Mercredi 28 novembre 1951

[Page 3]

« ME. 28.XI.1951

Visite le matin à l’abri sous roche de Kourin Koro Kalé, situé à 35km env. de Bamako, sur la route de Siguiri, juste après le petit pont sur le ruisseau du Kourin Koro Kalé, au Nord immédiat (20m) de la route.
L’abri est au niveau de la route et il y a des grottes en haut de la falaise (cote + 30m env.)

[Page 4]

[Photo] 1.1. Sur la route de Siguiri

Au cours des premières fouilles qu’il y avait faites, Szumowski avait parlé de la découverte d’un « humérus fossile ». La chose me paraissait bien surprenante. Vu son squelette à Bamako. Pas fossile du tout.

[Croquis] Kourin Koro Kalé

L’abri sous roche principal se trouve sous le bloc isolé près de la route. C’est de là que vient le squelette.
Il y refait aujourd’hui des fouilles avec mon chef d’équipe Kariba Coulibaly.
Nous escaladons avec peine la falaise à pic à cet endroit pour voir la grotte du haut. Ce serait un bon refuge, mais la grotte traverse le rocher de part en part et nous n’y trouvons pas grand’chose, un peu de poterie, une ou 2 pierres.

[Page 5]

Nombreux abris sous roche au bas de la falaise.
Grds fragments de poterie et même 1 poterie entière posée sur le fond, que nous rapportons.
Toute la falaise des bords des monts mandingues paraît truffée d’abris et de grottes. Une bonne prospection en perspective. Sera-ce au Soudan que l’on trouvera la grotte à stratigraphie. Je le souhaite de tout cœur à Szumowski.

[Photo] 1.3. La grotte du haut. Sz. est debout à sa partie inférieure. Mais il faut escalader le moignon en pont au dessus de sa tête pour arriver dans la grotte proprement dite

[Photo] 1.5. L’accès à la grotte du haut avec Sz. et Kariba

[Photo] 1.4. Vue de la grotte du haut, vers l’Ouest

[Page 6]

[Photo] 1.2. Vue de la plaine de l’intérieur de la grotte du haut. On aperçoit à l’extrême gauche la route de Bamako

[Photo] 1.6. L’abri sous roche pendant la fouille

[Photo] 1.7. Le matériel néolithique mis à nu par l’eau à l’entrée de l’abri

[Photo] 1.8. Le 2e squelette de Kourin Koro Kalé après son dégagement. Couché sur le côté, face au Nord. On aperçoit le maxillaire inf. droit, l’humérus

[Croquis] Le 2e squelette trouvé aujourd’hui par Sz.

[Page 7]

[Croquis] L’abri sous roche. La partie ombrée est celle qui forme l’abri. Enorme bloc éboulé de la falaise, calé par un gros bloc (à l’W.)

L’abri sous-roche avait tout pour attirer l’homme : commode, au pied de la falaise ; le ruisseau à 100m. Indiscutable qu’habité au néo : les fragments de quartz taillé y abondent à l’aplomb du rebord de l’abri où le ruissellement de l’eau les met à jour (Ph. 1.7)
Mais à quelle époque appartiennent les squelettes, on n’en sait rien encore, car ils ont pu être fort bien mis dans des fosses creusées dans la couche néolithique à une époque post-néolithique.
Le mode d’enterrement du premier squelette, en position repliée (comme le second) mais dans un coffrage de pierre, est trop peu connue encore pour qu’on puisse conclure. Les os du crâne sont très gros, de caractère archaïque. Sz. Veut l’envoyer à Vallois. Qui pourra dire en dernier sur ce premier squelette ancien venant d’un pays où l’anthropologie reste à faire ? … Attendre les suivants.

[Page 8]

Retour à Bamako à 16h. Rendez-vous avec les Cap. Charles et Lorillot à la Base aérienne.
Nous convenons de ce qu’il faut faire : badigeonner à la chaux des bandes de 4 x 1m et cornières indiquant la zone à photographier. Comptent venir à Koumbi vers le 12 décembre et venir de Timbedra en auto pour nous voir.
On va à l’atelier photo : ils ont tiré les ruines de Garoumelé prises par les Cap. Lidon et Lorillot. Nous enverront les photos. »

Page 3

Page 4

Page 5

Page 6

Page 7

Page 8

Lundi 26 novembre 1951

[Page 2]

« Le 26 Novembre 1951 (Dakar – Bamako)

Départ de Dakar-Yoff par DC3 à 6h. Arrivée à Bamako à 10h (1100km). Note au passage que tous les pitons, qui sur le bord du dhar Tichitt-Oualata seraient l’emplacement de villages anciens, n’en portent pas trace. Installation à Koulouba chez mon collègue Szumowski, à l’étage du Centre IFAN du Soudan. Il y a aménagé un commencement de Musée archéologique dans la pièce centrale qui n’est pas mal du tout : arrivé au Soudan depuis le 30 Sept. 1951 seulement, il a déjà fait des récoltes et des fouilles, en particulier dans un abri sous roche (Kourin Koro Kalé ).
Cela démarre bien.
Après-midi, visite à la grotte à rupestres du point G., dont il va s’agir d’assurer la sauvegarde : elle est bien mal placée entre les carrières, mais le Gouverneur Louveau est déjà averti à son sujet, comme il me l’a dit au cours d’un entretien. »

Page 2