Koumbi à mon retour à Bamako en février.

Page 86

Samedi 22 décembre 1951

[Page 71]

S. 22.XII.1951

Palabres ce matin.

Sz. a peur de tomber malade ici, loin des docteurs. Je propose de le reconduire à Nara, où il y en a un. On finit par s’entendre : au lieu de rester jusqu’au 2 janvier ici, on partira le 26-XII juste après Noël.

Je commence les préparatifs d’emballage, pour le cas où Sz. serait plus malade (plaques et matériel Th.50).

Trouvaille par Kariba de la poterie M.52.32-2 (Ph. 12.5) dans un mélange blanchâtre (échantillon gardé) contre le mur est, à – 1m70 et à 2m du coin N.E de la chambre. Autres fragments intéressants.

[Page 72]

[Photo] 13.1. La grande avenue, vue de l’Est, prise devant les fouilles M.5. Kassim est au coin S.E de la mosquée

[Photo] 13.2. La grande place, vue du débouché de la grande avenue. Kassim est sur la fouille S.1.

Page 71

Page 72

Vendredi 21 décembre 1951

[Page 68]

V. 21.XII.1951

7h. 14°

[Photo] 12.2 Seddir Cheikh, chef Koumba, entre deux de ses suivants

[Photo] 13.3. Chameau et son chamelier

J’ouvre aujourd’hui un nouveau chantier, entre la Grande Place et la mosquée, sur le côté Nord de la grande avenue : j’avais déjà recueilli là, ramenés à la surface par les fouisseurs, plusieurs fragments de poterie intéressants. Le coin était prometteur et l’endroit bien situé sur la grande artère de la ville.

[Page 69]

[Photo] 12.4 Le chef Koumba à notre camp

[Photo] 12.1. Le chantier M4 1h après le début des fouilles.

La fouille descend en longeant les murs. Depuis la surface, fragments de poterie, quelques perles, venus par ruissellement de plus haut, ou de plus bas par les fouisseurs (nous tuons 2 serpents, dont 1 fofoni, au cours de cette fouille, en profondeur).

A – 2m, contre le mur, sur 0m10 d’épaisseur, couche sableuse de badigeon (cf. maison Th. 50) formant une nappe (échantillon).

A midi, visite du chef Koumba Seddir Cheikh, des Koumba Rkabat (ph. 12.2, 3, 4). Sz. pas rassuré… Donne des renseignements intéressants : l’irak d’El Bekri, ces « arbres nombreux à Ghana » est le tijok = salvadora persica, à l’odeur fétide, employé comme cure-dent très prisé au Soudan. Il y en a à Koumbi Saleh. Balanites aegyptiaca = teichet. Balsamodendron africanum : adreç, nombreux ici.

28° à midi.

[Page 70]

Avant midi, avions trouvé à – 2m20, à peu près dans l’angle de la fouille, une grande poterie (M-52.32.2), au-dessous exactement de la couche de badigeon, avec cendres et fragments de charbon.

[Photo] 12.5. Trouvailles de la poterie M.52.32.2

Il y avait dedans une substance blanchâtre. Le matin, vais au « barrage » situé au bout de la grande avenue, où le ruisseau doit couler en hivernage (cité par Th.). Ne serait-ce pas plutôt un pont ou gué aménagé rudimentaire ? Un barrage n’aurait pas retenu grand-chose à cet endroit alors qu’un passage serait tout naturel dans le prolongement de l’avenue.

Trouvailles intéressantes aujourd’hui : poterie presque entière (le fond manque) M-52-32-1. trouvée par Kariba et Kassim, en surveillant les déblais, trouve une « planchette » à suspension en schiste. Je l’ai bien regardée de près : hélas aucune inscription dessus qu’une sorte de quadrillage… Chacun a eu 100f de gratification.

[Croquis : Poterie]

Prospecté flanc colline Est Koumbi avec Kassim. Sable. Aucune ruine. Mais il faudrait peut-être voir de + près. 24° à 19h.

La fièvre de Sz est tombée.

[Page 71]

[Photo] 12.6 Trouvaille de la grande poterie à fond brisé M.52.32.1. Ouverture en bas.

[Photo] 12.7 L’équipe de fouilles sur le chantier M5

[Photo] 12.8 L’équipe de fouilles à M.5

Page 68

Page 69

Page 70

Page 71

Jeudi 20 décembre 1951

[Page 63]

J. 20.XII.1951

16° à 7h.

Sz. a la fièvre : 39°

Continuation des fouilles de la veille : la « Kouba » nord et une tombe musulmane au Sud du T à C.

[Plan : Relevé de 3 enceintes]

Relève au Sud immédiat de la piste de Timbedra un ensemble à 3 enceintes sans doute funéraire, l’un des seuls au Sud de cette piste. C’est le commencement de la nécropole à enceintes concentriques.

A 9h30, l’avion nous survole pour prendre les photos : comme convenu, nous allumons des feux mais l’herbe ne veut pas s’allumer ! Cela ne rendra que quelques taches noires sur la photo.

[Page 64]

La fouille de la « Kouba Nord » ne donne pas, à ma grande déception, ce que j’en attendais. Ce ne sont pas des tombes, mais une construction où je trouve de la poterie engobée (et non) (demeure de gardien ?). La construction est peu soignée, bien moins belle que le tombeau à colonnes. Je fais remblayer les sarcophages de celui-ci après le passage de l’avion.

[Photo] 10.1. Fouille de la « Kouba Nord ». Au second plan, le calotropis du T. à C.

[Photo] 10.5. Fouille de la Kouba-Nord. L’équipe de fouilles.

[Photo] 11.6. Fouille de la Kouba Nord.

[Photo] 11.7. Fouille de la Kouba Nord. Au fond, plaine herbeuse « aérodrome »

[Page 65]

[Croquis] Poteries de la « Kouba-Nord »

[Photo] 10.7. Les sarcophages avant d’être rebouchés

[Photo] 10.8. Tombeau à colonnes. Au fond, fouille de la « Kouba–Nord »

[Photo] 11.8. Rebouchage des sarcophages. Noter la consolidation du mur du fond.

Quelques fragments d’os non humains. Le tout provient du compartiment Est : quelques menus fragments seulement du côté Ouest.

Tout cela a du être archi pillé lors de la destruction de la ville.

[Photo] 10.2 Tombes musulmanes ordinaires affleurant au Nord de la mare de Koumbi.

[Page 66]

Je fais fouiller par Kariba une tombe musulmane située au Sud du Tombeau à colonnes, entre le 4e et le 5e mur (touchant au N : le 5e mur).

[Croquis : Tombe musulmane]

C’est une tombe toute simple, dont seuls quelques fragments des plaques verticales dépassent le sol. En creusant, on atteint une grande dalle posée obliquement (pendage de 45° vers l’Est) brisée en 3 fragments. Elle est posée sur des rebords faits spécialement, de plaques de schiste formant les côtés du sarcophage. (photo 11.2 et 3

[Photo] 11.2. On voit apparaître la plaque supérieure du sarcophage

[Photo] 11.3. Même vue de plus près. Noter que la pierre penche vers l’Est.

On enlève les plaques supérieures : il y a un vide dessous bien que de la terre ait filtré dans le sarcophage. Les 2 côtés de celui-ci sont formés de 2 grandes plaques (…)

[Page 67]

[Photo] 11. La plaque enlevée, on voit la plaque Est qui a travaillé.

[Photos] 11.4. 11.5. La plaque supérieure enlevée, le sarcophage et le squelette apparaissent. Noter que la plaque Est a travaillé (Ph 11.4. Les os sont visibles.

(…) dont celle de l’l’Est est fendue et éventré. Les os sont là, en très mauvais état de conservation. (je les y laisserai, d’ailleurs). Un fragment de mâchoire à hauteur du bassin ! (peut-être un animal fouisseur a-t-il pénétré dedans). Aucun mobilier.

Le squelette était-il sur le le dos, comme je l’ai trouvé, donc tête au Sud-Ouest (230° du NM) ? D’après ce que j’ai constaté ailleurs (erreur vers le Sud de la qibla), l’intention des inhumateurs était de mettre la tête à l’Ouest (l’autre mode musulman étant, on le sait, la tête au Sud et couché sur le côté droit regardant l’Est : c’est le mode trouvé par Szumowski ici dans sa fouille N°2 – V. supra, p. 55).

[Page 68]

Quelques mesures prises sur le squelette (:vieillard, dents usées)
1er fémur : 43 cm (un peu manque en bas)
2ème fémur : 46 cm
tibia : 37 cm (un peu manque)

En revenant au camp, trouvé à 300m Sud du tombeau à colonnes, sur le côté ouest de la piste de Timbédra, une enceinte carrée N.S – E.N, de 10 pas de côté, avec tombes musulmanes. Les tombes sont rares de ce côté de la piste.

Page 63

Page 64

Croquis : Poteries de la "Kouba-Nord"

Page 65

Page 66

Page 67 : Photo 11

Page 67

Page 68

Vendredi 14 décembre 1951

[Page 46]

V. 14.XII.1951

18° à 7h

Continuation des fouilles M2. Il s’avère désormais des plus probables que nous avons affaire à une habitation et non à une tombe. Murs à angles droits. Porte intérieure. Poterie presque inexistante.

En relevant le plan de la fouille, je m’aperçois que le bâtiment n’est pas, comme je le supposais, au centre de l’enceinte circulaire, mais très déplacé vers le Sud. Le plancher étant atteint sans résultat, je décide d’abandonner la  fouille au point où elle en est.

[Plan] Fouille M2

[Page 47]

Je prépare sur calque un grand plan de Koumbi (qui ne servira évidemment que sur place) sur lequel porter les données nouvelles. Notre ancien plan n’est en effet pas suffisant (publié Bull. IFAN).

Visite de la nécropole Nord-Ouest entre le baobab isolé près de la petite mare et la fouille B de M 22. Je trouve la fouille B de M 21 à 160m de la 22 (je parlerai de ces fouilles plus loin). Il faudra fouiller à côté (ce seront les fouilles  Sz. 2 et 3). 33° à 12h.

Après-midi. Nous allons récupérer les plaques épigraphiées décorées que Thomassey a trouvées en 1950 et qu’il a cachées contre le mur Sud de la chambre 5 de sa fouille. Il y a en effet de grands risques d’éboulement dans ce  coin et il faut sauver les plaques. On fait 2 lots : on emporte les plus belles et les plus petites aussi, ainsi que les meules girantes. Les plus avariées et les intransportables, nous les cachons ailleurs : sous un tas de pierres des  déblais, à l’extérieur, à l’Ouest du bâtiment de la chambre 9 (côté Nord de l’entrée). C’est Kariba qui connaissait la cachette.

Soir : point de station avec ma planchette branlante à la fouille B de M 22, magnifiquement situé entre Koumbi même et le groupe du tombeau à colonnes.

Page 46

Page 47

Jeudi 13 décembre 1951

[Page 44]

J. 13.XII.1951

15° à 7h

Je poursuis les fouilles de la butte M2 avec l’équipe complète (Kariba et 4 manœuvres). On dégage les murs pour chercher le plan de l’ouvrage. Destination impossible à définir pour l’instant.

De 11h à 12h. reconnaissance au Sud de Koumbi : mur à l’Ouest de la piste. Sur le rebord Nord de la vallée Est-Ouest se dirigeant entre Sohobi et Znib, plusieurs buttes tumuloïdes jonchées de schiste. Enceinte de pierres circulaire de 6m de diamètre : réduit ? Poste d’observation ? Semble moderne : manoeuvres militaires le long de la piste ?

[Page 45]

Vais à l’Ouest de la mare de Sohobi, où je trouve la fouille B de M 1. (voir supra, p.37).

Continuation de la fouille M1 dans l’après-midi. On atteint ce que je suppose être le « plancher » : couche cendreuse grise, qui devrait être la bonne. Sable au dessus et en dessous.

Je retourne au Sud de Koumbi lever le plan des restes de construction jusqu’à la vallée Ouest-Est se jetant dans le système coulant de Znib à Sohobi. Système très complexe. Ruines rasées au sol sauf l’anneau – réduit cité plus haut.

Le système se continue plus au Sud. Ces constructions de pierre devaient être complètement isolées : rien n’indique que ç’ait été des constructions défensives.

Szumowski va à la chasse avec le mousqueton 8m prêté par Nara (qui marche très mal), avec Sami. Il voit deux lions ! Et moi qui après 15 ans d’Afrique n’en ai pas vu un seul !

Botanique :

Sur le site de Koumbi, 60 à 70% des arbres sont Balamites egyptiaca (teichet), bon bois de construction (notre tente est sous l’un d’eux) ; Balsamodendron africanum et Jujubier. Très rares Salvadora persica (j’en compte 6  seulement) = iraK de Bekri = tijob B de M = tijjè, dont nos manœuvres font des provisions de cure-dents très appréciés dans le Sud.

Page 44

Page 45

Lundi 10 décembre 1951

[Page 31]

« L. 10.XII.1951

Nuit fraîche. 33° à 12h.

Continuation des mêmes chantiers.
Au mirhab, nous continuons à descendre. A -0m60, dans le demi-cercle même du mirhab, nous trouvons un niveau dur, constitué par un dallage de plaques de schiste en demi-cercle.

Au-dessous, niveau de pierraille et vers -1.2m, semblant d’autre niveau à la base du mur (fondations inexistantes. Un sondage + profond ne donne rien. J’avais pensé à un moment à une reconstruction de la mosquée et à 2  planchers successifs. Dégagement de la porte au N. du mirhab

[Page 32]

Je couvre le tracé du mur de toutes les pierres trouvées aux alentours, pour en accentuer le relief et en faciliter la protection des pluies et des troupeaux.

[Photo] 4.4. Fouilles Sz. 1. au Nord de la grande place. L’ouvrier du fond est sur la fouille B de M. 13

[Photo] 8.1. Même fouille après la fin des travaux. On aperçoit les 2 cavités séparées par un mur (voir plan p.)

[Photo] 14.4. Ensemble de la grande mosquée vue vers l’Est. Au premier plan, délais importants (minaret ? maison ?) Les arbres sont des Balsamodendron africanum.

[Page 33]

[Photo] 4.6. Dégagement du mirhab et accentuation du mur Est

[Photo] 8.8. Le mirhab dégagé

[Photo] 4.7. Fouille du mirhab, vu vers l’Ouest. Noter les pierrailles à la hauteur des cuisses de Kariba. Sans doute remplissage lors d’un nivellement.

[Photo] 4.5. Fouilles Thomassey 1949 après 3 hivernages.

[Photo] 13.3. Fouilles Th. 1949. Noter les dégâts, les écroulements.

[Page 34]

Fouilles Thomassey de 1949

[Photo] 16.7. Chambre la plus à l’Est (fouillée août 1949)

[Photo] 16.5. La chambre aux silos

[Photo] 13.6. Couloir Sud. Noter le gîte du mur…

[Photo] 13.4. Autre aspect des ruines Ch.1 et 2

[Photo] 14.6. « Escaliers » du silo

[Page 35]

Fouilles Thomassey de 1949

[Photo] 16.6. Partie fouillée en août 1949

[Photo] 14.5. Les niches de la Ch.1, qui menacent de s’effondrer

[Photo] 16.8. L’ensemble de la fouille Th. 1949 – Noter que les niches de la Ch.1 ont été bouchées et les murs recouverts de pierres

[Photo] 6.1. Notre camp 1951. A droite, notre tente, sous un Balanites. A g. celle des manœuvres

La maison fouillée par Thomassey est en mauvais état après 3 hivernages. (voir photos). Je consolide des bases de murs, fais boucher des niches et recouvrir de pierres les murs les plus menacés.

A la balise M, lever. Je ferai des visées sur tous les points remarquables, les fouilles, etc…

Le théodolite de Thomassey me manque fort. Que de temps gaspillé ! »

Page 31

Page 32

Page 33

Page 34

Page 35