Dimanche 17 février 1952

[Page 145]

D. 17.2.1952

Départ de Gao à 6h20 par Junker « soudanais », vieux zincs qui se posent partout, sur les terrains courts de la brousse. Adieux à Bouesnard, qui a été un très chic camarade pendant toute cette tournée.

[Photo] 60.1. Le delta du Tilemsi
[Photo] 60.2. Les dunes parallèles du Gourma aux approches de la zone d’inondation
[Photo] 60.3. L’inondation s’insinue entre les dunes

Comme je l’ai dit plus haut (p. 142) au sujet de Sané, j’ai la chance par cette crue extraordinaire de cette année, de très bien apercevoir d’abord Sané sur sa colline, à l’Est de la [?] est une grande ligne de verdure, le Tilemsi, qui vient se prolonger vers l’Ouest par tout le système actuellement inondé débouchant au km 3. D’avion (ph. 60.1) cela a tout à fait l’allure d’un delta.

Survolons le Gourma semi-désertique et à 8h10 nous abordons la zone d’inondation du Niger en face de Goundam (60.2).

L’inondation s’insinue entre les dunes parallèles : il y a ennoyage ici comme dans le Macina où elle est très visible sur les cartes. Mais ici le chenal ppal a dû être creusé par l’érosion.

[Dessin chenal et dunes]

[Page 146]

Je note en survolant Goundam (plutôt un peu avant, à l’Est) une ligne boisée presque droite se dirigeant vers le Nord-Ouest : c’est sans doute un ex-canal venant de la zone d’inondation pour amener l’eau aux cuvettes situées au pied des collines.

La chose n’est pas du tout impossible : la tradition des canaux creusés par Sonni Ali au XVe est là pour le prouver (voir aussi Hubert B. AOF 1920, p. 438).

Atterrissons à Goundam à 8h47.

Retrouve l’adjoint, vu à mon passage en janvier et le chauffeur de Tombouctou, qui m’y a conduit alors.

Départ 9h15 pour Bamako.

Vu juste après Goudam 3 restes de canaux, allant de la zone d’inondation, du lac Fati au lac Télé, du même genre que celui signalé plus haut. Sera à revoir (serait-ce ceux de Vitalis ? V. Mourgues, l’Afr. fr. 1932, p. 363).

Survolons ensuite le lac Horo, inondé, le barrage ayant cédé avec l’importance de la crue (le lac a été aménagé pour la culture par les Européens (canaux, barrages, etc…). Tout cela est perdu cette année. Collines dénudées.

[Photo] 60.4. A l’extrême droite, village sur un ilôt dans la zone inondée, vers Goundam.
[Photo] 60.5. A g., Goundam et le défluent allant au Faguibine , coulant alternativement dans les 2 sens
[Photo] 60.6. Goundam et son marigot.

[Page 147]

Survolons ensuite le Macina, où tout parle d’une zone inondation ancienne où les eaux se sont retirées.

Dunes fixées W. Macina à 11h30, sommes à la hauteur et au Nord du barrage de Markala, très visible, ainsi que le canal du Sahel, en eau, et tout le réseau de l’Office du Niger.

[Photo] 60.7. Arrivée à Bamako. Au fond, colline du Point G.
[Photo] 60.8. Bamako. Au fond Koulouba.

Arrivée à Bamako à 12h45. Photographie la ville au passage (60.7 et 8). 1050 km de Gao, 6000 de Dakar.

Personne n’est là pour m’attendre, ce qui m’étonne car j’ai prévenu de mon arrivée (je saurai plus tard que Fauque est venu et est resté en panne à 500 m de l’aérodrome civil, alors que j’arrivais au militaire.

Monte dans l’après-midi à Koulouba, où les Szumowski m’offrent une fois de plus leur généreuse et cordiale hospitalité. Ils me racontent la suite de leur tournée vers Mopti, leurs avatars avec le camion… Ils n’ont pas pu aller dans le Macina comme prévu.

Page 145
Page 145

Page 146
Page 146

Page 147
Page 147

Samedi 12 janvier 1952

[Page 29]

S. 12.1.1952

40 ans aujourd’hui : un des tournants de la vie…
Je me rends dans la matinée chez M. Bordage, de l’Agriculture à Mopti, qui a trouvé, parait-il, de fort belles statuettes de poterie. Effectivement. Il me les montre et me permet de les dessiner.

[Photo] 28.4. Confluent Niger. Bani à mopti

Ces statuettes d’un toggueré dans le canton de Koubaï, entre le Koubaï et l’Ouromodi (village entre Yongociré et Lardebali, 26 km S.W Mopti) – C’est lui qui les a trouvées, en surface en Nov. 1951, toutes les [?] ensemble (1m2)
Autour, aux 4 coins, 4 (…)

[Page 30]

[Page collée recto : Dessins de statuette, Cavalier 1]
[Page collée verso : Dessins de statuette, Tête 3]

(…) tuyaux d’écoulement des eaux. emplacement présumé d’une « idole » assez grande, brisée par les Y (Rensgt [?] Y). Autour, les statuettes.

[Dessins de statuette, Tête 2]
[Photo] 28.5. Les statuettes de Yongociré. De g. à dr : Tête 2 – Statuette 4 – Cavalier 1 – Tête 3

[Page 31]

[Photo] 28.6. De g. à dr : tête 3, cavalier 1, statuette 4, tête 2.
[Photo] 28.7. Même ordre
[Photo] 28.8. De g. à dr : Tête 3, cavalier 1, st. 4, tête 2

M. Bordage possède les statuettes.
1) 1 cavalier et son cheval, brisé en plusieurs morceaux. (cheval en 2, tête de cavalier et cavalier). Tête du cheval très petite, jambes très grosses. Plusieurs coins brisés aussi.

2) Tête barbue à profil bizarre, à yeux en relief. Terre séchée. Traces de rouge (trouvée en surface).

3) tête à coiffure très conique, à profil simiesque, très prognathe.

4) Statuette féminine accroupie comme celle de Kaniana. une jambe manque. Nombril proéminent (à – 0m 30 de prof.)

Il y a également quelques fragments à part, débris de jambes. etc
J’ai essayé de déterminer M. Bordage à nous donner ces statuettes pour l’IFAN. Il préfère les garder. J’espère qu’il finira cependant par se décider en notre faveur.
Sz. est allé fouiller toute la journée à Fotoma, au N. de Sevaré (fouille d’un emplt. de village) poteries funéraires, perle de verre et poterie. Pas de pipe.

[Page 32]

[Page collée recto : Dessins de statuette, Statuette 4, de face]
[Page collée verso : Dessins de statuette, Statuette 4, de profil]

Je règle le campement de Mopti (pour nous 3) 164f (3 j.)
Remis [?] 200f pour manœuvres + 100f à Sami.
Embarque à 21h sur le Maréchal Galliéni, qui remorque à ses flancs 4 chalands, 2 de chaque côté. Chambre 3.
Départ de Mopti à 22h45. Adieux aux Szumowski.
Chambre propre (ce qui change de l’infect campement de Mopti et de ses poux… Et que de moustiques à Mopti ! N’empêche que la ville a beaucoup de caractère à cause de sa situation au milieu des eaux : la « Venise » soudanaise.

Page 29

Page 30 collée recto : Dessins de statuette, Cavalier 1

Page 30 collée verso : Dessins de statuette, Tête 3

Page 30

Page 31

Page 32 collée recto : Dessins de statuette, Statuette 4, de face

Page 32 collée verso : Dessins de statuette, Statuette 4, de profil

Page 32

Mardi 8 janvier 1952

[Page 9]

M. 8.1.1952

Départ Koulouba avec M. Mme Szumowski, 6h, avec le même camion 2t,5 Renault, le même chauffeur Kassim et Kariba et 2 manœuvres. (Ségou à 233 Km)
Fana (Ségou à 109 Km). Tôle ondulée        7h5
Konobougou (Bamako à 159 Km)                9h10
Ségou (233 Km de Bamako)                           11h10
Campement de Ségou (100 f. p. personne).
Vu Christoforoff de l’Office du Niger. Ce n’est pas lui qui a fait les fouilles de Kolima, mais son frère Serge, qui est mort.
Nous fait voir les cartes où les togguéré (certainement plus cela que des tumulus) sont visibles.

[Photo] 22.1. Bords du Niger à Ségou

Je note en passant :
Tomoni (A. V. = ancien village) 2 Km 5  N.NE
Alatona (piste Sokolo-Alatona, feuille Diafarabé)
Kala (A. V.) 1 Km S. piste Sokolo-Nampala qq Km W mare Tori Kodiobel.
Il faudrait relever tous les togguéré portés sur leurs belles cartes.

[Page 10]

– Ségou –

[Photo] 22.2. Niger en face Ségou
[Photo] 22.3. Grands chalands à rouf
[Photo] 22.4. Grandes pirogues à rouf
[Photo] 22.6. Mosquée
[Photo] 22.7. Mosquée

[Page 11]

[Photo] 22. 5. Jardinets au bord du Niger
[Photo] 22. 8. Monument à Gallieni

Promenade dans les rues de Ségou et aux bords du fleuve. Monument à Gallieni :
Souvenir Colonial Français
Au Capitaine GALLIENI, aux Lts VALLIÈRE et PIETRI, Drs TAUTAIN et BAYOL. Mission de Ségou 1880-1881.
Traité de Nango plaçant le Ségou sous le protectorat de la France.

Page 9

Page 10

Page 11

Mercredi 2 janvier 1952

[Page 1]

ME. 2.1.1952

22° à 8h

Vu au Conseil du Gouvernement M. Michel, Cdt. de Cercle de Goundam. Il pourrait me prendre, mais vers le 10 seulement, date de son retour à son poste.

Mais il me donne un renseignement intéressant : Sz. m’avait dit que la fluviale ne marchait plus. Or elle marche toujours, mais non de Koulikoro, mais de Mopti. Il est donc inutile que de Dakar on m’envoie l’auto : je télégraphie immédiatement dans ce sens à Dakar.

Nous irons donc ensemble, Sz. et moi, jusqu’à Mopti. De là, lui se dirigera sur le Macina, but de sa mission, pour y faire des fouilles. Et moi, je descendrai jusqu’à Gao par le fleuve. Nous essayerons de passer à Djenné. Puis Kidal et peut-être Tessalit.

Été Domaines pour me renseigner sur la question de propriété de la grotte du Point G. Elle est à l’Etat, qui a concédé des carrières tout autour. On pourra donc aisément la faire protéger, sinon nous la faire attribuer (à l’IFAN).

[Plan] Colline du Point G

Page 1

Lundi 31 décembre 1951

[Page 88]

L. 31.XII.1951

24° à 8h.

Achats et courses à Bamako.

Vu F. Nocilas à la réunion du Conseil au sujet du déplacement vers Tombouctou.

Après-midi à la Grotte du Point G. avec les manœuvres. Szumowski et Kariba enlèvent une plaque peinte placée sur le sol, donc vouée à la disparition.

Je délimite le terrain qui serait à classer entre les deux carrières (Louveau m’a dit qu’il avait déjà protégé cette grotte contre les carriers).

[Plan Colline du Point G]

C’est en effet la seule à peintures de toute la région (il y en a d’autres dans le pays dogon et vers Kita.

Il faudrait classer le site.

La chose doit être facile car c’est un titre foncier de l’Etat français : T 1457, comme on me le dit au cadastre.

[Photo] 19.4. L’abri sous roche à peinture du Point G.

[Page 89]

[Photo] 19.5 Peintures de l’abri sous roche. Personnages. A dr. un cavalier vertical.

[Photo] 19.6. Peintures de l’Abri sous roche. Personnages. Cavalier en chameau, en haut à dr.

[Photo] 19.7 Peintures de l’abri sous roche. Personnages.

(Cahier terminé le 3 mai 1952)

[Page 90]

[Photo] 19.8 Bamako vu de l’intérieur de l’abri sous roche du Point G.

[Photo] 20.1. Ma « barbe de tournée » après un mois…

[Page 91]

[Photo] Marché de Bamako

[Page 92]

[Photo aérienne] Ph. Décembre 1951. Koumbi Saleh. Les enceintes du tombeau à colonnes

PAge 88

Page 89

Page 90

Page 91

Page 92

Lundi 24 décembre 1951

[Page 76]

L. 24.XII.1951

15° à 7h

Sz. prend 2 manoeuvres et continue sa fouille de la veille. Je prends les autres et nous allons consolider les murs des fouilles de Th. 1949, qui en ont bien besoin. Bouchons les niches Sud de la chambre 1 et couvrons tout ce que nous pouvons des murs. (voir ph 16.8, p.35). L’avenir nous dira si cela préserve un peu la construction…

Après-midi : je continue la fouille M5 et Sz. celle de la Grande place (S.I). Tué 2 fofoni dans la fouille. Trouvaille de la partie supérieure d’une meule gisante à 0m50 de profondeur dans la partie Sud du bâtiment. Tjrs des poteries. Ces dernières sont toujours les mêmes à Koumbi Saleh : engobées (pichets à filtre à fond plat, vases, récipients hémisphériques)

[Photo] 17.1. La meule gisante dans la position où elle a été trouvée.

à décor ou non, non engobées, à dessins en creux ou en relief, parfois avec dessins rouges sur fond crème. Poteries grossières (gobelets, vases etc…).

Tjrs les énigmatiques bouts de cuivre…

Fin des fouilles à 18h.
26° à 18h30

Page 76

Dimanche 23 décembre 1951

[Page 72]

D. 23.XII.1951

17° à 7h

Szumowski va mieux. Il prend ce matin l’équipe entière pour continuer sa fouille de tombeaux (S2). J’en profite pour prendre encore des notes et photos sur les fouilles présentes et antérieures.

[Croquis] Fouille M5

Je relève le plan de la maison de la grande avenue (M.5). Qu’est ce ? Une cuisine ? Une boutique aurait été plus indiquée à cet emplacement…

Os d’animaux, cendres, charbons, petits fragments de cuivre, fer…

[Page 73]

Je fais mettre le feu sous un balsamodendron africanum pour voir le mécanisme de l’exsudation de l’encens : elle est immédiate… (Ph 14.1).

Je prends toute une série de photos des fouilles Th.49 et 50 (réparties plus haut dans ce cahier) (pell. XIV et XV).

Nous avons encore aujourd’hui la visite du chef Koumba, qui se promène dans le secteur avec sa harka.

[Photo] 14.1. Le balsamodendron Africanum après avoir été brûlé au pied. L’encens exsude de l’écorce (ou plutôt de la couche au dessous.

[Photo] 14.2. Fouilles M5. Maison grande avenue – La porte murée

[Photo] 14.3. Fouilles M.5. Autre aspect de la même fouille (vue vers le Sud)

N.B. j’ « étaie » au fur et à mesure puis descend la fouille M5 en comblant les coins fouillés

[Page 74]

[Photo] 16.2. Femme koumba de la suite du chef

[Photo] 16.1. Chef Koumba et femme de sa suite.

Au coin Sud.Ouest de la mare , il y a 2 petits cimetières distincts : celui sur le bord même de la mare, sans épitaphes, à tombes rectangulaires étroites (2m x 0.70) et dalles saillantes ; celui plus éloigné, avec quelques épitaphes, certainement assez récent, à bordure de pierres circulaire ou ovoïde.

Je relève quelques inscriptions.

[Photo] 16.4 Le cimetière musulman au Sud-Ouest 484 de la mare Ouest. Le système est le même que celui de la nécropole Nord-Ouest

[Photo] 16.3. Tombe Y récente au Sud-Ouest de la mare. Entourage large de pierres, comme dans le cimetière « moderne » de Sohobi. Epitaphe 2.

[Page 75]

[Plan des tombes et relevés des inscriptions]

L’après-midi, nous allons avec Sz. au Sud de Koumbi : je veux reconnaître la grande enceinte reconnue par Th. en 1950. Nous la trouvons à 2km.5 au S.S.E du Camp, à 800m au Sud-Ouest de la mare – en eau – de Znib et à l’ouest de la piste.

[Petit plan de la grande enceinte]

C’est en effet une très grande construction (75 x 75m) mais je ne vois pas à quoi elle a pu servir : à la défense ? Il faudrait fouiller pour le dire.

Nous revenons par la mare de Znib (où nous sommes allés chercher de l’eau le 1er jour !) eau croupissante mais le cadre est bien joli.

Du gibier : je rapporte perdreau et lièvre… Nuées de pintades dans la mare de Sohobi.

Page 72

Page 73

Page 74

Page 75

Samedi 22 décembre 1951

[Page 71]

S. 22.XII.1951

Palabres ce matin.

Sz. a peur de tomber malade ici, loin des docteurs. Je propose de le reconduire à Nara, où il y en a un. On finit par s’entendre : au lieu de rester jusqu’au 2 janvier ici, on partira le 26-XII juste après Noël.

Je commence les préparatifs d’emballage, pour le cas où Sz. serait plus malade (plaques et matériel Th.50).

Trouvaille par Kariba de la poterie M.52.32-2 (Ph. 12.5) dans un mélange blanchâtre (échantillon gardé) contre le mur est, à – 1m70 et à 2m du coin N.E de la chambre. Autres fragments intéressants.

[Page 72]

[Photo] 13.1. La grande avenue, vue de l’Est, prise devant les fouilles M.5. Kassim est au coin S.E de la mosquée

[Photo] 13.2. La grande place, vue du débouché de la grande avenue. Kassim est sur la fouille S.1.

Page 71

Page 72

Vendredi 21 décembre 1951

[Page 68]

V. 21.XII.1951

7h. 14°

[Photo] 12.2 Seddir Cheikh, chef Koumba, entre deux de ses suivants

[Photo] 13.3. Chameau et son chamelier

J’ouvre aujourd’hui un nouveau chantier, entre la Grande Place et la mosquée, sur le côté Nord de la grande avenue : j’avais déjà recueilli là, ramenés à la surface par les fouisseurs, plusieurs fragments de poterie intéressants. Le coin était prometteur et l’endroit bien situé sur la grande artère de la ville.

[Page 69]

[Photo] 12.4 Le chef Koumba à notre camp

[Photo] 12.1. Le chantier M4 1h après le début des fouilles.

La fouille descend en longeant les murs. Depuis la surface, fragments de poterie, quelques perles, venus par ruissellement de plus haut, ou de plus bas par les fouisseurs (nous tuons 2 serpents, dont 1 fofoni, au cours de cette fouille, en profondeur).

A – 2m, contre le mur, sur 0m10 d’épaisseur, couche sableuse de badigeon (cf. maison Th. 50) formant une nappe (échantillon).

A midi, visite du chef Koumba Seddir Cheikh, des Koumba Rkabat (ph. 12.2, 3, 4). Sz. pas rassuré… Donne des renseignements intéressants : l’irak d’El Bekri, ces « arbres nombreux à Ghana » est le tijok = salvadora persica, à l’odeur fétide, employé comme cure-dent très prisé au Soudan. Il y en a à Koumbi Saleh. Balanites aegyptiaca = teichet. Balsamodendron africanum : adreç, nombreux ici.

28° à midi.

[Page 70]

Avant midi, avions trouvé à – 2m20, à peu près dans l’angle de la fouille, une grande poterie (M-52.32.2), au-dessous exactement de la couche de badigeon, avec cendres et fragments de charbon.

[Photo] 12.5. Trouvailles de la poterie M.52.32.2

Il y avait dedans une substance blanchâtre. Le matin, vais au « barrage » situé au bout de la grande avenue, où le ruisseau doit couler en hivernage (cité par Th.). Ne serait-ce pas plutôt un pont ou gué aménagé rudimentaire ? Un barrage n’aurait pas retenu grand-chose à cet endroit alors qu’un passage serait tout naturel dans le prolongement de l’avenue.

Trouvailles intéressantes aujourd’hui : poterie presque entière (le fond manque) M-52-32-1. trouvée par Kariba et Kassim, en surveillant les déblais, trouve une « planchette » à suspension en schiste. Je l’ai bien regardée de près : hélas aucune inscription dessus qu’une sorte de quadrillage… Chacun a eu 100f de gratification.

[Croquis : Poterie]

Prospecté flanc colline Est Koumbi avec Kassim. Sable. Aucune ruine. Mais il faudrait peut-être voir de + près. 24° à 19h.

La fièvre de Sz est tombée.

[Page 71]

[Photo] 12.6 Trouvaille de la grande poterie à fond brisé M.52.32.1. Ouverture en bas.

[Photo] 12.7 L’équipe de fouilles sur le chantier M5

[Photo] 12.8 L’équipe de fouilles à M.5

Page 68

Page 69

Page 70

Page 71

Jeudi 20 décembre 1951

[Page 63]

J. 20.XII.1951

16° à 7h.

Sz. a la fièvre : 39°

Continuation des fouilles de la veille : la « Kouba » nord et une tombe musulmane au Sud du T à C.

[Plan : Relevé de 3 enceintes]

Relève au Sud immédiat de la piste de Timbedra un ensemble à 3 enceintes sans doute funéraire, l’un des seuls au Sud de cette piste. C’est le commencement de la nécropole à enceintes concentriques.

A 9h30, l’avion nous survole pour prendre les photos : comme convenu, nous allumons des feux mais l’herbe ne veut pas s’allumer ! Cela ne rendra que quelques taches noires sur la photo.

[Page 64]

La fouille de la « Kouba Nord » ne donne pas, à ma grande déception, ce que j’en attendais. Ce ne sont pas des tombes, mais une construction où je trouve de la poterie engobée (et non) (demeure de gardien ?). La construction est peu soignée, bien moins belle que le tombeau à colonnes. Je fais remblayer les sarcophages de celui-ci après le passage de l’avion.

[Photo] 10.1. Fouille de la « Kouba Nord ». Au second plan, le calotropis du T. à C.

[Photo] 10.5. Fouille de la Kouba-Nord. L’équipe de fouilles.

[Photo] 11.6. Fouille de la Kouba Nord.

[Photo] 11.7. Fouille de la Kouba Nord. Au fond, plaine herbeuse « aérodrome »

[Page 65]

[Croquis] Poteries de la « Kouba-Nord »

[Photo] 10.7. Les sarcophages avant d’être rebouchés

[Photo] 10.8. Tombeau à colonnes. Au fond, fouille de la « Kouba–Nord »

[Photo] 11.8. Rebouchage des sarcophages. Noter la consolidation du mur du fond.

Quelques fragments d’os non humains. Le tout provient du compartiment Est : quelques menus fragments seulement du côté Ouest.

Tout cela a du être archi pillé lors de la destruction de la ville.

[Photo] 10.2 Tombes musulmanes ordinaires affleurant au Nord de la mare de Koumbi.

[Page 66]

Je fais fouiller par Kariba une tombe musulmane située au Sud du Tombeau à colonnes, entre le 4e et le 5e mur (touchant au N : le 5e mur).

[Croquis : Tombe musulmane]

C’est une tombe toute simple, dont seuls quelques fragments des plaques verticales dépassent le sol. En creusant, on atteint une grande dalle posée obliquement (pendage de 45° vers l’Est) brisée en 3 fragments. Elle est posée sur des rebords faits spécialement, de plaques de schiste formant les côtés du sarcophage. (photo 11.2 et 3

[Photo] 11.2. On voit apparaître la plaque supérieure du sarcophage

[Photo] 11.3. Même vue de plus près. Noter que la pierre penche vers l’Est.

On enlève les plaques supérieures : il y a un vide dessous bien que de la terre ait filtré dans le sarcophage. Les 2 côtés de celui-ci sont formés de 2 grandes plaques (…)

[Page 67]

[Photo] 11. La plaque enlevée, on voit la plaque Est qui a travaillé.

[Photos] 11.4. 11.5. La plaque supérieure enlevée, le sarcophage et le squelette apparaissent. Noter que la plaque Est a travaillé (Ph 11.4. Les os sont visibles.

(…) dont celle de l’l’Est est fendue et éventré. Les os sont là, en très mauvais état de conservation. (je les y laisserai, d’ailleurs). Un fragment de mâchoire à hauteur du bassin ! (peut-être un animal fouisseur a-t-il pénétré dedans). Aucun mobilier.

Le squelette était-il sur le le dos, comme je l’ai trouvé, donc tête au Sud-Ouest (230° du NM) ? D’après ce que j’ai constaté ailleurs (erreur vers le Sud de la qibla), l’intention des inhumateurs était de mettre la tête à l’Ouest (l’autre mode musulman étant, on le sait, la tête au Sud et couché sur le côté droit regardant l’Est : c’est le mode trouvé par Szumowski ici dans sa fouille N°2 – V. supra, p. 55).

[Page 68]

Quelques mesures prises sur le squelette (:vieillard, dents usées)
1er fémur : 43 cm (un peu manque en bas)
2ème fémur : 46 cm
tibia : 37 cm (un peu manque)

En revenant au camp, trouvé à 300m Sud du tombeau à colonnes, sur le côté ouest de la piste de Timbédra, une enceinte carrée N.S – E.N, de 10 pas de côté, avec tombes musulmanes. Les tombes sont rares de ce côté de la piste.

Page 63

Page 64

Croquis : Poteries de la "Kouba-Nord"

Page 65

Page 66

Page 67 : Photo 11

Page 67

Page 68