À propos

Les cahiers de Raymond Mauny : 20 ans de missions de terrain (1942-1962)

Raymond Mauny (1912-1994), professeur d’histoire africaine à la Sorbonne de 1962 à 1977 fut, avec Hubert Deschamps et Georges Balandier, à l’origine de la création du Centre de recherches africaines (CRA) et de sa bibliothèque1.

À l’heure actuelle la Bibliothèque de recherches africaines (BRA) conserve les archives scientifiques de cet archéologue et historien, ainsi qu’une grande partie de sa bibliothèque personnelle. Au sein de ce fonds nous trouvons plusieurs cahiers manuscrits, enrichis de photos, de cartes et de croquis, réalisés entre 1942 et 1962 par R. Mauny alors qu’il dirige la section « archéologie et préhistoire » de l’Institut français d’Afrique noire2 (IFAN) à Dakar.

Ce carnet se propose de publier l’ensemble de ces cahiers.

       

Dans ces documents le chercheur rend compte de ses diverses missions de terrain. Il y note, au jour le jour, les nombreuses prospections et fouilles qu’il effectua sur les principaux sites archéologiques d’Afrique de l’Ouest (Koumbi Saleh, Gao, Tegdaoust, Niani, etc.). Ces cahiers lui fournirent ainsi la matière de ses très nombreux articles et, plus tard, de sa thèse d’État3.

Les raisons d’une édition électronique

Afin de rendre accessible ces archives, très riches en données et en iconographie, et possible leur exploitation scientifique, la Bibliothèque de recherches africaines a souhaité les éditer. Néanmoins sans véritables moyens, sans malheureusement assez de temps à y consacrer, il nous était difficile de publier l’intégral de ces 24 cahiers de façon classique, c’est-à-dire sur papier et d’un seul tenant ou même cahier par cahier. Une édition électronique semble présenter plusieurs avantages afin de développer une stratégie éditoriale plus souple, une publication au fil de l’eau, pour la diffusion de ces sources4. Inspirés par d’autres exemples sur la toile5, nous avons décidé d’utiliser le blog comme support.

Avec un blog :

  • nous pouvons rapidement donner à voir notre travail ;
  • nous pouvons contrôler le rythme de publication ;
  • nous pouvons facilement corriger et améliorer notre édition ;
  • nous n’avons pas besoin de compétences informatiques spécifiques ;
  • une seule personne peut s’occuper de tout (numérisation, transcription, documentation, publication, correction) ;
  • la publication est assez fidèle au processus d’écriture des cahiers.

Hypothèses, la plateforme de publication de carnets de recherche en Sciences humaines et sociales, héberge ce blog. Fonctionnant avec l’application WordPress (gratuite et open-source), elle nous garantit certains principes importants pour une édition en ligne : accessibilité (technologies simples, respect des standards du web), pérennité (hébergement contrôlé, standards ouverts et libres, possibilité de récupérer notre travail), citabilité (URL simple, unique et stable), interopérabilité (RSS, Dublin Core, Rdf).

Lire et naviguer

Nous commençons ce travail avec la publication d’une mission se déroulant au Soudan français (actuel Mali) et en Mauritanie de la fin novembre 1951 à février 1952. Cette mission comporte deux cahiers :

  • le premier, du 26 novembre 1951 au 31 décembre 1951, porte essentiellement sur des fouilles effectuées sur le site de Koumbi Saleh (Mauritanie) et sur la question de l’emplacement de la capitale du royaume du Ghana.
  • le second, du 1er janvier 1952 au 19 février 1952, rend compte de visites et de prospections sur différents sites du Soudan français dans les régions de Tombouctou, Gao, Goundam, Tessalit, Infrit, Es Souk…

Un billet correspond à une journée d’un cahier. Le texte a été transcrit, avec en addition quelques informations (entre crochets et de couleur grise) sur la pagination des cahiers et sur la place de l’iconographie dans la page. Chaque page des cahiers, mêlant texte, photographies et dessins, a été scannée, l’image est disponible au bas de chaque billet.

Il est possible de lire et de naviguer dans ce corpus de différentes manières, en utilisant notamment les fonctionnalités classiques du blog :

  • le bloc Catégories, une catégorie  regroupe l’ensemble des journées d’un cahier ;
  • le bloc Archives permet une navigation par mois et années ;
  • le bloc Index réunit les noms propres, personnes et lieux, indexés par nous dans l’ensemble des textes. Sous forme de nuage de tags (mots-clés) cliquables, il donne la possibilité d’atteindre tous les billets dans lesquels ces noms sont mentionnés ;
  • un moteur de recherche plein-texte ;
  • une carte Google par cahier montre l’itinéraire de chacune des missions et permet, en cliquant sur les repères (points d’accès géographiques), d’afficher une série de liens vers les billets ;
  • des flux de syndication (RSS) permettent de suivre toutes nouvelles publications sur l’ensemble du site, l’apparition d’une nouvelle mission ou, au sein d’une mission, d’une nouvelle journée.

 Perspectives : contextualiser et analyser

Une seconde étape de ce travail portera sur une meilleure contextualisation de ses écrits. Il est prévu :

  • une biographie et une bibliographie complète de Raymond Mauny ;
  • la mise en place de notes scientifiques et de liens hypertextes vers d’autres sites web (dictionnaires ou encyclopédies en ligne), afin de mieux éclairer le texte (contexte historique, administratif, personnalités, lieux, vocabulaire archéologique, …) ;
  • des liens vers les articles de Raymond Mauny accessibles en ligne et en rapport direct avec les sujets abordé dans ces cahiers6.

Enfin nous souhaiterions ouvrir ce blog aux chercheurs au travers de deux modes de participation :

  • l’utilisation des commentaires à des fins de correction, de discussion et d’ajout d’information ;
  • l’écriture de textes à propos de l’histoire de l’archéologie en AOF, des questions de conservation du patrimoine, des institutions scientifiques coloniales, de la production des savoirs ou des pratiques d’écritures scientifiques…

 Fabrice Melka


  1. Le centre fut créé en 1962. Depuis 1982 différents projets de regroupement scientifique se sont succédés, le CRA s’est ainsi vu associé à d’autres centres de recherches, aboutissant en 2006 à la création du Centre d’études des mondes africains (CEMAf) puis, en 2014, de l’Institut des mondes africains (IMAF – UMR 8171 – CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / EHESS / EPHE / IRD / Aix-Marseille Université). []
  2. Devenu, à partir de 1966, l’Institut fondamental d’Afrique noire. []
  3. R. Mauny, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Age ď après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, 587 pages, IFAN-Dakar, 1961 (Mémoires de l’IFAN, n°61). La thèse a été soutenue en 1959. []
  4. Voir à ce propos : Marin Dacos, « La mécanique des fluides. L’édition électronique du journal de George Orwell sur WordPress.com », Blogo-numericus, 03/09/08. []
  5. Orwell Diaries 1938-1942 ou The Diary of Samuel Pepys par exemple. []
  6. On peut déjà trouver certains des articles de l’archéologue sur le site de la Bibliothèque numérique de Mauritanie et le site Biens culturels africains (Entrepôt de ressources documentaires de l’Institut fondamentale de l’Afrique noire), tous deux mettent notamment en ligne des articles du Bulletin de l’IFAN, revue  dans laquelle Raymond Mauny a beaucoup publié. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *