Dimanche 17 février 1952

[Page 145]

D. 17.2.1952

Départ de Gao à 6h20 par Junker « soudanais », vieux zincs qui se posent partout, sur les terrains courts de la brousse. Adieux à Bouesnard, qui a été un très chic camarade pendant toute cette tournée.

[Photo] 60.1. Le delta du Tilemsi
[Photo] 60.2. Les dunes parallèles du Gourma aux approches de la zone d’inondation
[Photo] 60.3. L’inondation s’insinue entre les dunes

Comme je l’ai dit plus haut (p. 142) au sujet de Sané, j’ai la chance par cette crue extraordinaire de cette année, de très bien apercevoir d’abord Sané sur sa colline, à l’Est de la [?] est une grande ligne de verdure, le Tilemsi, qui vient se prolonger vers l’Ouest par tout le système actuellement inondé débouchant au km 3. D’avion (ph. 60.1) cela a tout à fait l’allure d’un delta.

Survolons le Gourma semi-désertique et à 8h10 nous abordons la zone d’inondation du Niger en face de Goundam (60.2).

L’inondation s’insinue entre les dunes parallèles : il y a ennoyage ici comme dans le Macina où elle est très visible sur les cartes. Mais ici le chenal ppal a dû être creusé par l’érosion.

[Dessin chenal et dunes]

[Page 146]

Je note en survolant Goundam (plutôt un peu avant, à l’Est) une ligne boisée presque droite se dirigeant vers le Nord-Ouest : c’est sans doute un ex-canal venant de la zone d’inondation pour amener l’eau aux cuvettes situées au pied des collines.

La chose n’est pas du tout impossible : la tradition des canaux creusés par Sonni Ali au XVe est là pour le prouver (voir aussi Hubert B. AOF 1920, p. 438).

Atterrissons à Goundam à 8h47.

Retrouve l’adjoint, vu à mon passage en janvier et le chauffeur de Tombouctou, qui m’y a conduit alors.

Départ 9h15 pour Bamako.

Vu juste après Goudam 3 restes de canaux, allant de la zone d’inondation, du lac Fati au lac Télé, du même genre que celui signalé plus haut. Sera à revoir (serait-ce ceux de Vitalis ? V. Mourgues, l’Afr. fr. 1932, p. 363).

Survolons ensuite le lac Horo, inondé, le barrage ayant cédé avec l’importance de la crue (le lac a été aménagé pour la culture par les Européens (canaux, barrages, etc…). Tout cela est perdu cette année. Collines dénudées.

[Photo] 60.4. A l’extrême droite, village sur un ilôt dans la zone inondée, vers Goundam.
[Photo] 60.5. A g., Goundam et le défluent allant au Faguibine , coulant alternativement dans les 2 sens
[Photo] 60.6. Goundam et son marigot.

[Page 147]

Survolons ensuite le Macina, où tout parle d’une zone inondation ancienne où les eaux se sont retirées.

Dunes fixées W. Macina à 11h30, sommes à la hauteur et au Nord du barrage de Markala, très visible, ainsi que le canal du Sahel, en eau, et tout le réseau de l’Office du Niger.

[Photo] 60.7. Arrivée à Bamako. Au fond, colline du Point G.
[Photo] 60.8. Bamako. Au fond Koulouba.

Arrivée à Bamako à 12h45. Photographie la ville au passage (60.7 et 8). 1050 km de Gao, 6000 de Dakar.

Personne n’est là pour m’attendre, ce qui m’étonne car j’ai prévenu de mon arrivée (je saurai plus tard que Fauque est venu et est resté en panne à 500 m de l’aérodrome civil, alors que j’arrivais au militaire.

Monte dans l’après-midi à Koulouba, où les Szumowski m’offrent une fois de plus leur généreuse et cordiale hospitalité. Ils me racontent la suite de leur tournée vers Mopti, leurs avatars avec le camion… Ils n’ont pas pu aller dans le Macina comme prévu.

Page 145
Page 145

Page 146
Page 146

Page 147
Page 147

Mardi 29 janvier 1952

[Page 83]

M. 29.1.1952

6h30 – Départ de Gao sur 6 roues « Castor » avec Cap. Schmitt, Lt Bouesnard, Lacroix, 1 goumier et tirailleurs. Prenons de la Bernadie, qui monte à Kidal.

Prenons la route de Tilemsi, passons à Sané. La piste assez bonne, sablonneuse par moments, longe la partie Ouest de la dépression du Tilemsi. Celle-ci, vallée quaternaire, puis zone d’épandage des eaux des Iforas, a été une des régions les plus peuplées relativement de tout le Soudan.

Ce devait être une région très arrosée, avec des lacs, des marais à bourgou, une faune abondante. Des villages de pêcheurs s’installèrent en quelques points (Karkarichinkat) tandis qu’un semis d’habitations à la limite de la zone arrosée devait longer la dépression (Dunes de l’Ouest, In Ekiad par exemple). Tout cela serait à faire à pied, en prenant bien son temps…

Je ne cherche pas au passage le fameux gisement atelier de fabrication de perles de Gangaber décrit très bien par Lhote. Toujours pris par le temps (il faut que le Cap. Schmitt soit de retour le 11 février), il faudra faire pour le mieux, mais au plus vite…

Nous suivons le [?] de la dépression argileuse en général. Le terrain est très roulant et on peut faire de la vitesse (relative).

Le premier arrêt a lieu à 84 Km env. Nord de Gao, à Karkarichinkat – Sud = In Begouen B. de Prost et Gérin-Jean, qui nous ont envoyé de là une belle collection de néo (so-51-141). C’est à peu près à 7 Km W. N. W. du puits d’In Begaouen, où la piste ne passe plus (V. feuille Bourem-Nord au 1./200.000e).

[Photo] 45.8. Sur Karkarichinkat – Sud

Le gisement se trouve exactement au bord de la route, à l’Est, et forme une élévation de terrain de + 3m au-dessus de la plaine plate. Il doit s’agir d’une butte isolée non inondée au milieu de l’ancienne zone d’épandage.

[Page 84]

[Carte itinéraire de Gao à Kidal] Gisements néolithiques

C’est le site certain d’un village néolithique de pêcheurs (+ éleveurs ([?])) (agriculteurs ?) sur 300 * 100m environ, le matériel jonche le sol en quantités : silex, poteries, squelettes. C’est d’une richesse inouïe (so-52-48).

[Photo] 45.6. Fragments de crâne affleurant sur le gisement (sous le mètre)
[Photo] 45.7. Squelette affleurant
[Photo]  Crâne de Karkarichinkat
[Photo] Crâne de Karkarichinkat

[Page 85]

Je trouve (ou plutôt nous trouvons, car tous s’y mettent) : 1 hache silex polie + 6 fragments du même ; 13 haches polies de roches noires ou vertes,  dures, + 4 frgt 1 hache polie globuleuse, 4 pointes de flèche monofaces, 2 ptes bifaces, 2 foliacées, 2 diverses, 8 grattoirs de silex, 5 nucleus, 6 burins, 2 pointes [?], 3 lames, 19 retouchées divers, 1 fragt de bracelet de poterie, des fragts de poterie, 3 cylindres de poterie et surtout 2 fragments de crânes, l’un faisait partie d’un squelette allongé sur le sol, affleurant (ph. 45.7) qu’il y a tout lieu de croire (…)

[Croquis de haches, de ciseau]

[Page 86]

[Croquis de haches, de flèches]

[Page 87]

[Croquis de grattoirs, de burin, de lames]

[Page 88]

(…) de même époque (néolithique) que l’outillage récolté. De toute façon, préislamique (les squelettes  ne sont pas orientés à la musulmane). Et à peu de choses près, le préislamique ne se confond-il pas ici avec le néolithique ? Cependant étant donné le dessèchement qui a occasionné ici le départ des populations vers le Sud, ce n’est pas tout à fait le néolithique final, que l’on doit trouver sur le Niger même, lorsque les nappes du Tilemsi sont de venues insuffisantes pour les sédentaires. Je serais tenté donc de dater ces gisements du 1er millénaire avant notre ère.

Ce gisement (et le suivant , K. Nord, à 6 Km de là au Nord, également une butte (île) émergeant de peu de la plaine si plate, où nous nous rendons ensuite, est si intéressant qu’il faudra le publier (1). Ce sont de très beaux gisements de néolithique final, presque purs (quelques intrusions dues entre autre à la présence d’un atelier (1 seul fourneau) de fonte de fer (il y en a beaucoup dans le pays).

[Photo] Route de Tilemsi entre Karkarichinkat Sud et Nord (la butte de K. S. est visible à l’horizon à dr.)

Bonne récolte aussi sur Karkarichinkat  – Nord (même matériel qu’à K – Sud), mais le gisement est plus petit.

A une vingtaine de Km, plus loin dans les dunes d’In Ekiad, à l’Ouest de la piste, à la hauteur du Hassi Tedirkaïk de la carte au 200 000e, nous prospectons tous les creux des dunes et y trouvons un excellent matériel néolithique (so-52-50) très semblable à celui des 2  Karkarichinkat , mais aussi avec en plus des demi-lunes, pointes épaisses, pointes foliacées.

[Écrit postérieurement ]

————–

(1) Voir sur KKt : Andrew B. SMITH – « Preliminary report of excavation at Karkarichinkat  Nord and K. Sud, Tilemsi Valley, Rep. of Mali, Spring 1972 » West Afric. J. of Archeol., 4, 1974, pp. 33-55
et J et M. GAUSSEN 1988

————–

[Page 89]

Matériel néolithique de Karkarichinkat

[Photo]
[Photo]

[Page 90]

Matériel néolithique de Karkarichinkat

[Photo]
[Photo]

[Page 91]

[Photo] 46.2. Gisement d’In Ekiad. Tout le monde se met à la récolte…

Toutes les dunes, dès que l’érosion les a un peu dénudées, fournissent du matériel. la zone plate, d’inondation, est toujours à proximité, mais les dunes sont plus hautes et en dehors de l’inondation. Et comme on est dans le sable, plus de squelettes, d’os d’animaux, coquillages etc…

Poterie rare.

Nous nous arrêterions souvent si nous avions davantage de temps, mais il va falloir faire le maximum et le programme est chargé. Nous ne nous arrêtons que le soir, à 3 Km au Nord du puits très important (troupeau) de Tabrichat, à côté des dunes, pour baraquer pour la nuit. Quelques pièces néo (demi-lunes, grattoirs) d’une des dunes (so-52-51). 190 Km de Gao.

Page 83

Carte gisements néolithiques de Gao à Kidal

Page 84

Page 85

Page 86

Page 87

Page 88

Page 89

Page 90

Page 91