Vendredi 4 janvier 1952

[Page 3]

V. 4.1.1952

J’écris à Baldi pour lui expliquer pourquoi je ne veux plus de la voiture, et a/s des finances.

Continue l’emballage du matériel de Koumbi pour Dakar.

Envoie lettre à M. Monod avec projet lettre à adresser par lui au Général de l’Air pour survoler la région de Koumbi et prendre des photos.

Je me fais conduire à Moribabougou, où se trouve le fameux monument trilithe décrit par Desplagnes, Furon etc…, à une douzaine de km à l’Est de Bamako, sur la route de Koulikoro. Il se trouve à 30m au Sud de la route, entre elle et le Niger, juste à la limite de la zone d’inondation.

Mais le monument est bilithe seulement aujourd’hui. Les deux pierres levées sont du grès. On l’appelle selon Kariba DEMBAGNMA « la mère très bonne »

[Plan de l’emplacement et croquis du monument trilithe de Moribabougou]

[Page 4]

Le monument de Moribabougou

[Photo] 20. 2. Vue prise vers le Sud. Au fond le Niger. Personnage : Kariba Coulibaly, chef d’équipe

[Photo] 20.3. Vue prise vers le Nord. On aperçoit la 2e pierre, plus petite, à droite de la grande

[Photo] 20.6. L’ensemble du monument et de son socle de pierraille

[Page 5]

[Photo] 20.5. Le Niger en face du monument de Moribabougou

[Photo] 20.4. Le monument, pris de l’Est

Les deux pierres levées ont respectivement 2m,70 et 1m,15 et sont plantées verticalement dans un socle de pierres (grès et latérite) de 8m environ de diamètre sur 1m d’élévation.
Il existe une exploitation de pierres pour charger les routes à proximité immédiate. Il y a donc danger de destruction et il va falloir s’occuper de la conservation du monument. Il sert encore à des fins rituelles puisqu’il y a des plumes de poulets collées dessus, tout récemment.

Suis allé porter à l’Aviation 4 colis à transporter à Dakar (par Bamako et Thiés). J’espère que le Cap. Lidon s’en chargera.
Vu le Cap. Charles à ce sujet et avons remis le tout au [ ?] de l’Aviation (1)
[ ?] promis au Lt. Cl. de la base de faire à mon retour  à Bamako une conférence aux élèves (2). Ils le méritent bien car ils sont très chics avec l’IFAN pour les photos aériennes.

___________

(1) Ces colis ne sont arrivés à Dakar qu’en mars !
(2) Faite le 18 février 1952.

Page 3

Page 4

Page 5

Jeudi 3 janvier 1952

[Page 2]

J. 3.1.1952

23° à 8h

Continuation des préparatifs pour la tournée.
Visites au Service Topo et aux Mines pour préparer le classement de l’abri sous roche du Point G.

Au retour, Télégramme de Dakar nous apprennent que la voiture de l’IFAN est en route ! Ont-ils reçu mon télégramme à temps ? Décidément, début janvier est une bien mauvaise période pour partir en tournée !
Et quelle histoire pour cette voiture : je la demande en novembre. Les Finances renâclent à cause du prix (120 000F) et on me le fait savoir par lettre reçue à Nara au retour de Koumbi. Je me débrouille donc autrement et lorsque c’est fait, on dit qu’on me l’envoie quand même ! Je n’en ai plus besoin maintenant. Et pourrait-elle tenir le coup sur les affreuses pistes sablonneuses du Nord ? (1)

Vu Amadou Hampaté Ba chez lui, malade. Il vient de France. Toujours le même excellent homme, un savant, un des meilleurs Africains que je connaisse…

Préparé expédition des caisses de matériel de tournée ramené de Koumbi Saleh, sur Dakar, par l’Aviation militaire :
4 caisses                             (plaques épigraphiées + poteries)
Fut métallique de 50l               – d° –
Mortier à piler                 (poteries)

Renvoi un télégramme à Dakar au sujet de la voiture : confirme qu’il est inutile de l’envoyer. Ce papier arrive tout juste à sa destination, lorsque le dodge était déjà à la gare !

___________

(1) J’en doute d’autant plus qu’il a fallu remettre un moteur neuf vers avril 1952 afin de permettre à Pelissier de partir en tournée en Casamance avec. Je n’aurais pas été bien loin…

Page 2

 

Lundi 31 décembre 1951

[Page 88]

L. 31.XII.1951

24° à 8h.

Achats et courses à Bamako.

Vu F. Nocilas à la réunion du Conseil au sujet du déplacement vers Tombouctou.

Après-midi à la Grotte du Point G. avec les manœuvres. Szumowski et Kariba enlèvent une plaque peinte placée sur le sol, donc vouée à la disparition.

Je délimite le terrain qui serait à classer entre les deux carrières (Louveau m’a dit qu’il avait déjà protégé cette grotte contre les carriers).

[Plan Colline du Point G]

C’est en effet la seule à peintures de toute la région (il y en a d’autres dans le pays dogon et vers Kita.

Il faudrait classer le site.

La chose doit être facile car c’est un titre foncier de l’Etat français : T 1457, comme on me le dit au cadastre.

[Photo] 19.4. L’abri sous roche à peinture du Point G.

[Page 89]

[Photo] 19.5 Peintures de l’abri sous roche. Personnages. A dr. un cavalier vertical.

[Photo] 19.6. Peintures de l’Abri sous roche. Personnages. Cavalier en chameau, en haut à dr.

[Photo] 19.7 Peintures de l’abri sous roche. Personnages.

(Cahier terminé le 3 mai 1952)

[Page 90]

[Photo] 19.8 Bamako vu de l’intérieur de l’abri sous roche du Point G.

[Photo] 20.1. Ma « barbe de tournée » après un mois…

[Page 91]

[Photo] Marché de Bamako

[Page 92]

[Photo aérienne] Ph. Décembre 1951. Koumbi Saleh. Les enceintes du tombeau à colonnes

PAge 88

Page 89

Page 90

Page 91

Page 92

Dimanche 30 décembre 1951

[Page 87]

D. 30.XII.1951

26° à 7h30

Recensement des plaques épigraphiées Th. 1950 ramenées à Bamako. Soit :

1) Formules coraniques 4, 6, 28, 29, 30, 31, 33, 34, 39, 40, 41, 42, 19, 8, 11, 7, 9, 10, 1, 2, 12, 51, 27, 26, 35, 36, 43

2) Rosaces et swastikas : A11, 13, 9, 7, 6, 2, 5, 4.

3) Volutes B1, 2, 3, 4, 7, 6, 8.

Prends pour Dakar : 1) 9-10, 8.11, 4-5, 36, 39-40-41-42.

2) A 6.2 8.5

3) B 1-2-3-4

Note arrive de Dakar : on envoie le command-car !

Et moi qui espère pouvoir faire ma tournée avec les Commandants de Cercle arrivés à Bamako pour le Conseil du 1er janvier : cela simplifierait tout et éviterait à l’IFAN une bien grosse dépense. Surtout que le command-car m’a dit Villiers au départ de Dakar, est tout juste bon pour les services dans la presqu’île ! (1)

Je travaille au plan de Koumbi Saleh, d’après le travail des aviateurs : la nécropole Nord-Ouest ressort magnifiquement, ainsi que les constructions du Sud de la ville.

29° à 22h

___________

(1) Effectivement, on doit remplacer le moteur début 1952. Et c’est avec un moteur non rodé que Pelissier part en tournée en Casamance début avril 1952.

Page 87

Samedi 29 décembre 1951

[Page 86]

S. 29.XII.1951

Paie des manœuvres :    31×200 = 6.200F
Kariba Coulibaly, chef d’équipe    31×100 = 3.100
Kary Traoré, manœuvre    31×100 = 3.100
Seriba Coulibaly, «     31×100 = 3.100
Lassana Sanogo, «     31×100 = 3.100
Moussa Traoré, «     31×100 = 3.100
 18.600F

Fais achats en ville pour le reste de la tournée ? Vais à l’aviation où je vois les Capitaines Lorillot et Charles. Ils me remettent le plan de Koumbi pris à 1500m, au 1/5000°. C’est une merveille qui va bien nous faciliter nos travaux de recherches : le plan est désormais pratiquement fait. Il va de la mare de Znib à la fouille de Lazartigues 1, soit plus de 5km !

Un seul ennui, c’est que la partie Nord des ruines n’a pas été photographiée : les photos 32 à 52 ont été prises trop au Nord et ne concernent pas la région qui nous intéresse. Dommage.

J’écris du coup à M. Monod pour me faire obtenir par l’Air l’autorisation de survoler Koumbi à mon retour à Bamako en février.

Page 86

Mardi 25 décembre 1951

[Page 77]

M. 25.XII.1951

16° à 7h

Noël… Un drôle de Noël, loin des miens. Il se passe en emballages, bien compliqué à cause du volume des choses à emmener…

[Photo] 17.2. Emballage et étiquetage du matériel

Je répartis les plaques épigraphiées entre des caisses de mes cantines. Meules dans caisse à outils., poteries dans un mortier, fût de fer, etc…

Lorsque le tout est fait, je repars faire encore un tour dans les ruines.

Je vais voir le tertre funéraire fouillé par Th. en 1950.

[Photo] 17.4. Tertre funéraire Y fouillé par Th. en 1950 au Nord de la mare Ouest

[Plan du tertre]

Toutes les tombes sont N.S. Ce tertre était-il un tumulus préislamique antérieurement ? On n’en sait rien.

Il aurait fallu fouiller plus profondément et Th. n’a fouillé que les tombes Y éparses sur le tumulus.

[Page 78]

[Photo] 17.5. La colline de Koumbi vue du tertre fouillé par Th. en 1950

[Photo] 17.6. La fouille Bonnel de Mézières N°21

Je vais dans la nécropole Nord-Ouest prendre encore quelques relevés qui me manquaient pour faire ma carte de Koumbi : il faut rattacher tout le système à celui de Koumbi même (je ne sais pas encore si la photo aérienne est réussie.

Le camp de 1950 de Thomassey se trouvait dans ce secteur, à 100m S.W environ de la butte qu’il a fouillée en 1950.

Page 77

Page 78

Lundi 24 décembre 1951

[Page 76]

L. 24.XII.1951

15° à 7h

Sz. prend 2 manoeuvres et continue sa fouille de la veille. Je prends les autres et nous allons consolider les murs des fouilles de Th. 1949, qui en ont bien besoin. Bouchons les niches Sud de la chambre 1 et couvrons tout ce que nous pouvons des murs. (voir ph 16.8, p.35). L’avenir nous dira si cela préserve un peu la construction…

Après-midi : je continue la fouille M5 et Sz. celle de la Grande place (S.I). Tué 2 fofoni dans la fouille. Trouvaille de la partie supérieure d’une meule gisante à 0m50 de profondeur dans la partie Sud du bâtiment. Tjrs des poteries. Ces dernières sont toujours les mêmes à Koumbi Saleh : engobées (pichets à filtre à fond plat, vases, récipients hémisphériques)

[Photo] 17.1. La meule gisante dans la position où elle a été trouvée.

à décor ou non, non engobées, à dessins en creux ou en relief, parfois avec dessins rouges sur fond crème. Poteries grossières (gobelets, vases etc…).

Tjrs les énigmatiques bouts de cuivre…

Fin des fouilles à 18h.
26° à 18h30

Page 76

Mercredi 19 décembre 1951

[Page 60]

ME. 19.XII.1951

Les aviateurs réparent leur dodge et sont bien ennuyés : la panne de moteur est sérieuse. Heureusement qu’ils ont avec eux le mécanicien de l’avion !

Je retourne ce matin au tombeau à colonnes poursuivre les fouilles. Au Sud de la piste, dans un ravin, le schiste affleure et on voit combien il était (…)

[Photo] 9.8 Plaques de schiste affleurant dans un ravin au Sud de la piste de Timbedra.

[Page 61]

[Plan du tombeau à colonnes]

(…) aisé de prendre de grandes plaques pour la construction : des fragments d’1m² pouvaient s’enlever aisément et de plus grandes plaques (3m x 1m) étaient utilisées à Koumbi pour les tombes, le carrelage etc…

Je profite des fouilles au tombeau pour étudier tout le système des murs, etc… Bonnel s’est en effet trompé lourdement dans ses calculs : je n’avais pas eu le temps d’étudier la question en 1949, étant alors resté trop peu de jours à Koumbi.

L’enceinte extérieure, placée très en dehors des 5 autres, mesure : côté sud-ouest, 240m ; sud-est : 225m ; nord-est, 200m ; nord-ouest : 225m. A peu près au milieu des murs N.W, S.W et S.E, en saillie vers l’extérieur, des constructions sont accolées (maison de gardiens ?). Epaisseur du mur : 0 m,70. (Voir ph. 6.6, p. 50)

En allant vers l’intérieur (mesures prises sur le côté S.W), le 2e mur est à 65m,50 du 1er, à 0 m,8 d’épaisseur et 90m de côté environ ; le 3e à 6m.50 plus près du centre à 0 m,8 d’épaisseur, le 4e, à 6m,80 plus près du centre, 0 m,85 d’épaisseur ; le 5e à 6m,30, 0 m,90 et le 6e à 10m,70, 0 m,90 aussi. Il est à 8m,40 du mur carré de la Kouba centrale. Donc, total de 108m,2 du mur extérieur à celui de la Kouba centrale, sur le côté Sud-Ouest.

[Page 62]

Les tombes, orientées pour la plupart Sud-Ouest-Nord-Est (17, y compris celles de la Kouba centrale), plus rarement Sud-Est-Nord Ouest (3 cas seulement) commencent à partir de la 4e enceinte en partant de l’extérieur (7 entre la 4e et la 5e ; 10 entre la 5e et la 6e, aucune entre la 6e et la 7e ; 3 dans la Kouba centrale).

J’ai de nouveau l’impression que les architectes avaient calculé pour une ville en pleine prospérité, pour laquelle il fallait de très grands emplacements de sépultures, et que c’est en pleine prospérité que la ville fut détruite.

Pas grand’chose de neuf à rajouter à ma description du tombeau à colonnes de l’article Th. et M. (1951, p440-1) sinon qu’il contenait 3 sarcophages de schiste (je n’ai dégagé que les 2 + méridionaux), celui du Sud de 2m50 de long, 0 m,88 de large et 0 m,57 de profondeur, le tout en belles dalles de schiste d’un seul bloc ; le central de 2m40 de long, 0 m44 de large et 0 m57 de profondeur. Rien dedans, sinon quelques fragments d’os, d’ailleurs les tombes ont déjà été fouillées par B de M. Le petit escalier d’accès est très court et en mauvais état.

Autre chose à noter : l’orientation donnée aux tombes qui sont toutes // ou ┴ au système des murs ; elle est donc fausse elle aussi. Trop tournée au Sud.

[Page 63]

[Croquis] Intérieur du tombeau à colonnes (mur S.E)

Les aviateurs repartent à midi pour Timbedra. Doivent nous survoler demain. Sz. a la fièvre. Continuation l’après-midi des mêmes fouilles au tombeau à colonnes.

Page 60

Plan du tombeau à colonnes

Page 61

Page 62

Page 63

Mardi 18 décembre 1951

[Page 57]

M. 18.XII.1951

Nuit fraîche.
Je prends toute l’équipe ce matin pour aller fouiller le tombeau à colonnes à l’intérieur : je veux me rendre compte de la disposition des tombes, etc…

Bonnel ayant été assez chiche d’informations. On dégage l’entrée et je fais vider l’intérieur tout en consolidant les murs (un varan y a fait un beau trou. Nous le capturons).

[Photo] 9.1. Colline de Koumbi vue du fond de la mare Ouest. Les dépressions sont des puisards de nomades

[Page 58]

A 9h30, vu au loin, au S.O., un avion. Est-ce celui de la Base de Bamako qui doit prendre la photo aérienne du site ? Il ne nous a pas repérés. Pris mesures de l’enceinte et des enceintes successives etc…

[Photo] 9.2. Le camp à midi : tente des travailleurs et camion

[Photo] 9.3. Ensemble du camp. Au 1er plan, notre tente.

L’après-midi, nous avons l’heureuse surprise de voir déboucher par la piste de Timbedra une dodge avec les aviateurs dedans : Cap. Lorillot et Charles, Sgt. ch pilote de la Rochebrochard et Sgt Maclin, avec 1 gamin de Timbedra.

Ils n’ont pas repéré en effet Koumbi de l’air et viennent pour le reconnaître au sol : je leur montre les balises blanches et ils prennent connaissance du « paysage ».

[Photo] 9.7. Arrivée de aviateurs au tombeau à colonnes.

[Page 59]

Fouille du tombeau à colonnes

[Photo] 9.4. Les 2 caveaux S.E sont ouverts et le mur du fond, consolidé par mes soins

[Photo] 9.5. Dégagement des caveaux, limités par de belles plaques de schiste (la flèche marque le N.)

[Photo] 9.6. Les caveaux. Noter le manque de fondation des murs du tombeau.

[Photo] 10.4. L’escalier en très mauvais état conduisant au caveau central. Les marches sont très courtes et devaient être difficile à descendre.

[Photo] 10.6 Autre vue des caveaux dégagés

[Page 60]

Le dodge ne marche pas très fort et il faut le réparer. Les aviateurs restent avec nous : je les mène à Sohobi aux pintades, car il faudra allonger le menu d’aujourd’hui !

Le Cap. Lorillot relève, la nuit, au sextant américain, les coordonnées de Koumbi sur Jupiter, Rijel, etc… Le résultat, qu’ils me donneront à Bamako est 15°41’N et 8°W, à un mille près.

Les Szumowski vont coucher dans le camion et les aviateurs et moi sous la tente. Sz y attrapera froid, car la nuit est la plus fraîche que nous ayons eue : à 7h, 11 à 12°.

Page 57

Page 58

Page 59

Page 60