Jeudi 7 février 1952

[Page 128]

J. 7.2.1952

Je mets aujourd’hui les tirailleurs à fouiller une des chambres de la maison la plus Sud-Est de l’île, au bord de l’oued. Plan très compliqué de murs, de petites chambres étroites, que je lève très grossièrement. Nous ne trouvons que quelques insignifiants fragments de poterie.

Je relève encore des rupestres (arabes et tifinar), bovidés, etc… et surtout le magnifique guépard que Bouesnard avait déjà repéré lors de son dernier passage.

Note aussi le petit cimetière islamique à tombes rondes en pleine ville, dans le quartier Est.

Et grands murs de constructions adossés à la colline. (Je cherche évidemment s’il y a quelque chose de plus ancien que le reste. je ne vois rien…

Note couleur rose pierre d’Es Souk (cf. El Bekri Tadmekka)

[Croquis] Magnifique guépard rupestre sur bloc basculé dans la position représentée ici. Piqueté profondément. Sur Face Ouest colline Est (Bouesnard, inv.)

[Page 129]

[Photo] 56.2. Rupestres. O. Idbeken. Face au sud. Souligné à la craie. Le personnage de g. a 95 cm de haut.

Nous quittons Es Souk à 13h, marchons 3 milles à l’ouest et 3 milles après nous sommes dans l’O. Idbeken devant la grande dune qui domine l’oued au Sud.

6 milles plus loin (à 14 km N. [W?] du croisement de la piste Agueloc. Kidal, tarf à rupestres (Ph. 56.2), avec magnifiques personnages du type d’In Frit. Le manque de pellicules, qui m’a déjà fait demander au Cap. Schmitt de prendre des photos à In Frit, m’empêche de prendre ici ce que je voudrais… Il faut me réserver pour Talohos.

[Croquis de rupestres]

[Page 130]

Nous dessinons animaux (surtout un beau guépard. A propos, un de ceux-ci, non préhistorique et bien vivant, a été vu dans l’O. Idbeken près d’Es Souq, qq jours après notre passage.)

On passe le col dans la rocaille au 13e mille d’Es Souq. Au 16e, tarf à libyco-berbère  et tifinar sur la face Est. 1 mille + loin, tarf à tifinar face W. (mare à sec au pied).

[Transcriptions]

[Croquis] Guépard de l’O. Idbeken. Piqueté
[Croquis de rupestres : animaux]

A 300 m à l’Est, L. B. et tifinar sur la face Nord.

Au 18e mille, tarf rocheux à nombreux tifinar (voir cahier Bouesnard p. 42)

Au 21e mille, piste de Kidal (soit 33 km. entre elle et Es Souq)

2 milles plus loin, très mauvais passage (sable) ; 10 milles + loin, bifurcation de la piste d’In Tadeini (tedeini = BAUHINIA RUFESCENS)

A 4 milles de la bifur., rochers à tifinar ; 1 mille + loin, col et ruines à l’Ouest immédiat, puis à l’Est dans la plaine (Talohos).

2 milles + loin, école nomade d’In Tadeini (11 km de la bifur.)

Prenons langue et emmenons un guide pour nous montrer Talohos.

On nous montre les ruines vues au passage. Faisons halte près du lit de l’oued, à proximité de la route dans les épineux, à 1 km 5 environ du [?] (puits) de Talohos. (68 km d’Es Souk.)

Je me rends avec le goumier Bétou au puits de Talohos, simple trou dans le gravier au fond du lit de l’oued, sur la piste Es Souk-Kidal (17h20).

Le long du chemin, libyco-berbère, tifinar.

Les ruines isolées rencontrées sont-elles plus anciennes que celles d’Es Souq ? Elles sont plus noires mais – abimées. Du sans doute à ce qu’Es Souk est très fréquenté des troupeaux et ici non.

J’ai le temps avant la nuit de repérer deux guerriers rupestres sur des rochers au Nord du camp (V. plus loin).

Page 128
Page 128

Page 129
Page 129

Page 130
Page 130