Mardi 19 février 1952

[Page 148]

M. 19.2.1952

DAKAR

Départ de Bamako par Air-France. 15h15

Arrivée à Dakar-Yof 19h25 (1100 km)

Toute la famille est là. Effusions. On admire la barbe de papa (sauf Bernard, qui n’aime pas cela). Et comme elle grisonne au surplus, on ne la gardera que le temps de la faire voir aux amis.

Bien content d’être de retour au foyer. Aussi content que je l’étais de partir pour ce beau tour…

[Photo] Home again… – 43 rue Kléber. Dakar

Page 148
Page 148

Lundi 18 février 1952

[Page 147]

L. 18.2.1952

Eté Transafricaine récupérer mes bagages, porté caisses et bagages au magasin général qui les fera suivre à Dakar.

Réquisition de passage. Papiers.

Fais conférence à la Base aérienne, comme je l’avais promis, sur l’histoire de l’AOF.

Départ fixé à demain.

Page 147
Page 147

Dimanche 17 février 1952

[Page 145]

D. 17.2.1952

Départ de Gao à 6h20 par Junker « soudanais », vieux zincs qui se posent partout, sur les terrains courts de la brousse. Adieux à Bouesnard, qui a été un très chic camarade pendant toute cette tournée.

[Photo] 60.1. Le delta du Tilemsi
[Photo] 60.2. Les dunes parallèles du Gourma aux approches de la zone d’inondation
[Photo] 60.3. L’inondation s’insinue entre les dunes

Comme je l’ai dit plus haut (p. 142) au sujet de Sané, j’ai la chance par cette crue extraordinaire de cette année, de très bien apercevoir d’abord Sané sur sa colline, à l’Est de la [?] est une grande ligne de verdure, le Tilemsi, qui vient se prolonger vers l’Ouest par tout le système actuellement inondé débouchant au km 3. D’avion (ph. 60.1) cela a tout à fait l’allure d’un delta.

Survolons le Gourma semi-désertique et à 8h10 nous abordons la zone d’inondation du Niger en face de Goundam (60.2).

L’inondation s’insinue entre les dunes parallèles : il y a ennoyage ici comme dans le Macina où elle est très visible sur les cartes. Mais ici le chenal ppal a dû être creusé par l’érosion.

[Dessin chenal et dunes]

[Page 146]

Je note en survolant Goundam (plutôt un peu avant, à l’Est) une ligne boisée presque droite se dirigeant vers le Nord-Ouest : c’est sans doute un ex-canal venant de la zone d’inondation pour amener l’eau aux cuvettes situées au pied des collines.

La chose n’est pas du tout impossible : la tradition des canaux creusés par Sonni Ali au XVe est là pour le prouver (voir aussi Hubert B. AOF 1920, p. 438).

Atterrissons à Goundam à 8h47.

Retrouve l’adjoint, vu à mon passage en janvier et le chauffeur de Tombouctou, qui m’y a conduit alors.

Départ 9h15 pour Bamako.

Vu juste après Goudam 3 restes de canaux, allant de la zone d’inondation, du lac Fati au lac Télé, du même genre que celui signalé plus haut. Sera à revoir (serait-ce ceux de Vitalis ? V. Mourgues, l’Afr. fr. 1932, p. 363).

Survolons ensuite le lac Horo, inondé, le barrage ayant cédé avec l’importance de la crue (le lac a été aménagé pour la culture par les Européens (canaux, barrages, etc…). Tout cela est perdu cette année. Collines dénudées.

[Photo] 60.4. A l’extrême droite, village sur un ilôt dans la zone inondée, vers Goundam.
[Photo] 60.5. A g., Goundam et le défluent allant au Faguibine , coulant alternativement dans les 2 sens
[Photo] 60.6. Goundam et son marigot.

[Page 147]

Survolons ensuite le Macina, où tout parle d’une zone inondation ancienne où les eaux se sont retirées.

Dunes fixées W. Macina à 11h30, sommes à la hauteur et au Nord du barrage de Markala, très visible, ainsi que le canal du Sahel, en eau, et tout le réseau de l’Office du Niger.

[Photo] 60.7. Arrivée à Bamako. Au fond, colline du Point G.
[Photo] 60.8. Bamako. Au fond Koulouba.

Arrivée à Bamako à 12h45. Photographie la ville au passage (60.7 et 8). 1050 km de Gao, 6000 de Dakar.

Personne n’est là pour m’attendre, ce qui m’étonne car j’ai prévenu de mon arrivée (je saurai plus tard que Fauque est venu et est resté en panne à 500 m de l’aérodrome civil, alors que j’arrivais au militaire.

Monte dans l’après-midi à Koulouba, où les Szumowski m’offrent une fois de plus leur généreuse et cordiale hospitalité. Ils me racontent la suite de leur tournée vers Mopti, leurs avatars avec le camion… Ils n’ont pas pu aller dans le Macina comme prévu.

Page 145
Page 145

Page 146
Page 146

Page 147
Page 147

Samedi 16 février 1952

[Page 143]

S. 16.2.1952

[Photo] 59.7. Dessins de tirailleurs sur le mur du corps de garde des hydrocarbures.

L’avion, retardé, ne part que demain.

Encore une visite au gisement des Hydrocarbures. Il y a mélange partout de néo. et de subactuel ancien etc… Mais le néo. est le + dense vers le logement le + au Nord (celui de Bouesnard) et la poterie à engobe est concentrée à l’extrême sud. Ailleurs, mélange de tout.

[Page 144]

[Relevés de dessins]

Je relève aussi, sur les murs du corps de garde des Hydrocarbures, toute une série de dessins amusants et pourtant bien instructifs pour moi, comme comparaison avec les rupestres d’autrefois. Nous sommes ici sur le passage des avions qui décollent et il y en a plusieurs de représentés. Ainsi que des camions, ce qui est assez normal pour une compagnie auto. (à comparer avec les cars de Bourem (p. 138)… et les chars d’Es Souq (p. 126) et autres lieux.

Personnage favori : un « Buffalo Bill » quelconque à chapeau à large bords, héritage lointain des Western…

[Photo] 59.8. Dessins de tirailleurs sur le mur du corps de garde des hydrocarbures.

Page 143
Page 143

Page 144
Page 144

Mercredi 13 février 1952

[Page 139]

ME. 13.2.1952        GAO

[Photo] 58.5. Grand caveau de Sané

Le Cap. Schmitt me prête encore aujourd’hui un dodge et 5 hommes pour aller faire des « fouilles » à Sané (à 10km).

Je vais d’abord au caveau aux stèles. Très mauvais état : les troupeaux doivent y venir souvent et les briques se disjoignent.

Fonçons sur la colline. Un petit chasseur de perles y était… Cela doit être drôlement râtissé en surface !

[Page 140]

GAO

[Photo] 58.8. L’équipe de fouille
[Photo] 58.6. Le caveau
[Photo] 58.7. Sondage sur la colline
[Photo] 59.4. Découverte d’une poterie en place
[Photo] 59.1. Découverte de la poterie émaillée à décor coufique (fragment près du mètre)

[Page 141]

[Photo] 52.236. Poterie émaillée à décor coufique trouvée à Gao-Sané (So.52.70). Publiée dans Hespéris 1952, p.514-516.
[Photo] 59.2. Sondage sur la colline de Sané
[Photo] 59.3. Trouvaille d’une poterie en place à Sané

[Page 142]

Je fais quelques sondages (coll. IFAN So.52.70.) et visite le site, surtout aux abords des trous qu’y ont creusé les militaires au cours d’un exercice. Dans les déblais de l’un d’eux, un tirailleur trouve un fragment de poterie émaillée (Ph. 52.236). Je fais creuser, élargir le trou (Ph. 59.1) et ai la chance de ramener d’autres fragments. Pièce du plus haut intérêt, que je compte publier dans Hespéris. le décor, jaune verdâtre sur fond blanc, est à motif coufique répété.

Trouve aussi un fragment de dénéral, des perles, poterie, etc…

[Carte Gao ancien et Sané]

Ce site est du plus haut intérêt. J’ai la chance de le survoler (d’assez près) lors du départ pour Bamako pour me rendre compte, grâce à l’exceptionnelle crue de cette année, qu’il y a de fortes chances pour que soit le Tilemsi qui passe juste à l’Est de la colline de Sané et aille rejoindre le Niger au pont du km 3, juste où est le site de Gao ancien. Avec ce que l’on sait du dessèchement de la région etc… Je suis très enclin à croire qu’au XIIe, à la belle époque de Sané, le bras sans eau aujourd’hui remontait plus haut jusque là : on n’est pas si loin du « terminus » actuel à la haute crue. Le site s’explique ainsi beaucoup mieux.

Ville royale d’une part (Sané), à l’écart, loin de la zone à moustiques, sur une colline et la ville commerçante près du fleuve (Gao ancien). Sané se serait dépeuplée lorsque après une trop longue suite d’années à basses eaux, il était impossible de faire vivre un village à ce site. Transport de la ville royale à Gao ancien, avant le XIVe, puisque Abou Ishaq a construit sa mosquée à Gao ancien et non à Sané.

Page 139
Page 139

Page 140
Page 140

Page 141
Page 141

Page 142
Page 142

 

Lundi 11 février 1952

[Page 138]

L. 11.2.1952        AGAMOR-GAO

Départ 7h. Je fonce dès l’aube à une petite élévation sablonneuse. Croûtes lacustres. un peu de préhistoire (So.52.69). Je n’apprendrai qu’à mon retour à Dakar qu’il y a là à Agamor (à l’Est) un cimetière à objets préhistoriques comme à Takarangat.

Grands regs latéritiques noirs coupés de vallées. Pas propice à l’habitat.

Arrivée à Bourem à 8h45.

[Relevés de dessins] « Cars de la Transsaharienne » représentés (par des enfants) sur les murs de la cuisine du campement. Très « rupestre »

Nous allons au campement, qui n’est autre que l’ancien fort. Beaucoup de gueule. De là haut, on a une vue splendide sur le coude du Niger. Le contraste entre le vert de la vallée d’un côté et le paysage pelé derrière est saisissant.

[Page 139]

[Photo] 58.4. Du haut de rocher de Tondibi

Nous allons au rocher (plateau de [?]) de Tondibi, qui surplombe la vallée du Niger.

J’avais vu en descendant le fleuve une grande grotte. Déception : ce n’est qu’un placage latéritique comme ceux que nous avons vus entre Agamor et Bourem.

Pas de préhistoire. Pas de grotte vraie, donc pas de rupestres comme je m’y attendais… Traces d’anciens villages sur le sable avant d’atteindre le rocher.

Tombeaux chouchets sur le plateau.

Arrivée à Gao à 13h. Diné Atlantide.

Installation chez Bouesnard aux Hydrocarbures.

C’est un « petit tour » en auto de 1060km depuis Gao (4920km depuis Dakar)

Page 138
Page 138
Page 139
Page 139