Samedi 9 février 1952

[Page 134]

S. 9.2.1952

[Carte collée] In Tadeini

TALOHOS

Le Cap. Schmitt a découvert hier un beau gisement néo. à près d’1 km W. du puits et en a rapporté de bonnes pièces. Nous y allons et en rapportons aussi une bonne récolte (So.52.66) : pointe de flèche, grattoirs, anneaux, sphéroïdes, fragts poterie etc… Typique que :

1) paléo à bifaces + en amont, dans rochers [?] eau

2) néo. en amont du puits, dans plaine d’où eau auj. absente (le seul point d’eau est le puits)

3) constructions + récentes, islamiques plus bas dans l’Oued

4) Ecole d’In Tadeini plus bas encore, près du puits d’In Tadeini. On ne saurait mieux matérialiser le dessèchement du pays.

Ce matin, réveil 6h [?]  7h, nous avons installé un camp provisoire (avons abandonné le camp du puits où Lacroix a fait un rupestre de sa façon, [?] une acéphale et phallus-)  pour nous rapprocher des ruines de Talohos principal, auprès de l’école d’In Tadeini. La voiture va à Kidal et doit revenir nous prendre ce soir.

Prospection des ruines ppales et de la partie nord des ruines. Bouesnard va à la chasse aux rupestres – dont il fait une splendide moisson.

[Photo] 54.7. Talohos ppal. Tifinar ancien
[Photo] 57.6. Talohos Nord. Guerrier, bovidé, arbre. Cf Cah. B. Tal. 11.
[Photo] 57.5. Rupestres Nord de Talohos-ppal. (cf. Cah. Bouesnard Tal. 8.

[Page 135]

tandis que de mon côté je m’attelle à la ruine principale pour tenter de la dater approximativement.

Après de patientes recherches, je finis par trouver une incontestable mosquée, petite certes, mais suffisante pour dater tout cela de l’époque islamique. (Ph. 57.4).

Je suis très déçu d’un côté car j’espérais enfin avoir sur ma « paroisse » un site urbain carrément pré-islamique et, qui sait, peut-être d’époque romaine comme Abalessa. Je dois déchanter. Pour l’instant, dans toute l’AOF, il n’y a encore pas un site urbain époque antique de retrouvé…

Mais de l’autre, je suis heureux d’avoir pu trouver que ce site, que depuis la publication de Lhote, on pouvait croire d’époque antique, soit daté – très approximativement, mais soit incontestablement islamique.

Cela doit donc appartenir au même groupe qu’Es Souk Kidal, etc…

Je relève les inscriptions libyques situées toutes ensemble, au Sud de Talohos principal.

Bouesnard a trouvé des merveilles : figurations humaines, bovidés, etc… et même un arbre !

Départ d’In Tadeini 19h30

Arrivée à Kidal 20h15 env. [238 km depuis Agueloc, 960 depuis Gao]

Carte collée : ruines d'In Tadeini
Carte collée : In Tadeini

Page 134
Page 134

Page 135
Page 135

Vendredi 8 février 1952

[Page 131]

V. 8.2.1952

TALOHOS

[Croquis de rupestres : guerriers]

Pas de temps à perdre. Dès l’aube, je vais dessiner les guerriers vus hier soir, sur un bloc, à la base, à 50m du radier de la poste sur l’O. Talohos. Sont face à l’Est, de patine moyenne. Cf. Lhote, N° 275).

Autres libyco-berbères, tifinar, chameaux, etc.

Mais ici ce sont les ruines surtout qui m’intéressent et avec Bouesnard nous partons à la prospection relever tout cela et chercher les « énormes tumulus » vus par Lhote.

[Photo] 56.3. Ruine N°2
[Photo] 56.4. Cimetière Y 100 m S. ruine 9

Les ruines de Talohos se présentent de façon très particulière : des groupes isolés de 2 ou 3 maisons allongées et étroites : il y a plus de 15 de ces groupes : les plus importants comprenant davantage de maisons sont :

Talohos « principal » ou  » central » (Ph. 56.8) au Nord d’un important groupe de rochers où sont les inscriptions en tifinar ancien (Ph. 54.7) signalés par Lhote et groupe du « col de la route » où la route d’In Tadeini, collée au rocher à l’Est, borde des constructions assez nombreuses (Ph. 56.5) où sont, dans des enceintes, des tombes Y. C’est là que se trouve un tas impressionnant de pierres, artificiel qui est peut-être un tumulus et sans doute ce que Lhote appelle « les énormes tumulus ».

[Page 132]

TALOHOS

[Carte collée : ruines et rupestres de Talohos]

[Photo] 57.7. L’école nomade d’In Tadeini
[Photo] 56.5. Ruines du col de la route. Au fond, tumulus (?) tirailleur dessus.
[Photo] 57.8. Tombe Y collective
[Photo] 56.6. Ruines du col de la route. Cimetière Y enclos de murs
[Photo] 56.8. Principal groupe de ruines de Talohos (où est la mosquée

Je fais le plan sommaire des ruines afin de demander plus tard une photo aérienne du coin.

A mon avis, tout cela est islamique et Lhote c’est bien avancé.

[Page 133]

[Photo] 57.1. Talohos-centre. Ruines
[Photo] 57.2. Les ruines de Talohos-centre (ou ppal.)
[Photo] 57.4. Talohos. Petite mosquée. Le tirailleur est devant le mirhab (l’aire a été dégagée).

Afin de savoir exactement où s’arrêtent les ruines en amont, nous remontons, Bouesnard et moi, la piste vers Kidal sur 2,5 à 3 km. Après une plaine sablonneuse en pente, nous abordons un plateau rocheux. Des tumulus chouchets ordinaires.

A mi-chemin, découverte bien inattendue de 2 bifaces paléo. très patinés, de [?] paléo, etc… Découverte de [?] intéressantes : quartz et silex en minces plaques.

Mais plus d’habitations : normal, elles sont groupées plus bas, là où il y a de l’eau

[Plan] Plan de le la ruine N°2. 42 m de long sur 6 de large (Ph. 53.3). Murs de 0,80 m environ.

Auprès du groupe N°5, cimetière musulman à stèles anépigraphiées. Même patine que ruines. Tombes circulaires et ensuite à sépulture collective.

Impression : quelle sécurité ne devait pas régner alors dans le pays pour que de telles constructions isolées soient possibles ?

Époque sonraï ? Possible, le problème est à étudier. Les périodes [?] paix sont si rares dans ce pays…

Campons près du puits.

[Plan : feuille volante] Les ruines de Talohos

Page 131
Page 131

Carte collée
Carte collée : ruines et rupestres de Talohos

Page 132
Page 132

Page 133
Page 133

Feuille volante :
Feuille volante : les ruines de Talohos

Jeudi 7 février 1952

[Page 128]

J. 7.2.1952

Je mets aujourd’hui les tirailleurs à fouiller une des chambres de la maison la plus Sud-Est de l’île, au bord de l’oued. Plan très compliqué de murs, de petites chambres étroites, que je lève très grossièrement. Nous ne trouvons que quelques insignifiants fragments de poterie.

Je relève encore des rupestres (arabes et tifinar), bovidés, etc… et surtout le magnifique guépard que Bouesnard avait déjà repéré lors de son dernier passage.

Note aussi le petit cimetière islamique à tombes rondes en pleine ville, dans le quartier Est.

Et grands murs de constructions adossés à la colline. (Je cherche évidemment s’il y a quelque chose de plus ancien que le reste. je ne vois rien…

Note couleur rose pierre d’Es Souk (cf. El Bekri Tadmekka)

[Croquis] Magnifique guépard rupestre sur bloc basculé dans la position représentée ici. Piqueté profondément. Sur Face Ouest colline Est (Bouesnard, inv.)

[Page 129]

[Photo] 56.2. Rupestres. O. Idbeken. Face au sud. Souligné à la craie. Le personnage de g. a 95 cm de haut.

Nous quittons Es Souk à 13h, marchons 3 milles à l’ouest et 3 milles après nous sommes dans l’O. Idbeken devant la grande dune qui domine l’oued au Sud.

6 milles plus loin (à 14 km N. [W?] du croisement de la piste Agueloc. Kidal, tarf à rupestres (Ph. 56.2), avec magnifiques personnages du type d’In Frit. Le manque de pellicules, qui m’a déjà fait demander au Cap. Schmitt de prendre des photos à In Frit, m’empêche de prendre ici ce que je voudrais… Il faut me réserver pour Talohos.

[Croquis de rupestres]

[Page 130]

Nous dessinons animaux (surtout un beau guépard. A propos, un de ceux-ci, non préhistorique et bien vivant, a été vu dans l’O. Idbeken près d’Es Souq, qq jours après notre passage.)

On passe le col dans la rocaille au 13e mille d’Es Souq. Au 16e, tarf à libyco-berbère  et tifinar sur la face Est. 1 mille + loin, tarf à tifinar face W. (mare à sec au pied).

[Transcriptions]

[Croquis] Guépard de l’O. Idbeken. Piqueté
[Croquis de rupestres : animaux]

A 300 m à l’Est, L. B. et tifinar sur la face Nord.

Au 18e mille, tarf rocheux à nombreux tifinar (voir cahier Bouesnard p. 42)

Au 21e mille, piste de Kidal (soit 33 km. entre elle et Es Souq)

2 milles plus loin, très mauvais passage (sable) ; 10 milles + loin, bifurcation de la piste d’In Tadeini (tedeini = BAUHINIA RUFESCENS)

A 4 milles de la bifur., rochers à tifinar ; 1 mille + loin, col et ruines à l’Ouest immédiat, puis à l’Est dans la plaine (Talohos).

2 milles + loin, école nomade d’In Tadeini (11 km de la bifur.)

Prenons langue et emmenons un guide pour nous montrer Talohos.

On nous montre les ruines vues au passage. Faisons halte près du lit de l’oued, à proximité de la route dans les épineux, à 1 km 5 environ du [?] (puits) de Talohos. (68 km d’Es Souk.)

Je me rends avec le goumier Bétou au puits de Talohos, simple trou dans le gravier au fond du lit de l’oued, sur la piste Es Souk-Kidal (17h20).

Le long du chemin, libyco-berbère, tifinar.

Les ruines isolées rencontrées sont-elles plus anciennes que celles d’Es Souq ? Elles sont plus noires mais – abimées. Du sans doute à ce qu’Es Souk est très fréquenté des troupeaux et ici non.

J’ai le temps avant la nuit de repérer deux guerriers rupestres sur des rochers au Nord du camp (V. plus loin).

Page 128
Page 128

Page 129
Page 129

Page 130
Page 130

Dimanche 6 janvier 1952

[Page 9]

D. 6.1.1952

Continuation de la préparation de la tournée. Revois plans de Koumbi.
Revois Cortier et Desplagnes. Les 2 sont à relire pour le répertoire des rupestres des Iforas, le passage sur Talohos et ruines et Desplagnes, p. 81 localise rupestres de Dinguiray et gisements néol. p. 22 sq.

Page 9