Dimanche 23 décembre 1951

[Page 72]

D. 23.XII.1951

17° à 7h

Szumowski va mieux. Il prend ce matin l’équipe entière pour continuer sa fouille de tombeaux (S2). J’en profite pour prendre encore des notes et photos sur les fouilles présentes et antérieures.

[Croquis] Fouille M5

Je relève le plan de la maison de la grande avenue (M.5). Qu’est ce ? Une cuisine ? Une boutique aurait été plus indiquée à cet emplacement…

Os d’animaux, cendres, charbons, petits fragments de cuivre, fer…

[Page 73]

Je fais mettre le feu sous un balsamodendron africanum pour voir le mécanisme de l’exsudation de l’encens : elle est immédiate… (Ph 14.1).

Je prends toute une série de photos des fouilles Th.49 et 50 (réparties plus haut dans ce cahier) (pell. XIV et XV).

Nous avons encore aujourd’hui la visite du chef Koumba, qui se promène dans le secteur avec sa harka.

[Photo] 14.1. Le balsamodendron Africanum après avoir été brûlé au pied. L’encens exsude de l’écorce (ou plutôt de la couche au dessous.

[Photo] 14.2. Fouilles M5. Maison grande avenue – La porte murée

[Photo] 14.3. Fouilles M.5. Autre aspect de la même fouille (vue vers le Sud)

N.B. j’ « étaie » au fur et à mesure puis descend la fouille M5 en comblant les coins fouillés

[Page 74]

[Photo] 16.2. Femme koumba de la suite du chef

[Photo] 16.1. Chef Koumba et femme de sa suite.

Au coin Sud.Ouest de la mare , il y a 2 petits cimetières distincts : celui sur le bord même de la mare, sans épitaphes, à tombes rectangulaires étroites (2m x 0.70) et dalles saillantes ; celui plus éloigné, avec quelques épitaphes, certainement assez récent, à bordure de pierres circulaire ou ovoïde.

Je relève quelques inscriptions.

[Photo] 16.4 Le cimetière musulman au Sud-Ouest 484 de la mare Ouest. Le système est le même que celui de la nécropole Nord-Ouest

[Photo] 16.3. Tombe Y récente au Sud-Ouest de la mare. Entourage large de pierres, comme dans le cimetière « moderne » de Sohobi. Epitaphe 2.

[Page 75]

[Plan des tombes et relevés des inscriptions]

L’après-midi, nous allons avec Sz. au Sud de Koumbi : je veux reconnaître la grande enceinte reconnue par Th. en 1950. Nous la trouvons à 2km.5 au S.S.E du Camp, à 800m au Sud-Ouest de la mare – en eau – de Znib et à l’ouest de la piste.

[Petit plan de la grande enceinte]

C’est en effet une très grande construction (75 x 75m) mais je ne vois pas à quoi elle a pu servir : à la défense ? Il faudrait fouiller pour le dire.

Nous revenons par la mare de Znib (où nous sommes allés chercher de l’eau le 1er jour !) eau croupissante mais le cadre est bien joli.

Du gibier : je rapporte perdreau et lièvre… Nuées de pintades dans la mare de Sohobi.

Page 72

Page 73

Page 74

Page 75

Jeudi 13 décembre 1951

[Page 44]

J. 13.XII.1951

15° à 7h

Je poursuis les fouilles de la butte M2 avec l’équipe complète (Kariba et 4 manœuvres). On dégage les murs pour chercher le plan de l’ouvrage. Destination impossible à définir pour l’instant.

De 11h à 12h. reconnaissance au Sud de Koumbi : mur à l’Ouest de la piste. Sur le rebord Nord de la vallée Est-Ouest se dirigeant entre Sohobi et Znib, plusieurs buttes tumuloïdes jonchées de schiste. Enceinte de pierres circulaire de 6m de diamètre : réduit ? Poste d’observation ? Semble moderne : manoeuvres militaires le long de la piste ?

[Page 45]

Vais à l’Ouest de la mare de Sohobi, où je trouve la fouille B de M 1. (voir supra, p.37).

Continuation de la fouille M1 dans l’après-midi. On atteint ce que je suppose être le « plancher » : couche cendreuse grise, qui devrait être la bonne. Sable au dessus et en dessous.

Je retourne au Sud de Koumbi lever le plan des restes de construction jusqu’à la vallée Ouest-Est se jetant dans le système coulant de Znib à Sohobi. Système très complexe. Ruines rasées au sol sauf l’anneau – réduit cité plus haut.

Le système se continue plus au Sud. Ces constructions de pierre devaient être complètement isolées : rien n’indique que ç’ait été des constructions défensives.

Szumowski va à la chasse avec le mousqueton 8m prêté par Nara (qui marche très mal), avec Sami. Il voit deux lions ! Et moi qui après 15 ans d’Afrique n’en ai pas vu un seul !

Botanique :

Sur le site de Koumbi, 60 à 70% des arbres sont Balamites egyptiaca (teichet), bon bois de construction (notre tente est sous l’un d’eux) ; Balsamodendron africanum et Jujubier. Très rares Salvadora persica (j’en compte 6  seulement) = iraK de Bekri = tijob B de M = tijjè, dont nos manœuvres font des provisions de cure-dents très appréciés dans le Sud.

Page 44

Page 45

Mercredi 5 décembre 1951

[Page 16]

« ME. 5.XII.1951

Nous avons un nombre insuffisant de manœuvres pour fouiller chacun de notre côté : nous décidons de les prendre à tour de rôle. Szumowski commence aujourd’hui les fouilles à l’un des points les plus élevés du site, surplombant au Nord la Grande Place : Bonnel de Mézières y avait déjà effectué un sondage (n°13). Sz. compte tomber sur une des maisons les plus riches, à cause de son emplacement, à l’angle de la rue montant à la balise M. Il est fort bien choisi à mon sens. Ç’a certainement été une maison à étage et sa situation sur un pente sérieuse (45°) facilitera beaucoup les déblais.

[Photo] 3.1 Début des fouilles Sz. au Nord de la Grande Place. Vue le matin, regardant vers le Sud. Au second plan, la grande place est marquée par des points noirs qui sont des pieds de touffe d’herbe brûlée.

[Page 17]

[Photo] 2.8 Début des fouilles Sz. au Nord de la Grande Place. Les moignons d’arbre sont ceux qui ont été rasés par Thomassey sur tout le sommet de la butte pour faciliter les levers topographiques.

[Croquis] Fouille 1 Sz.

Il y trouvera d’ailleurs beaucoup de poteries en place dont beaucoup à engobe rouge.
Tout le matériel qu’il trouve restera à l’IFAN de Bamako et le mien ira à Dakar.
Je me rends avec le camion aux fouilles

[Page 18]

Lazartigues N°1 (1 ∟ du plan) qui s’abîment de plus en plus. Elles sont à quelque 2km,5 de Koumbi, à l’Ouest.

[Croquis] Plan – Fouilles Lazartigues 1939 (comparer avec l’article Th. M, 1950, p. 446.)

[Photo] 3.3 Fouilles Lazartigues N°1 de 1939. Etat actuel

La vue s’étend assez loin de ce lieu : on voit vers la ville de Koumbi et aussi vers le Nord.

On reconnaît à peine le plan donné par Lazartigues et publié par nous (1950, p 446). Mais ce plan était-il bien exact ? La vérification de son 2e plan me laisse songeur…

A la hauteur de ces fouilles, mais au Nord de la piste, je vais voir le cercle de pierres (que je ne connaissais pas et que je suppose le cercle D du plan de Thomassey 1950). Ce sont de petits blocs de grès. C’est un monument tout à fait unique à Koumbi

[Page 19]

et peut-être le seul préislamique que nous connaissons dans le secteur. Je n’ai aucune idée de ce qu’il peut être. Aucune protubérance centrale pouvant faire croire qu’il s’agit d’une tombe.

[Croquis]

Les pierres n’existent plus que sur une partie du cercle. Ce monument sera à étudier de plus près : je n’avais pas les instruments nécessaires pour cela.

Visite au tombeau à colonnes également, qui lui aussi se dégrade fort hélas …

[Photo] 3.4 Le cercle de pierres

[Photo] 3.5 Le cercle de pierres

[Photo] 3.2 Le tombeau à colonnes

Je fais abattre les deux arbres (Balsamodendron africanum) qui poussaient à l’Est du tombeau et le dégradaient. Je ne laisse qu’un moignon de Calotropis Procera qui sert de repère.

A midi il fait 38° à l’ombre et 48° sous la tente ! Nous nous installons évidemment dehors !

L’après-midi, je vais au village de Yengui chercher du matériel dont nous avons besoin (pilon, mortier, calebasses pour le lait – 13km en passant par Znib. 7km W. de Znib. Nous y retrouvons l’ami Abdallah et nous procurons le matériel. Belle partie de tapecul entre Yengui et Znib.

[Photo] 3.8 Village de Yengui. Le chauffeur Kassim au premier plan.

Je prends en photo les fameuses mares dont j’ai bu de l’eau à l’arrivée… Un troupeau de bœufs patauge au beau milieu. La couleur en est toujours aussi peu avenante et la faune du dulcaquicole ferait certainement le bonheur de M. Monod…

[Photo] 3.6 Mare de Znib

[Photo] 3.7 Mare de Znib

+ 32° à 19h… »

Page 16

Page 17

Page 18

Page 19

Page 20

Page 21

Mardi 4 décembre 1951

[Carte collée sur la page 15] Carte schématique de la région de Koumbi Saleh d’après : la carte de reconnaissance au 1/500 000° du S. Géo AOF (feuille Nara) pour la position de Nara, Goumbou, directions de Timbedra et Ballé ; carte ms. Thomassey 1949-50 ; sa carte in Bull. IFAN 1951, p486 : la position astronomique relevée par le Cap. Lorillot le 19-XII-1951 et mes notes personnelles.

[Page 15]

« M. 4.XII.1951

Le puits creusé au fond de la mare, à près de 200m au Nord du camp, a donné cette nuit, à quelque -3m, de la bonne eau : je me désaltère enfin à ma soif ! Mais il est en partie effondré. J’en fais creuser un autre au fond d’un autre puisard voisin à sec (Thomassey prenait son eau à Sohobi).

C’est à se demander comment faisaient les habitants – des millions – de Koumbi, puisque deux mois après la fin de l’hivernage il n’y avait plus d’eau dans la mare… Il est vrai que l’hivernage 1951, si arrosé au Sénégal et aussi au Sahara, a été assez sec au Sahel, comme nous le dit un Peul de Bon Hofara qui nous apporte du lait et qui pour la première fois a vu à cette saison la mare de Bon Hofara à sec.

La seule mare en eau à cette saison, est, à ma connaissance, celle de Znib où nous sommes allées en chercher le premier soir.

Pendant que les manœuvres creusent les puits, visite du site, des fouilles des 2ème et 3ème campagnes Thomassey (6 août au 8 Sept. 1949 et juillet à Oct. 1950) et jalonnement de la piste de Timbédra jusqu’au droit du tombeau à colonnes. »

Carte collée sur la page 15

Page 15