Samedi 29 décembre 1951

[Page 86]

S. 29.XII.1951

Paie des manœuvres :    31×200 = 6.200F
Kariba Coulibaly, chef d’équipe    31×100 = 3.100
Kary Traoré, manœuvre    31×100 = 3.100
Seriba Coulibaly, «     31×100 = 3.100
Lassana Sanogo, «     31×100 = 3.100
Moussa Traoré, «     31×100 = 3.100
 18.600F

Fais achats en ville pour le reste de la tournée ? Vais à l’aviation où je vois les Capitaines Lorillot et Charles. Ils me remettent le plan de Koumbi pris à 1500m, au 1/5000°. C’est une merveille qui va bien nous faciliter nos travaux de recherches : le plan est désormais pratiquement fait. Il va de la mare de Znib à la fouille de Lazartigues 1, soit plus de 5km !

Un seul ennui, c’est que la partie Nord des ruines n’a pas été photographiée : les photos 32 à 52 ont été prises trop au Nord et ne concernent pas la région qui nous intéresse. Dommage.

J’écris du coup à M. Monod pour me faire obtenir par l’Air l’autorisation de survoler Koumbi à mon retour à Bamako en février.

Page 86

Mardi 18 décembre 1951

[Page 57]

M. 18.XII.1951

Nuit fraîche.
Je prends toute l’équipe ce matin pour aller fouiller le tombeau à colonnes à l’intérieur : je veux me rendre compte de la disposition des tombes, etc…

Bonnel ayant été assez chiche d’informations. On dégage l’entrée et je fais vider l’intérieur tout en consolidant les murs (un varan y a fait un beau trou. Nous le capturons).

[Photo] 9.1. Colline de Koumbi vue du fond de la mare Ouest. Les dépressions sont des puisards de nomades

[Page 58]

A 9h30, vu au loin, au S.O., un avion. Est-ce celui de la Base de Bamako qui doit prendre la photo aérienne du site ? Il ne nous a pas repérés. Pris mesures de l’enceinte et des enceintes successives etc…

[Photo] 9.2. Le camp à midi : tente des travailleurs et camion

[Photo] 9.3. Ensemble du camp. Au 1er plan, notre tente.

L’après-midi, nous avons l’heureuse surprise de voir déboucher par la piste de Timbedra une dodge avec les aviateurs dedans : Cap. Lorillot et Charles, Sgt. ch pilote de la Rochebrochard et Sgt Maclin, avec 1 gamin de Timbedra.

Ils n’ont pas repéré en effet Koumbi de l’air et viennent pour le reconnaître au sol : je leur montre les balises blanches et ils prennent connaissance du « paysage ».

[Photo] 9.7. Arrivée de aviateurs au tombeau à colonnes.

[Page 59]

Fouille du tombeau à colonnes

[Photo] 9.4. Les 2 caveaux S.E sont ouverts et le mur du fond, consolidé par mes soins

[Photo] 9.5. Dégagement des caveaux, limités par de belles plaques de schiste (la flèche marque le N.)

[Photo] 9.6. Les caveaux. Noter le manque de fondation des murs du tombeau.

[Photo] 10.4. L’escalier en très mauvais état conduisant au caveau central. Les marches sont très courtes et devaient être difficile à descendre.

[Photo] 10.6 Autre vue des caveaux dégagés

[Page 60]

Le dodge ne marche pas très fort et il faut le réparer. Les aviateurs restent avec nous : je les mène à Sohobi aux pintades, car il faudra allonger le menu d’aujourd’hui !

Le Cap. Lorillot relève, la nuit, au sextant américain, les coordonnées de Koumbi sur Jupiter, Rijel, etc… Le résultat, qu’ils me donneront à Bamako est 15°41’N et 8°W, à un mille près.

Les Szumowski vont coucher dans le camion et les aviateurs et moi sous la tente. Sz y attrapera froid, car la nuit est la plus fraîche que nous ayons eue : à 7h, 11 à 12°.

Page 57

Page 58

Page 59

Page 60

Mardi 27 novembre 1951

[Page 3]

« M. 27.XI.1951

Paperasses. Commissions.
Visite à la Base Aérienne (Cdt. Leroy) où je vais voir la possibilité de faire prendre la photo aérienne de Koumbi Saleh.
On m’amène au Cap. Charles et au Cap. Lorillot. Ils ont déjà fait des missions pour l’IFAN et nous promettent d’aller prendre Koumbi Saleh, sinon même de venir nous y rendre visite.
Je leur explique ce qu’il conviendrait de faire. Ils me demandent en contre partie une conférence à faire à la Base. D’accord. »

Page 3