Vendredi 8 février 1952

[Page 131]

V. 8.2.1952

TALOHOS

[Croquis de rupestres : guerriers]

Pas de temps à perdre. Dès l’aube, je vais dessiner les guerriers vus hier soir, sur un bloc, à la base, à 50m du radier de la poste sur l’O. Talohos. Sont face à l’Est, de patine moyenne. Cf. Lhote, N° 275).

Autres libyco-berbères, tifinar, chameaux, etc.

Mais ici ce sont les ruines surtout qui m’intéressent et avec Bouesnard nous partons à la prospection relever tout cela et chercher les « énormes tumulus » vus par Lhote.

[Photo] 56.3. Ruine N°2
[Photo] 56.4. Cimetière Y 100 m S. ruine 9

Les ruines de Talohos se présentent de façon très particulière : des groupes isolés de 2 ou 3 maisons allongées et étroites : il y a plus de 15 de ces groupes : les plus importants comprenant davantage de maisons sont :

Talohos « principal » ou  » central » (Ph. 56.8) au Nord d’un important groupe de rochers où sont les inscriptions en tifinar ancien (Ph. 54.7) signalés par Lhote et groupe du « col de la route » où la route d’In Tadeini, collée au rocher à l’Est, borde des constructions assez nombreuses (Ph. 56.5) où sont, dans des enceintes, des tombes Y. C’est là que se trouve un tas impressionnant de pierres, artificiel qui est peut-être un tumulus et sans doute ce que Lhote appelle « les énormes tumulus ».

[Page 132]

TALOHOS

[Carte collée : ruines et rupestres de Talohos]

[Photo] 57.7. L’école nomade d’In Tadeini
[Photo] 56.5. Ruines du col de la route. Au fond, tumulus (?) tirailleur dessus.
[Photo] 57.8. Tombe Y collective
[Photo] 56.6. Ruines du col de la route. Cimetière Y enclos de murs
[Photo] 56.8. Principal groupe de ruines de Talohos (où est la mosquée

Je fais le plan sommaire des ruines afin de demander plus tard une photo aérienne du coin.

A mon avis, tout cela est islamique et Lhote c’est bien avancé.

[Page 133]

[Photo] 57.1. Talohos-centre. Ruines
[Photo] 57.2. Les ruines de Talohos-centre (ou ppal.)
[Photo] 57.4. Talohos. Petite mosquée. Le tirailleur est devant le mirhab (l’aire a été dégagée).

Afin de savoir exactement où s’arrêtent les ruines en amont, nous remontons, Bouesnard et moi, la piste vers Kidal sur 2,5 à 3 km. Après une plaine sablonneuse en pente, nous abordons un plateau rocheux. Des tumulus chouchets ordinaires.

A mi-chemin, découverte bien inattendue de 2 bifaces paléo. très patinés, de [?] paléo, etc… Découverte de [?] intéressantes : quartz et silex en minces plaques.

Mais plus d’habitations : normal, elles sont groupées plus bas, là où il y a de l’eau

[Plan] Plan de le la ruine N°2. 42 m de long sur 6 de large (Ph. 53.3). Murs de 0,80 m environ.

Auprès du groupe N°5, cimetière musulman à stèles anépigraphiées. Même patine que ruines. Tombes circulaires et ensuite à sépulture collective.

Impression : quelle sécurité ne devait pas régner alors dans le pays pour que de telles constructions isolées soient possibles ?

Époque sonraï ? Possible, le problème est à étudier. Les périodes [?] paix sont si rares dans ce pays…

Campons près du puits.

[Plan : feuille volante] Les ruines de Talohos

Page 131
Page 131

Carte collée
Carte collée : ruines et rupestres de Talohos

Page 132
Page 132

Page 133
Page 133

Feuille volante :
Feuille volante : les ruines de Talohos

Mercredi 6 février 1952

[Page 127]

Me. 6.2.1952

[Photo] 55.1. Quai protégeant l’île en amont (les gros blocs où finit le sable)
[Photo] 55.2. La mosquée, vue du Nord

Les ruines ne me paraissent pas très anciennes, quelques siècles au plus.  Je n’ai pas encore étudié la question, mais Lhote donne 1640 comme date de la ruine définitive de la ville. Cela m’a l’air très plausible. Je lève grosso modo le plan de la ville, prends les mesures et les orientations nécessaires et mettrai tout cela au net en arrivant à Dakar, où je dispose d’une bonne photo aérienne que je regrette fort de ne pas avoir emmené avec moi.

Je fais faire un sondage sur  un [?] et récolte en place fragments de poterie et charbon.

Sur tout le site bonne récolte de poteries (So.52.63).

Recherché « Gde mosquée de Cartier. Pas trouvé. Je ne

[Plan de la mosquée]

[Page 128]

crois pas (jusqu’à plus ample informé, évidemment), qu’il s’agisse d’ailleurs de mosquée, mais tout simplement, comme dans une des enceintes de la nécropole du Nord-Est, d’une sépulture collective à mirhab. Les mosquées étaient au milieu des villes.

Lève plan de la mosquée du quartier Est (24 m Nord-Sud sur 17 Est-Ouest, assez abimée. Comme à Koumbi Saleh, à Djinguereber, la qibla est trop méridionale. J’estime que c’est une preuve d’ancienneté.

Je rapporte une petite stèle de la nécropole du Nord-Est, de l’enceinte à 10 rangées de tombes (So.52.63)

Page 127
Page 127

Page 128
Page 128

Mardi 5 février 1952

[Page 115]

M. 5.2.1952

ES SOUK

[Photo] Le site vu du haut de la colline du Sud-Est
[Photo] Les ruines du quartier Sud prises du haut de la colline du Sud-Est. Troupeaux autour du puits. Les chars rupestres se trouvent à peu près à l’endroit d’où cette photo fut prise.

Départ 6h30. Nous remontons vers le Nord, puis obliquons vers l’Est, suivant toujours la rive droite de l’O. Es Souk (l’ensablement serait fatal avec un autre véhicule que ces puissantes autos).

7h. Arrivée à Es Souk (33 km de la piste). Campons dans une belle touffe de Salvadora au Nord-Ouest des ruines du quartier de l’Ouest.

Les ruines s’étendent sur 1 km du Nord au Sud, dans une vallée étroite de 500 m de large en moyenne, en trois quartiers : celui de l’Est, le + important, comprenant la mosquée ; celui de l’île, au centre ; celui de l’Ouest, simple faubourg semble t’il.

Les descriptions de Cartier (D’une rive à l’autre du Sahara, Paris, Larose, 1908, p. 202-213) qui y passa en 1907

[Page 116]

et de Gironcourt (Missions, 1908-09 et 1911-12), p. 300-2 et p. 336-340, plan, me dispensent de la reprendre.

Lhote a reparlé de la question dans les NA (n° 51/juil. 1952). Mais je ne suis pas de son avis : Es Souk est bien selon moi Tadmekka. Nous grimpons illico sur le sommet de la colline du Sud. [?] voir les chars : je me demande s’il n’y aurait pas quelque poste de guet etc… dans le secteur.

L’un des chars trouvés par Bouesnard est envoyé à Dakar (SO.52.9) où il n’était pas encore arrivé lors de mon départ pour le Soudan.

Les deux autres chars (ph. 55.5) sont sur un même rocher, tout à fait au sommet de la crête rocheuse.

[Photo] Les ruines vues de la colline Sud-Est. Au second plan, l’Oued affluent venant de l’est. Au fond, le Tachdaït
[Photo] Les ruines vues de la colline Sud-Est. Troupeaux au puits.

(Ph. de la Bernadie)

 [Page 117]

ES SOUK

[Photo] Les ruines (entre) vues de la colline de l’Est. Au second plan, à la ligne d’arbres, l’oued et l’île au delà
[Photo] Les ruines (quartier Est) prises sous un autre angle. C’est dans ce quartier qu’elles sont les plus élevées.

Sur cette photo (p. 125) je me tiens à l’endroit d’où le bloc au [?] à char a été enlevé. Le caillou à ma gauche, placé à côté du char, porte une inscription libyque. Nous descendons le bloc et l’emmenons à Gao (je ne l’ai pas encore reçu).

Cherche en vain ce qui peut ressembler au tombeau de Koceilaba dont parle Reygasse ( Mon. funé. Sah. ant., 1950, p. 97 parle de la fuite de Joloula d’Abalessa à Es Souk et Gautier Reygasse (Le mt de Tin-Hinan, Paris 1934, p. 11.  » ! A Es Souk, monument de Koceilata ». Ah ! Si je savais où est cette tombe ! Il y aurait peut-être du matériel de bas Empire comme à Abalessa. Rien pour l’instant.

 [Page 118]

ES SOUK

[Photo] Les ruines (quartier Est)
[Photo] 56.1 Touarègue d’Es Souk
Tamacheq
[Photo] Les ruines (quartier Est), vues de la colline de l’Est, vers les puits

(Ph. de la Bernardie)

 [Page 119]

[Photo] Les constructions sur la colline de l’Est à la hauteur de la mosquée
[Photo] 55.3 Les ruines vues de la colline Nord-Ouest. Au premier plan, notre camps
[Photo] La nécropole au  centre du quartier Est

 [Page 120]

[Photo] Sondage fait à l’angle d’une maison par des chercheurs de trésors
[Photo] Ruines du quartier Est

Ph. de la Bernardie

 [Page 121]

[Photo] La grande dune escaladant la colline du Sud-Est (vue vers le Sud)
[Photo] La grande dune escaladant la colline du Sud-Est (vue vers le Nord). les ruines sont cachées par la colline noire à gauche, au second plan. On devine la trouée de l’Oued qui, de l’Est (à droite) conflue dans l’O. Es Souk.

 [Page 122]

[Photo] Rupestres
[Photo] Même panneau pris plus à gauche

Ph. de la Bernardie

 [Page 123]

[Photo] Rupestres : cheval, tifinar, arabe
[Photo] Rupestres : tifinar et arabe

 [Page 124]

ES SOUK

[Photo] Rupestres : tifinar et arabe
[Photo] Rupestres : Arabe

(Ph. de la Bernardie)

 [Page 125]

[Photo] 55.7 Personnages rupestres assis. C’est la plus belle gravure rupestre que j’ai jamais trouvée C52-1410
[Photo] 55.8 Les mêmes « sirènes »
[Photo] 55.5. Chars rupestres sur le sommet de la crête du Sud-Est

 [Page 126]

[Photo] Vue aérienne des ruines d’Es Souk (EOM 81 Bamako)

[Croquis] Les chars d’Es Souk. Est
1. Celui amené à Dakar
2 et 3. Ceux restés à Es Souk.

(Lacroix a gravé non loin notre véhicule à 6 roues. Avis aux préhistoriens de l’avenir)

Nous relevons, Bouesnard et moi, une foule de rupestres dont la plupart sont inédits, surtout au sommet des crêtes. Surtout du libyco-berbère tifinar, [?], arabe. Rien de comparable avec In Frit. Complétement en aval, au bord de l’Oued qui vient buter contre une colline rocheuse, je trouve la magnifique scène gravée (Ph. 55.7 et 8). Deux personnages assis, aux têtes et coiffures énigmatiques. (Je l’ai envoyée dès mon retour à Breuil et Lhote).

[Carte volante/relevés] Ruines d’Es Souk (Adrar des Iforas)

Page 115
Page 115

Page 116
Page 116

Page 117
Page 117

Page 118
Page 118

Page 119
Page 119

Page 120
Page 120

Page 121
Page 121

Page 122
Page 122

Page 123
Page 123

Page 124
Page 124

Page 125
Page 125

Page 126
Page 126

Carte/Relevés Ruines d'Es Souk
Carte/Relevés Ruines d’Es Souk