Samedi 15 décembre 1951

[Page 48]

S. 15.XII.1951

17° à 7h.

Szumowski prend aujourd’hui l’équipe de fouilles pour lui pour la fouille dans la nécropole Nord-Ouest (fouilles S1 et S2). Je me propose de mon côté de prospecter cette même nécropole, qui est au fond mal connue, entre la mare Ouest de Koumbi et le tombeau à colonnes.

Je note d’abord que, plus on est près de Koumbi, plus les tombes sont simples. Les cimetières collectifs y semblant très rares, bien que des murs se voient, surtout du côté du baobab. Mais en général une multitude de tombes individuelles faites de longues plaques de schiste, dont la bordure dépasse du sol.

[Photo] 6.2 Tombes musulmanes N.S. au Nord de la mare, près des fouilles s2. Simples plaques de schiste.

Pas une épitaphe ! Ce n’est qu’après que commencent les grands cimetières collectifs, dont l’ensemble du tombeau à colonnes est le plus vaste.

D’après la loi habituelle des cimetières (V. Cintas), les cimetières les plus proches du centre sont les plus anciens. Ce serait donc en pleine postérité que Koumbi (…)

[Page 49]

(…) aurait été fauchée, puisque ce sont les cimetières les plus éloignés qui sont les plus beaux. Je vais reprendre ici où je l’ai laissée le relevé des anciennes fouilles Bonnel de Mézières.

B de M 16. C’est le fameux tombeau à colonnes, dont je reparlerai plus loin avec les fouilles que j’y ai pratiquées.

[Photo] 6.4. Tombeau à colonnes vu de l’Ouest. Noter l’état de délabrement du sommet des murs. Au fond, grande plaine plate où pourrait s’établir un aérodrome. Le tronc est celui d’un calotropis sec. Je l’ai laissé pour servir de repères aux visées.

[Photo] 6.5. Tombes musulmanes au Sud du tombeau à colonnes. Noter qu’elles sont N.S ou E.W (la flèche → N). La planchette est près du T. à colonnes.

Les tombes ne sont nombreuses que près du tombeau central. Je m’en propose d’en ouvrir une.

Le mur extérieur est complètement rasé, nivelé, plus que les autres qui le sont pourtant pas mal. Mais leur trace est très lisible sur le sol à cause de la végétation qui est différente sur eux et à côté (voir photo 6.6 page 50)

[Page 50]

[Photo] 6.6 Le mur extérieur des enceintes successives du T. à C. visible par la différence de pousse des herbes. (Mur Sud-Est, à l’angle Est vu vers le S.W. Le bâtiment qui en marquait le milieu est très visible, en + foncé). La serviette au 1er plan est exactement à l’angle Est du mur.

B de M. 17. C’est une fouille assez compliquée, à l’angle Est du mur extérieur du système du tombeau à colonnes : sur la photo aérienne on dirait un réseau de tranchées ! Cela fait partie d’un ensemble, une enceinte funéraire carrée, ayant à son milieu une petite mosquée (B de M 18). Sa fouille 17 occupe l’angle ouest de cette enceinte. Les murs ne sont aucunement à l’alignement et on voit mal à quoi pouvait servir ces constructions parasites d’une enceinte funéraire. Construction défensive (…)

[Plan B de M 17 et B de M 18]

[Photo] 6.7.  Soit le mihrab de la mosquée de 18 B de M, soit la Construction ronde de 17 B de M, photo publiée alors par lui, p. 253 (cf. cahier 1949, photo 380, p 28)

[Page 51]

(…) élevée au moment de la chute de la ville ? Nous devons nous trouver là en effet, entre cette construction et l’enceinte extérieure du tombeau à colonnes, à l’endroit où la piste du Nord-Ouest pénétrait dans la nécropole. C’est peut-être cette piste, légèrement déplacée au Sud, qui est marquée si bien par un trait rectiligne sur la photo aérienne.

B de M 18. Très intéressante construction. C’est, dit B de M., un « tombeau entouré d’un mur… entre ce tombeau et le mur, un mirhab ; autour du tombeau, des tombes ordinaires. Dans le tombeau, petits sarcophages … ».

[Photo collée recto] 10.3. L’enchevêtrement de la fouille B de M 17 (le feu renforce en noir les fossés).

[Photo collée verso] 6.3 Tombeau à colonnes (angle sud)

Cette tombe collective est unique à Koumbi, en l’état actuel de nos connaissances, à cause de la présence de ce mirhab qui est d’ailleurs orienté trop au Sud (même qibla que l’Afrique du Nord ?). Les tombes Nord et Sud sont très visibles à l’Est – seulement – du mirhab, comme si l’enceinte funéraire, prévue pour une collectivité, n’avait eu le temps que d’ensevelir peu de morts.

C’est la même impression au tombeau à colonnes. On commençait évidemment par mettre les morts à l’Est de la mosquée (Kalilou Tandia, que j’ai vu depuis, m’a même dit que ce sont les enfants que l’on place plus près du mirhab. Cf. Gao – ancien).

[Page 52]

B de M 19. A 40m S.E. du coin Sud de l’enceinte extérieure du B de M 18, traces de fouilles qui doivent être B de M 19 (tombeau identique au précédent, d’après lui…

B de M 20. A 100m au Nord de la même enceinte (angle Nord), autre construction fouillée par B de M. Il y voit une « maison de dimensions spacieuses ». Etant donné le voisinage, ce que j’ai vu en place et ce qui ressort de la photo aérienne, il semble plutôt qu’il s’agisse d’un ensemble funéraire (avec maison de gardien ?) : des tombes sont en effet visibles là aussi…

B de M 21. « Tombeau composé d’une chambre longue de 6m, large de 2m : ossements, bagues, bracelets de cu, pots en terre ». Il doit s’agir de la fouille située à 500m E.SE de B de M 18, de 4m N.S et 2m E.W. divisée en 2 compartiments dont celui du Nord arrondi.

[Petit plan du tombeau]

B de M 22. A 125m S.E du précédent et 1km W.NW de la balise M, visible de très loin à cause de la butte de fouille, il semble bien que l’on ait affaire à un des rares tumulus de Koumbi. « Canaris en grand nombre, bracelets de cu, bagues, coquillages, perles de verre et porcelaine » y furent trouvés par B de M. De nombreux fragments de grandes poteries s’y trouvent encore. Elles sont de facture plus grossière que le reste et doivent être plus anciennes. Ce sont de tels tumulus qu’il faudra rechercher dans la région, près des mares, quand on se mettra sérieusement à chercher l’autre Ghana, celle du roi.

[Page 53]

[Photo] 17.7. Fouille B de M 22. Noter les fragments de poterie au fond de la fouille.

L’après-midi, je lève le système compliqué des murs au S.W de Koumbi. Difficile à cause des arbres. Il faudra la photo aérienne pour y voir clair.

De toutes façons, il y a des solutions de continuité qui ne permettent pas de penser que la ville a été protégée par une enceinte.

[Photo] 7.2. Fouille 20 B de M

(hiatus entre les longs murs et la mare W. de Koumbi et même chose à l’Est, entre les longs murs et les premières contructions de Koumbi (quartier Sud-Est).

Page 48

Page 49

Page 50

Page 51

Photo collée page 51. Recto

Photo collée page 51. Verso

Page 52

Page 53

Vendredi 14 décembre 1951

[Page 46]

V. 14.XII.1951

18° à 7h

Continuation des fouilles M2. Il s’avère désormais des plus probables que nous avons affaire à une habitation et non à une tombe. Murs à angles droits. Porte intérieure. Poterie presque inexistante.

En relevant le plan de la fouille, je m’aperçois que le bâtiment n’est pas, comme je le supposais, au centre de l’enceinte circulaire, mais très déplacé vers le Sud. Le plancher étant atteint sans résultat, je décide d’abandonner la  fouille au point où elle en est.

[Plan] Fouille M2

[Page 47]

Je prépare sur calque un grand plan de Koumbi (qui ne servira évidemment que sur place) sur lequel porter les données nouvelles. Notre ancien plan n’est en effet pas suffisant (publié Bull. IFAN).

Visite de la nécropole Nord-Ouest entre le baobab isolé près de la petite mare et la fouille B de M 22. Je trouve la fouille B de M 21 à 160m de la 22 (je parlerai de ces fouilles plus loin). Il faudra fouiller à côté (ce seront les fouilles  Sz. 2 et 3). 33° à 12h.

Après-midi. Nous allons récupérer les plaques épigraphiées décorées que Thomassey a trouvées en 1950 et qu’il a cachées contre le mur Sud de la chambre 5 de sa fouille. Il y a en effet de grands risques d’éboulement dans ce  coin et il faut sauver les plaques. On fait 2 lots : on emporte les plus belles et les plus petites aussi, ainsi que les meules girantes. Les plus avariées et les intransportables, nous les cachons ailleurs : sous un tas de pierres des  déblais, à l’extérieur, à l’Ouest du bâtiment de la chambre 9 (côté Nord de l’entrée). C’est Kariba qui connaissait la cachette.

Soir : point de station avec ma planchette branlante à la fouille B de M 22, magnifiquement situé entre Koumbi même et le groupe du tombeau à colonnes.

Page 46

Page 47

Jeudi 13 décembre 1951

[Page 44]

J. 13.XII.1951

15° à 7h

Je poursuis les fouilles de la butte M2 avec l’équipe complète (Kariba et 4 manœuvres). On dégage les murs pour chercher le plan de l’ouvrage. Destination impossible à définir pour l’instant.

De 11h à 12h. reconnaissance au Sud de Koumbi : mur à l’Ouest de la piste. Sur le rebord Nord de la vallée Est-Ouest se dirigeant entre Sohobi et Znib, plusieurs buttes tumuloïdes jonchées de schiste. Enceinte de pierres circulaire de 6m de diamètre : réduit ? Poste d’observation ? Semble moderne : manoeuvres militaires le long de la piste ?

[Page 45]

Vais à l’Ouest de la mare de Sohobi, où je trouve la fouille B de M 1. (voir supra, p.37).

Continuation de la fouille M1 dans l’après-midi. On atteint ce que je suppose être le « plancher » : couche cendreuse grise, qui devrait être la bonne. Sable au dessus et en dessous.

Je retourne au Sud de Koumbi lever le plan des restes de construction jusqu’à la vallée Ouest-Est se jetant dans le système coulant de Znib à Sohobi. Système très complexe. Ruines rasées au sol sauf l’anneau – réduit cité plus haut.

Le système se continue plus au Sud. Ces constructions de pierre devaient être complètement isolées : rien n’indique que ç’ait été des constructions défensives.

Szumowski va à la chasse avec le mousqueton 8m prêté par Nara (qui marche très mal), avec Sami. Il voit deux lions ! Et moi qui après 15 ans d’Afrique n’en ai pas vu un seul !

Botanique :

Sur le site de Koumbi, 60 à 70% des arbres sont Balamites egyptiaca (teichet), bon bois de construction (notre tente est sous l’un d’eux) ; Balsamodendron africanum et Jujubier. Très rares Salvadora persica (j’en compte 6  seulement) = iraK de Bekri = tijob B de M = tijjè, dont nos manœuvres font des provisions de cure-dents très appréciés dans le Sud.

Page 44

Page 45

Dimanche 9 décembre 1951

[Page 25]

[Plan] Fouilles Thomassey 1950 : T2 du plan général

« D. 9.XII.1951

Tué 2 petits serpents gris (fofoni) à l’Ouest du camp. Continuation, ce matin, des chantiers de la veille tant pour Sz. (grd place) que pour moi (mosquée).

Le travail ne demandant pas ma présence continuelle, je passe à peu près toute la matinée à compléter le plan des fouilles Thomassey de 1950 (plusieurs pièces qu’il a dégagées ne sont pas portées dessus).

C’est un très gros travail que Thomassey a fait là : il y a en réalité 4 maisons contiguës, avec niches, escaliers : c’est de là que proviennent aussi les plaques de schiste à inscriptions coraniques et à décors floraux, les dénéraux,  outils de fer, poteries etc…

Tout cela nous ramène au Moyen Age arabe, mais sans qu’aucun objet authentiquement daté ne vienne nous donner une date vraiment précise. Quand trouverons-nous la stèle ou la monnaie datée ?

Je ramasse des fragments de poterie dans les déblais de fouilles (M-525.10-29) et une moitié de poterie engobée crème sous le dallage entre les pièces 6 et 7 (M.52.10.30).

[Page 26] 

[Photo] 8.6. Murs et contreforts extérieurs (coté Ouest) du ch. 1 à 3

[Photo] 13.5. Chambres 1 et 2 (vues vers l’Est)

[Photo] 14.1. Chambre 1. Lit et niche

[Photo] 14.8. Niche de la chambre 2

[Photo] 14.7. Niche de la chambre 2 bis

[Page 27]

[Photo] 13.7. Niche de la Ch.3 (Nord-Est) noter le crépi conservé sous l’auvent

[Photo] 14.3. Chambre 3. Côté Nord Niches et escalier. Crépi conservé sous l’auvent de la niche de droite

[Photo] 14.2. Niches Sud de la Ch.3 et lit

[Photo] 13.8. Chambres 4 à 8 – Noter les déblais des fouilles au fond et les sondages des ch.5 et 6

Le banco des murs, après l’hivernage 1951, commence à s’en aller. Mais le crépi sableux jaune est conservé sur les murs non exposés aux tornades et particulièrement sous les auvents des niches.

[Page 28]

[Photo] 14.4. Ch. 4. Niches Sud-Est et escalier

[Photo] Ch.5 Fouille profonde.-2m40 sous plancher. Des murs sont encore visibles à la base.

[Photo] 14.5. Ch.5. Niches Nord

[Photo] 15.7. Ch. 6. Vue vers le Nord

[Photo] 15.6. Ch. 7 Au premier plan, pilier entre ch.6 et 7

[Page 29]

[Photo] C.52.2827 Lit de pierre Ch.3. Ph. Thomassey

[Photo] Photo Thomassey – La mare de Koumbi pendant l’hivernage

[Page 30]

Reconnaissance des environs de Koumbi. Au Sud, il y a des traces de murs très nets, déjà entrevus par Bonnel de Mézières. Mais ils sont bien plus importants qu’on ne le soupçonnait et sa forme est pour le moins curieuse. Je l’ai suivi sur près de 1500m et il n’offre qu’une solution de continuité sérieuse : dans un vallon au Sud-Est, où l’érosion a dû en avoir raison.

Je les appelle aussi : longs murs. Ils ont quelque 80cm de large et sont rasés. On ne les suit souvent qu’à la trace, par les fragments de schiste.

Ces murs enferment un énorme espace ovoïde (grand axe, 650m ; petit axe : 250m, contiennent des buttes tumuloïdes, qui ne doivent être que des constructions isolées. Cela n’a pas l’air d’un cimetière. Serait-ce un camp ?  L’épaisseur du mur est bien faible … Un grand caravansérail ? Encore une énigme de plus à résoudre à Koumbi … Je repère une ruine intéressante : genre de tumulus au centre d’un mur circulaire, juste sur les longs murs. Je me propose de le fouiller (fouille M2).

Dendara (monticules de débris de cuisine) aux débouchés des principales avenues et rues vers les mares et l’extérieur. Cendres, débris de poterie.

[Page 31]

[Plan environ de Koumbi]

Au Nord-Ouest de la mare Ouest et jusqu’au tombeau à colonnes, ce n’est qu’un immense cimetière : les tombes les plus rapprochées sont les plus simples (dalles de schiste [Croquis] de 2m de long sur 1 de large avec bordure de dalles dressées. C’est musulman.

Quelques buttes plus importantes au travers. Je trouve l’une d’elles, à l’Est, fouillée en 1950 par Thomassey (3 T du plan) : or tombant en poussière.

Je cherche en vain une stèle épigraphiée dans cet immense cimetière. Le schiste s’est effrité.

Traces d’alignement de murs vers le baobab à l’Est du grand cimetière. »

Plan Fouilles Thomassey 1950

Page 25

Page 26

Page 27

Page 28

Page 29

Page 30

Plan des environs de Koumbi Saleh

Page 31

Vendredi 7 décembre 1951

[Page 22]

« V. 7.XII.1951

Szumowski continue ses fouilles à la maison de la Grande Place. Je m’occuperai aujourd’hui de la grande mosquée de l’avenue, dont je compte fouiller le mirhab. J’en dresse le plan.

[Plans]

[Photo] 4.1 Le côté Est de la mosquée avant la fouille. Le petit arbre marque le mirhab.

Le mihrab est plein Est ; la qibla est donc fausse (l’exacte serait de 80° Est). Ibn al-Chater (av. 1375) donne pour Ghana une qibla de 106°.

[Page 23]

[Photo] 4.2 Le côté Sud-Est avant les fouilles (le mihrab est à droite)

C’est l’unique mosquée trouvée jusqu’ici à Koumbi, où il devait en exister d’autres plus petites.

Elle a des caractéristiques intéressantes : on ne peut malheureusement pas en prendre les dimensions exactes, car une partie des murs seulement subsiste : celui de l’Ouest tout entier est invisible sous un grand monticule de pierrailles. (peut-être le minaret situé à l’opposé du mihrab comme à Kairouan) (I).

La trace des piliers intérieurs est invisible : il faudrait fouiller largement pour cela.

Grosso modo, la largeur (Nord-Sud) est la moitié de la longueur (23m et 46m). Quelques traces de murs intérieurs. Toute la partie occidentale devrait, comme la chose se passe pour d’autres mosquées (Tombouctou par ex.) être un lieu de prière à ciel ouvert, pour la saison chaude.

Les murs et les portes se devinent plutôt qu’ils se voient (cf. photos). Le tout est presque rasé au sol et ne forme que des protubérances de +0m,40 env. On ne sait où était le minaret : certainement ni à l’Est, ni au Sud. Il faudrait fouiller aussi si on voulait le retrouver.

(I) Saladin, Art Y. 1907 plan p.187 texte p.216

[Page 24]

L’après midi, j’installe une base topo sur le terrain, en jalonnant en ligne droite une piste entre le camp et la piste auto Nara-Timbedra : 200m de long, avec deux carrés blancs 1 x 1m, qui servira d’échelle pour la photo aérienne.

Nettoyage de l’emplacement de la mosquée : je fais couper les arbres qui l’encombrent … sauf 1 trop gros. Szumowski est déjà à -2m50 de profondeur, sur une couche archéologique : poterie engobée à col filtre et anse double.

A 12h, 33° à l’ombre (45 sous la tente !) »

Page 22

Page 23

Page 24

Mercredi 5 décembre 1951

[Page 16]

« ME. 5.XII.1951

Nous avons un nombre insuffisant de manœuvres pour fouiller chacun de notre côté : nous décidons de les prendre à tour de rôle. Szumowski commence aujourd’hui les fouilles à l’un des points les plus élevés du site, surplombant au Nord la Grande Place : Bonnel de Mézières y avait déjà effectué un sondage (n°13). Sz. compte tomber sur une des maisons les plus riches, à cause de son emplacement, à l’angle de la rue montant à la balise M. Il est fort bien choisi à mon sens. Ç’a certainement été une maison à étage et sa situation sur un pente sérieuse (45°) facilitera beaucoup les déblais.

[Photo] 3.1 Début des fouilles Sz. au Nord de la Grande Place. Vue le matin, regardant vers le Sud. Au second plan, la grande place est marquée par des points noirs qui sont des pieds de touffe d’herbe brûlée.

[Page 17]

[Photo] 2.8 Début des fouilles Sz. au Nord de la Grande Place. Les moignons d’arbre sont ceux qui ont été rasés par Thomassey sur tout le sommet de la butte pour faciliter les levers topographiques.

[Croquis] Fouille 1 Sz.

Il y trouvera d’ailleurs beaucoup de poteries en place dont beaucoup à engobe rouge.
Tout le matériel qu’il trouve restera à l’IFAN de Bamako et le mien ira à Dakar.
Je me rends avec le camion aux fouilles

[Page 18]

Lazartigues N°1 (1 ∟ du plan) qui s’abîment de plus en plus. Elles sont à quelque 2km,5 de Koumbi, à l’Ouest.

[Croquis] Plan – Fouilles Lazartigues 1939 (comparer avec l’article Th. M, 1950, p. 446.)

[Photo] 3.3 Fouilles Lazartigues N°1 de 1939. Etat actuel

La vue s’étend assez loin de ce lieu : on voit vers la ville de Koumbi et aussi vers le Nord.

On reconnaît à peine le plan donné par Lazartigues et publié par nous (1950, p 446). Mais ce plan était-il bien exact ? La vérification de son 2e plan me laisse songeur…

A la hauteur de ces fouilles, mais au Nord de la piste, je vais voir le cercle de pierres (que je ne connaissais pas et que je suppose le cercle D du plan de Thomassey 1950). Ce sont de petits blocs de grès. C’est un monument tout à fait unique à Koumbi

[Page 19]

et peut-être le seul préislamique que nous connaissons dans le secteur. Je n’ai aucune idée de ce qu’il peut être. Aucune protubérance centrale pouvant faire croire qu’il s’agit d’une tombe.

[Croquis]

Les pierres n’existent plus que sur une partie du cercle. Ce monument sera à étudier de plus près : je n’avais pas les instruments nécessaires pour cela.

Visite au tombeau à colonnes également, qui lui aussi se dégrade fort hélas …

[Photo] 3.4 Le cercle de pierres

[Photo] 3.5 Le cercle de pierres

[Photo] 3.2 Le tombeau à colonnes

Je fais abattre les deux arbres (Balsamodendron africanum) qui poussaient à l’Est du tombeau et le dégradaient. Je ne laisse qu’un moignon de Calotropis Procera qui sert de repère.

A midi il fait 38° à l’ombre et 48° sous la tente ! Nous nous installons évidemment dehors !

L’après-midi, je vais au village de Yengui chercher du matériel dont nous avons besoin (pilon, mortier, calebasses pour le lait – 13km en passant par Znib. 7km W. de Znib. Nous y retrouvons l’ami Abdallah et nous procurons le matériel. Belle partie de tapecul entre Yengui et Znib.

[Photo] 3.8 Village de Yengui. Le chauffeur Kassim au premier plan.

Je prends en photo les fameuses mares dont j’ai bu de l’eau à l’arrivée… Un troupeau de bœufs patauge au beau milieu. La couleur en est toujours aussi peu avenante et la faune du dulcaquicole ferait certainement le bonheur de M. Monod…

[Photo] 3.6 Mare de Znib

[Photo] 3.7 Mare de Znib

+ 32° à 19h… »

Page 16

Page 17

Page 18

Page 19

Page 20

Page 21

Mardi 4 décembre 1951

[Carte collée sur la page 15] Carte schématique de la région de Koumbi Saleh d’après : la carte de reconnaissance au 1/500 000° du S. Géo AOF (feuille Nara) pour la position de Nara, Goumbou, directions de Timbedra et Ballé ; carte ms. Thomassey 1949-50 ; sa carte in Bull. IFAN 1951, p486 : la position astronomique relevée par le Cap. Lorillot le 19-XII-1951 et mes notes personnelles.

[Page 15]

« M. 4.XII.1951

Le puits creusé au fond de la mare, à près de 200m au Nord du camp, a donné cette nuit, à quelque -3m, de la bonne eau : je me désaltère enfin à ma soif ! Mais il est en partie effondré. J’en fais creuser un autre au fond d’un autre puisard voisin à sec (Thomassey prenait son eau à Sohobi).

C’est à se demander comment faisaient les habitants – des millions – de Koumbi, puisque deux mois après la fin de l’hivernage il n’y avait plus d’eau dans la mare… Il est vrai que l’hivernage 1951, si arrosé au Sénégal et aussi au Sahara, a été assez sec au Sahel, comme nous le dit un Peul de Bon Hofara qui nous apporte du lait et qui pour la première fois a vu à cette saison la mare de Bon Hofara à sec.

La seule mare en eau à cette saison, est, à ma connaissance, celle de Znib où nous sommes allées en chercher le premier soir.

Pendant que les manœuvres creusent les puits, visite du site, des fouilles des 2ème et 3ème campagnes Thomassey (6 août au 8 Sept. 1949 et juillet à Oct. 1950) et jalonnement de la piste de Timbédra jusqu’au droit du tombeau à colonnes. »

Carte collée sur la page 15

Page 15

Lundi 3 décembre 1951

[Page 13]

« L. 3.XII.1951

Départ Nara 6h15 (sortie de la ville difficile à repérer, vers Karounga)
Verguernaré (passer au milieu du village)
Mauvais sable. Passer à côté piste
6h40 9km
Torou (passer au Nord, tape-cul dans cultures
A. bonne piste. Attention à bifur. Passer sur piste de droite
7h10 7km
Karounga 8h30 28km

Nous faisons le plein d’eau, car il n’y en a plus avant Koumbi Dioufi maintenant.
Visite du cimetière musulman de Karounga (ph. 2.4).
Tombes N.S, avec épitaphe au Sud.

[Photo] 2.4. Tombe musulmane à inscription. La flèche marque le Nord

Départ Karounga 9h5.
Piste peu visible au départ.
Grande dune de Banforié (qui est si difficile à remonter dans le sens Nord Sud !)

à 10h15 22km
Koumbi Dioufi (village à l’Ouest de la piste) 11h30 23km
Bon Hofara (puits, mais à sec) 11h55 16km
Znib (mare en eau) 2km
Koumbi Saleh 12h40 6km
_______
113km de Nara

Très chaud

502km de Bamako 1600 de Dakar

Plus d’eau dans les puits de Koumbi… Nous commençons le creusement au fond de la mare, cependant qu’on va chercher de l’eau – boueuse, infecté, [Page 14] dans la mare de Znib (P ..). Je la fais bouillir et en bois avec du thé… et la nuit, pour ne pas voir la couleur. Montons les tentes. Visites de Bidanes (déjà !)

[Photo] 2.5. Halte à Karounga

[Photo] 2.6. Village de Karounga

[Photo] 2.7. Au sommet de la grande dune de Banforié »

Page 13

Page 14

Mardi 27 novembre 1951

[Page 3]

« M. 27.XI.1951

Paperasses. Commissions.
Visite à la Base Aérienne (Cdt. Leroy) où je vais voir la possibilité de faire prendre la photo aérienne de Koumbi Saleh.
On m’amène au Cap. Charles et au Cap. Lorillot. Ils ont déjà fait des missions pour l’IFAN et nous promettent d’aller prendre Koumbi Saleh, sinon même de venir nous y rendre visite.
Je leur explique ce qu’il conviendrait de faire. Ils me demandent en contre partie une conférence à faire à la Base. D’accord. »

Page 3