Mardi 19 février 1952

[Page 148]

M. 19.2.1952

DAKAR

Départ de Bamako par Air-France. 15h15

Arrivée à Dakar-Yof 19h25 (1100 km)

Toute la famille est là. Effusions. On admire la barbe de papa (sauf Bernard, qui n’aime pas cela). Et comme elle grisonne au surplus, on ne la gardera que le temps de la faire voir aux amis.

Bien content d’être de retour au foyer. Aussi content que je l’étais de partir pour ce beau tour…

[Photo] Home again… – 43 rue Kléber. Dakar

Page 148
Page 148

Dimanche 17 février 1952

[Page 145]

D. 17.2.1952

Départ de Gao à 6h20 par Junker “soudanais”, vieux zincs qui se posent partout, sur les terrains courts de la brousse. Adieux à Bouesnard, qui a été un très chic camarade pendant toute cette tournée.

[Photo] 60.1. Le delta du Tilemsi
[Photo] 60.2. Les dunes parallèles du Gourma aux approches de la zone d’inondation
[Photo] 60.3. L’inondation s’insinue entre les dunes

Comme je l’ai dit plus haut (p. 142) au sujet de Sané, j’ai la chance par cette crue extraordinaire de cette année, de très bien apercevoir d’abord Sané sur sa colline, à l’Est de la [?] est une grande ligne de verdure, le Tilemsi, qui vient se prolonger vers l’Ouest par tout le système actuellement inondé débouchant au km 3. D’avion (ph. 60.1) cela a tout à fait l’allure d’un delta.

Survolons le Gourma semi-désertique et à 8h10 nous abordons la zone d’inondation du Niger en face de Goundam (60.2).

L’inondation s’insinue entre les dunes parallèles : il y a ennoyage ici comme dans le Macina où elle est très visible sur les cartes. Mais ici le chenal ppal a dû être creusé par l’érosion.

[Dessin chenal et dunes]

[Page 146]

Je note en survolant Goundam (plutôt un peu avant, à l’Est) une ligne boisée presque droite se dirigeant vers le Nord-Ouest : c’est sans doute un ex-canal venant de la zone d’inondation pour amener l’eau aux cuvettes situées au pied des collines.

La chose n’est pas du tout impossible : la tradition des canaux creusés par Sonni Ali au XVe est là pour le prouver (voir aussi Hubert B. AOF 1920, p. 438).

Atterrissons à Goundam à 8h47.

Retrouve l’adjoint, vu à mon passage en janvier et le chauffeur de Tombouctou, qui m’y a conduit alors.

Départ 9h15 pour Bamako.

Vu juste après Goudam 3 restes de canaux, allant de la zone d’inondation, du lac Fati au lac Télé, du même genre que celui signalé plus haut. Sera à revoir (serait-ce ceux de Vitalis ? V. Mourgues, l’Afr. fr. 1932, p. 363).

Survolons ensuite le lac Horo, inondé, le barrage ayant cédé avec l’importance de la crue (le lac a été aménagé pour la culture par les Européens (canaux, barrages, etc…). Tout cela est perdu cette année. Collines dénudées.

[Photo] 60.4. A l’extrême droite, village sur un ilôt dans la zone inondée, vers Goundam.
[Photo] 60.5. A g., Goundam et le défluent allant au Faguibine , coulant alternativement dans les 2 sens
[Photo] 60.6. Goundam et son marigot.

[Page 147]

Survolons ensuite le Macina, où tout parle d’une zone inondation ancienne où les eaux se sont retirées.

Dunes fixées W. Macina à 11h30, sommes à la hauteur et au Nord du barrage de Markala, très visible, ainsi que le canal du Sahel, en eau, et tout le réseau de l’Office du Niger.

[Photo] 60.7. Arrivée à Bamako. Au fond, colline du Point G.
[Photo] 60.8. Bamako. Au fond Koulouba.

Arrivée à Bamako à 12h45. Photographie la ville au passage (60.7 et 8). 1050 km de Gao, 6000 de Dakar.

Personne n’est là pour m’attendre, ce qui m’étonne car j’ai prévenu de mon arrivée (je saurai plus tard que Fauque est venu et est resté en panne à 500 m de l’aérodrome civil, alors que j’arrivais au militaire.

Monte dans l’après-midi à Koulouba, où les Szumowski m’offrent une fois de plus leur généreuse et cordiale hospitalité. Ils me racontent la suite de leur tournée vers Mopti, leurs avatars avec le camion… Ils n’ont pas pu aller dans le Macina comme prévu.

Page 145
Page 145

Page 146
Page 146

Page 147
Page 147

Samedi 16 février 1952

[Page 143]

S. 16.2.1952

[Photo] 59.7. Dessins de tirailleurs sur le mur du corps de garde des hydrocarbures.

L’avion, retardé, ne part que demain.

Encore une visite au gisement des Hydrocarbures. Il y a mélange partout de néo. et de subactuel ancien etc… Mais le néo. est le + dense vers le logement le + au Nord (celui de Bouesnard) et la poterie à engobe est concentrée à l’extrême sud. Ailleurs, mélange de tout.

[Page 144]

[Relevés de dessins]

Je relève aussi, sur les murs du corps de garde des Hydrocarbures, toute une série de dessins amusants et pourtant bien instructifs pour moi, comme comparaison avec les rupestres d’autrefois. Nous sommes ici sur le passage des avions qui décollent et il y en a plusieurs de représentés. Ainsi que des camions, ce qui est assez normal pour une compagnie auto. (à comparer avec les cars de Bourem (p. 138)… et les chars d’Es Souq (p. 126) et autres lieux.

Personnage favori : un “Buffalo Bill” quelconque à chapeau à large bords, héritage lointain des Western…

[Photo] 59.8. Dessins de tirailleurs sur le mur du corps de garde des hydrocarbures.

Page 143
Page 143

Page 144
Page 144

Mercredi 13 février 1952

[Page 139]

ME. 13.2.1952        GAO

[Photo] 58.5. Grand caveau de Sané

Le Cap. Schmitt me prête encore aujourd’hui un dodge et 5 hommes pour aller faire des “fouilles” à Sané (à 10km).

Je vais d’abord au caveau aux stèles. Très mauvais état : les troupeaux doivent y venir souvent et les briques se disjoignent.

Fonçons sur la colline. Un petit chasseur de perles y était… Cela doit être drôlement râtissé en surface !

[Page 140]

GAO

[Photo] 58.8. L’équipe de fouille
[Photo] 58.6. Le caveau
[Photo] 58.7. Sondage sur la colline
[Photo] 59.4. Découverte d’une poterie en place
[Photo] 59.1. Découverte de la poterie émaillée à décor coufique (fragment près du mètre)

[Page 141]

[Photo] 52.236. Poterie émaillée à décor coufique trouvée à Gao-Sané (So.52.70). Publiée dans Hespéris 1952, p.514-516.
[Photo] 59.2. Sondage sur la colline de Sané
[Photo] 59.3. Trouvaille d’une poterie en place à Sané

[Page 142]

Je fais quelques sondages (coll. IFAN So.52.70.) et visite le site, surtout aux abords des trous qu’y ont creusé les militaires au cours d’un exercice. Dans les déblais de l’un d’eux, un tirailleur trouve un fragment de poterie émaillée (Ph. 52.236). Je fais creuser, élargir le trou (Ph. 59.1) et ai la chance de ramener d’autres fragments. Pièce du plus haut intérêt, que je compte publier dans Hespéris. le décor, jaune verdâtre sur fond blanc, est à motif coufique répété.

Trouve aussi un fragment de dénéral, des perles, poterie, etc…

[Carte Gao ancien et Sané]

Ce site est du plus haut intérêt. J’ai la chance de le survoler (d’assez près) lors du départ pour Bamako pour me rendre compte, grâce à l’exceptionnelle crue de cette année, qu’il y a de fortes chances pour que soit le Tilemsi qui passe juste à l’Est de la colline de Sané et aille rejoindre le Niger au pont du km 3, juste où est le site de Gao ancien. Avec ce que l’on sait du dessèchement de la région etc… Je suis très enclin à croire qu’au XIIe, à la belle époque de Sané, le bras sans eau aujourd’hui remontait plus haut jusque là : on n’est pas si loin du “terminus” actuel à la haute crue. Le site s’explique ainsi beaucoup mieux.

Ville royale d’une part (Sané), à l’écart, loin de la zone à moustiques, sur une colline et la ville commerçante près du fleuve (Gao ancien). Sané se serait dépeuplée lorsque après une trop longue suite d’années à basses eaux, il était impossible de faire vivre un village à ce site. Transport de la ville royale à Gao ancien, avant le XIVe, puisque Abou Ishaq a construit sa mosquée à Gao ancien et non à Sané.

Page 139
Page 139

Page 140
Page 140

Page 141
Page 141

Page 142
Page 142

 

Lundi 11 février 1952

[Page 138]

L. 11.2.1952        AGAMOR-GAO

Départ 7h. Je fonce dès l’aube à une petite élévation sablonneuse. Croûtes lacustres. un peu de préhistoire (So.52.69). Je n’apprendrai qu’à mon retour à Dakar qu’il y a là à Agamor (à l’Est) un cimetière à objets préhistoriques comme à Takarangat.

Grands regs latéritiques noirs coupés de vallées. Pas propice à l’habitat.

Arrivée à Bourem à 8h45.

[Relevés de dessins] “Cars de la Transsaharienne” représentés (par des enfants) sur les murs de la cuisine du campement. Très “rupestre”

Nous allons au campement, qui n’est autre que l’ancien fort. Beaucoup de gueule. De là haut, on a une vue splendide sur le coude du Niger. Le contraste entre le vert de la vallée d’un côté et le paysage pelé derrière est saisissant.

[Page 139]

[Photo] 58.4. Du haut de rocher de Tondibi

Nous allons au rocher (plateau de [?]) de Tondibi, qui surplombe la vallée du Niger.

J’avais vu en descendant le fleuve une grande grotte. Déception : ce n’est qu’un placage latéritique comme ceux que nous avons vus entre Agamor et Bourem.

Pas de préhistoire. Pas de grotte vraie, donc pas de rupestres comme je m’y attendais… Traces d’anciens villages sur le sable avant d’atteindre le rocher.

Tombeaux chouchets sur le plateau.

Arrivée à Gao à 13h. Diné Atlantide.

Installation chez Bouesnard aux Hydrocarbures.

C’est un “petit tour” en auto de 1060km depuis Gao (4920km depuis Dakar)

Page 138
Page 138
Page 139
Page 139

Dimanche 10 février 1952

[Page 136]

D. 10.2.1952        KIDAL-AGAMOR

[Plan collé : mosquée de Kidal]

Couleurs à 7h.

Nous avons passé une très agréable soirée chez Clauzel au coin d’un bon feu, devisant et riant. De la Bernardie toujours aussi amusant.

Le matin, nous allons avec Bouesnard voir les ruines de Kidal ancien, en amont du centre moderne. Relevons des rupestres, déjà signalés par Lhote : cheval, chameaux, bovidé etc…

Je prends naturellement le plan de la mosquée : qibla identique à celle de Talohos. Je ne crois pas que ce soit un hasard.

Récoltons aussi quelques fragments de poteries (So.52.67).

Clauzel voudrait bien nous retenir encore à Kidal, mais il y a encore de la route à faire avant Gao, où l’avion ne m’attendra pas…

Départ Kidal 10h25, avec de la Bernadie que nous ramenons à Gao.

[Photo] 58.1. Les couleurs à Kidal
[2 photos] La porte de Kidal (ph. Schmitt)
[Photo] 58.2. Tombe en forme de puits au Nord de Kidal
[Photo] Dans la batha
[Photo] Cours de la résidence de Kidal (Ph. Schmitt)

[Page 137]

Rupestres (chevaux) sur rochers isolés à 200m au Nord de la route, dans l’O. Tiguedemen, sur granit très effacés,. Patine roche. 45km  W. Kidal.

[Croquis rupestres chevaux]

Il y a aussi des tifinar anciens sur la face ouest du roc vertical. (70° pente).

[Relevé de tifinar anciens]
[Croquis rupestres chevaux]

Petits chevaux sur les faces Sud-Ouest.

Nous nous arrêtons16km plus loin à un groupe de rochers de 6 à 8m de haut bordant la route des deux côtés. Ce doit être à peu près le dernier groupe de rochers avant les plaines. Nous sommes à 65km env.  W.S.W de Kidal. Il y a des tifinar, des personnages, cavaliers filiformes etc… et un peu de préhistoire (So.52.68). O. TIGACHIWIN

1. Groupe  de rochers à 50m Nord de la piste, 6 à 8m, dans les arbres. Sur roc vertical, patine rocher.
[Relevé de tifinar anciens] <- Face Sud à mi-hauteur

2. Grand couloir face au Nord, de 50m de long, 3m de haut. Roc à 60°.
[Relevé de tifinar anciens]

[Page 138]

[Carte collée] Kidal

3. Sur roc debout “menhir”, à 200m des précédents autres tifinar très effacés.

Passage à Anefif à 15h30. Quittons la piste du Tilemsi que nous avons prise à l’aller pour la grande route par Bourem. Plateaux recouverts d’une plaque de latérite. Nombreuses exploitations de fer abandonnées, à proximité du Tilemsi.

Couchons à Agamor, à la belle étoile près de l’école nomade.

Plan de la mosquée de Kidal
Plan de la mosquée de Kidal

Page 136
Page 136

Page 137
Page 137

Carte Kidal
Carte Kidal

Page 138
Page 138

Samedi 9 février 1952

[Page 134]

S. 9.2.1952

[Carte collée] In Tadeini

TALOHOS

Le Cap. Schmitt a découvert hier un beau gisement néo. à près d’1 km W. du puits et en a rapporté de bonnes pièces. Nous y allons et en rapportons aussi une bonne récolte (So.52.66) : pointe de flèche, grattoirs, anneaux, sphéroïdes, fragts poterie etc… Typique que :

1) paléo à bifaces + en amont, dans rochers [?] eau

2) néo. en amont du puits, dans plaine d’où eau auj. absente (le seul point d’eau est le puits)

3) constructions + récentes, islamiques plus bas dans l’Oued

4) Ecole d’In Tadeini plus bas encore, près du puits d’In Tadeini. On ne saurait mieux matérialiser le dessèchement du pays.

Ce matin, réveil 6h [?]  7h, nous avons installé un camp provisoire (avons abandonné le camp du puits où Lacroix a fait un rupestre de sa façon, [?] une acéphale et phallus-)  pour nous rapprocher des ruines de Talohos principal, auprès de l’école d’In Tadeini. La voiture va à Kidal et doit revenir nous prendre ce soir.

Prospection des ruines ppales et de la partie nord des ruines. Bouesnard va à la chasse aux rupestres – dont il fait une splendide moisson.

[Photo] 54.7. Talohos ppal. Tifinar ancien
[Photo] 57.6. Talohos Nord. Guerrier, bovidé, arbre. Cf Cah. B. Tal. 11.
[Photo] 57.5. Rupestres Nord de Talohos-ppal. (cf. Cah. Bouesnard Tal. 8.

[Page 135]

tandis que de mon côté je m’attelle à la ruine principale pour tenter de la dater approximativement.

Après de patientes recherches, je finis par trouver une incontestable mosquée, petite certes, mais suffisante pour dater tout cela de l’époque islamique. (Ph. 57.4).

Je suis très déçu d’un côté car j’espérais enfin avoir sur ma “paroisse” un site urbain carrément pré-islamique et, qui sait, peut-être d’époque romaine comme Abalessa. Je dois déchanter. Pour l’instant, dans toute l’AOF, il n’y a encore pas un site urbain époque antique de retrouvé…

Mais de l’autre, je suis heureux d’avoir pu trouver que ce site, que depuis la publication de Lhote, on pouvait croire d’époque antique, soit daté – très approximativement, mais soit incontestablement islamique.

Cela doit donc appartenir au même groupe qu’Es Souk Kidal, etc…

Je relève les inscriptions libyques situées toutes ensemble, au Sud de Talohos principal.

Bouesnard a trouvé des merveilles : figurations humaines, bovidés, etc… et même un arbre !

Départ d’In Tadeini 19h30

Arrivée à Kidal 20h15 env. [238 km depuis Agueloc, 960 depuis Gao]

Carte collée : ruines d'In Tadeini
Carte collée : In Tadeini

Page 134
Page 134

Page 135
Page 135

Vendredi 8 février 1952

[Page 131]

V. 8.2.1952

TALOHOS

[Croquis de rupestres : guerriers]

Pas de temps à perdre. Dès l’aube, je vais dessiner les guerriers vus hier soir, sur un bloc, à la base, à 50m du radier de la poste sur l’O. Talohos. Sont face à l’Est, de patine moyenne. Cf. Lhote, N° 275).

Autres libyco-berbères, tifinar, chameaux, etc.

Mais ici ce sont les ruines surtout qui m’intéressent et avec Bouesnard nous partons à la prospection relever tout cela et chercher les “énormes tumulus” vus par Lhote.

[Photo] 56.3. Ruine N°2
[Photo] 56.4. Cimetière Y 100 m S. ruine 9

Les ruines de Talohos se présentent de façon très particulière : des groupes isolés de 2 ou 3 maisons allongées et étroites : il y a plus de 15 de ces groupes : les plus importants comprenant davantage de maisons sont :

Talohos “principal” ou ” central” (Ph. 56.8) au Nord d’un important groupe de rochers où sont les inscriptions en tifinar ancien (Ph. 54.7) signalés par Lhote et groupe du “col de la route” où la route d’In Tadeini, collée au rocher à l’Est, borde des constructions assez nombreuses (Ph. 56.5) où sont, dans des enceintes, des tombes Y. C’est là que se trouve un tas impressionnant de pierres, artificiel qui est peut-être un tumulus et sans doute ce que Lhote appelle “les énormes tumulus”.

[Page 132]

TALOHOS

[Carte collée : ruines et rupestres de Talohos]

[Photo] 57.7. L’école nomade d’In Tadeini
[Photo] 56.5. Ruines du col de la route. Au fond, tumulus (?) tirailleur dessus.
[Photo] 57.8. Tombe Y collective
[Photo] 56.6. Ruines du col de la route. Cimetière Y enclos de murs
[Photo] 56.8. Principal groupe de ruines de Talohos (où est la mosquée

Je fais le plan sommaire des ruines afin de demander plus tard une photo aérienne du coin.

A mon avis, tout cela est islamique et Lhote c’est bien avancé.

[Page 133]

[Photo] 57.1. Talohos-centre. Ruines
[Photo] 57.2. Les ruines de Talohos-centre (ou ppal.)
[Photo] 57.4. Talohos. Petite mosquée. Le tirailleur est devant le mirhab (l’aire a été dégagée).

Afin de savoir exactement où s’arrêtent les ruines en amont, nous remontons, Bouesnard et moi, la piste vers Kidal sur 2,5 à 3 km. Après une plaine sablonneuse en pente, nous abordons un plateau rocheux. Des tumulus chouchets ordinaires.

A mi-chemin, découverte bien inattendue de 2 bifaces paléo. très patinés, de [?] paléo, etc… Découverte de [?] intéressantes : quartz et silex en minces plaques.

Mais plus d’habitations : normal, elles sont groupées plus bas, là où il y a de l’eau

[Plan] Plan de le la ruine N°2. 42 m de long sur 6 de large (Ph. 53.3). Murs de 0,80 m environ.

Auprès du groupe N°5, cimetière musulman à stèles anépigraphiées. Même patine que ruines. Tombes circulaires et ensuite à sépulture collective.

Impression : quelle sécurité ne devait pas régner alors dans le pays pour que de telles constructions isolées soient possibles ?

Époque sonraï ? Possible, le problème est à étudier. Les périodes [?] paix sont si rares dans ce pays…

Campons près du puits.

[Plan : feuille volante] Les ruines de Talohos

Page 131
Page 131

Carte collée
Carte collée : ruines et rupestres de Talohos

Page 132
Page 132

Page 133
Page 133

Feuille volante :
Feuille volante : les ruines de Talohos

Jeudi 7 février 1952

[Page 128]

J. 7.2.1952

Je mets aujourd’hui les tirailleurs à fouiller une des chambres de la maison la plus Sud-Est de l’île, au bord de l’oued. Plan très compliqué de murs, de petites chambres étroites, que je lève très grossièrement. Nous ne trouvons que quelques insignifiants fragments de poterie.

Je relève encore des rupestres (arabes et tifinar), bovidés, etc… et surtout le magnifique guépard que Bouesnard avait déjà repéré lors de son dernier passage.

Note aussi le petit cimetière islamique à tombes rondes en pleine ville, dans le quartier Est.

Et grands murs de constructions adossés à la colline. (Je cherche évidemment s’il y a quelque chose de plus ancien que le reste. je ne vois rien…

Note couleur rose pierre d’Es Souk (cf. El Bekri Tadmekka)

[Croquis] Magnifique guépard rupestre sur bloc basculé dans la position représentée ici. Piqueté profondément. Sur Face Ouest colline Est (Bouesnard, inv.)

[Page 129]

[Photo] 56.2. Rupestres. O. Idbeken. Face au sud. Souligné à la craie. Le personnage de g. a 95 cm de haut.

Nous quittons Es Souk à 13h, marchons 3 milles à l’ouest et 3 milles après nous sommes dans l’O. Idbeken devant la grande dune qui domine l’oued au Sud.

6 milles plus loin (à 14 km N. [W?] du croisement de la piste Agueloc. Kidal, tarf à rupestres (Ph. 56.2), avec magnifiques personnages du type d’In Frit. Le manque de pellicules, qui m’a déjà fait demander au Cap. Schmitt de prendre des photos à In Frit, m’empêche de prendre ici ce que je voudrais… Il faut me réserver pour Talohos.

[Croquis de rupestres]

[Page 130]

Nous dessinons animaux (surtout un beau guépard. A propos, un de ceux-ci, non préhistorique et bien vivant, a été vu dans l’O. Idbeken près d’Es Souq, qq jours après notre passage.)

On passe le col dans la rocaille au 13e mille d’Es Souq. Au 16e, tarf à libyco-berbère  et tifinar sur la face Est. 1 mille + loin, tarf à tifinar face W. (mare à sec au pied).

[Transcriptions]

[Croquis] Guépard de l’O. Idbeken. Piqueté
[Croquis de rupestres : animaux]

A 300 m à l’Est, L. B. et tifinar sur la face Nord.

Au 18e mille, tarf rocheux à nombreux tifinar (voir cahier Bouesnard p. 42)

Au 21e mille, piste de Kidal (soit 33 km. entre elle et Es Souq)

2 milles plus loin, très mauvais passage (sable) ; 10 milles + loin, bifurcation de la piste d’In Tadeini (tedeini = BAUHINIA RUFESCENS)

A 4 milles de la bifur., rochers à tifinar ; 1 mille + loin, col et ruines à l’Ouest immédiat, puis à l’Est dans la plaine (Talohos).

2 milles + loin, école nomade d’In Tadeini (11 km de la bifur.)

Prenons langue et emmenons un guide pour nous montrer Talohos.

On nous montre les ruines vues au passage. Faisons halte près du lit de l’oued, à proximité de la route dans les épineux, à 1 km 5 environ du [?] (puits) de Talohos. (68 km d’Es Souk.)

Je me rends avec le goumier Bétou au puits de Talohos, simple trou dans le gravier au fond du lit de l’oued, sur la piste Es Souk-Kidal (17h20).

Le long du chemin, libyco-berbère, tifinar.

Les ruines isolées rencontrées sont-elles plus anciennes que celles d’Es Souq ? Elles sont plus noires mais – abimées. Du sans doute à ce qu’Es Souk est très fréquenté des troupeaux et ici non.

J’ai le temps avant la nuit de repérer deux guerriers rupestres sur des rochers au Nord du camp (V. plus loin).

Page 128
Page 128

Page 129
Page 129

Page 130
Page 130

Mercredi 6 février 1952

[Page 127]

Me. 6.2.1952

[Photo] 55.1. Quai protégeant l’île en amont (les gros blocs où finit le sable)
[Photo] 55.2. La mosquée, vue du Nord

Les ruines ne me paraissent pas très anciennes, quelques siècles au plus.  Je n’ai pas encore étudié la question, mais Lhote donne 1640 comme date de la ruine définitive de la ville. Cela m’a l’air très plausible. Je lève grosso modo le plan de la ville, prends les mesures et les orientations nécessaires et mettrai tout cela au net en arrivant à Dakar, où je dispose d’une bonne photo aérienne que je regrette fort de ne pas avoir emmené avec moi.

Je fais faire un sondage sur  un [?] et récolte en place fragments de poterie et charbon.

Sur tout le site bonne récolte de poteries (So.52.63).

Recherché “Gde mosquée de Cartier. Pas trouvé. Je ne

[Plan de la mosquée]

[Page 128]

crois pas (jusqu’à plus ample informé, évidemment), qu’il s’agisse d’ailleurs de mosquée, mais tout simplement, comme dans une des enceintes de la nécropole du Nord-Est, d’une sépulture collective à mirhab. Les mosquées étaient au milieu des villes.

Lève plan de la mosquée du quartier Est (24 m Nord-Sud sur 17 Est-Ouest, assez abimée. Comme à Koumbi Saleh, à Djinguereber, la qibla est trop méridionale. J’estime que c’est une preuve d’ancienneté.

Je rapporte une petite stèle de la nécropole du Nord-Est, de l’enceinte à 10 rangées de tombes (So.52.63)

Page 127
Page 127

Page 128
Page 128